Publicités

1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler

La 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler est une division blindée allemande de la Waffen-SS ayant combattu au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Elle est formée le 22 octobre 1943 à partir de la SS-Panzer-Grenadier-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler dont les origines remontent à la SS-Stabwache Berlin fondée le 17 mars 1933 chargée de la protection du Führer Adolf HITLER tout juste porté par les urnes à la Chancellerie du Reich.

Aguerrie en Pologne en 1939, en France en 1940, dans les Balkans en 1941 puis en URSS à partir de l’été 1941, l’unité possède des cadres aguerris et avec un moral très élevé compte tenu de la nature très politique de son recrutement. Cependant, l’âge d’or de la Leibstandarte est passé au moment de l’adoption officielles de son statut de Panzer-Division. Nombre d’anciens sont morts ou blessés au combat et plusieurs d’entre eux servent également à la constitution de la 12. SS-Panzer-Division Hitlerjugend.

Engagée dans les combats défensifs en URSS au cours de l’hiver 1943/1944, la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler est retirée du front en avril 1944 pour être rafraîchie en Belgique.

En raison de son état opérationnel, elle ne rejoint que relativement tardivement (début juillet 1944) le front normand suite au Débarquement allié en Normandie. Les Allemands sont déjà en difficulté défensive et elle n’a pas la possibilité de renverser le sort des armes. Sa prestation lors de la contre-offensive sur Mortain (opération Lüttich) est inefficiente, en particulier à Saint-Barthélémy. Encerclée dans la poche de Falaise/Trun/Chambois, elle réussit à s’en extraire au prix de lourdes pertes et de l’abandon de la majorité de ses matériels.

Franchissant la Seine, la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler se replie vers l’Allemagne et certains de ses éléments participent aux combats pour Aix-la-Chapelle avant d’être retirés du front pour reconstitution en prévision de la contre-offensive des Ardennes. Appelée à jouer de premier plan, elle échoue à percer les lignes américaines et à atteindre la Meuse, son premier objectif opérationnel. Son unité de tête (Kampfgruppe Peiper) se retrouve encerclé au point de devoir abandonner ses précieux chars. La Kampfgruppe Hansen défait cependant des éléments du 14th US Cavalry Group à Poteau, ce qui donne lieu à une série célèbre de clichés de propagande.

En février 1945, elle retrouve le Front de l’Est pour contre-attaquer dans le secteur du Lac Balaton en Hongrie avec toute la 6. SS-Panzer-Armee. Elle est ensuite incapable de freiner l’Armée Rouge dans son avance sur Vienne. Disgraciée par Adolf HITLER (ses membres se voient interdits de porter la bande de bras distinctive, mais l’ordre n’est pas appliqué), 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler essaye d’échapper à la capture par les Soviétiques pour se rendre aux troupes américaines.

Dans la continuité des formations dont elle est issue, la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler se rend coupable de plusieurs crimes de guerre tout au long de sa carrière opérationnelle.

Bibliographie :

Les ouvrages de base sur la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler sont l’album historique paru aux Editions Heimdal en 1998 et les albums rédigés par Charles TRANG édités de 2007 à 2009. Ces ouvrages ont cependant le défaut de se satisfaire d’une vision très partisane et à idéaliser l’engagement de cette unité particulièrement fanatisée et de la proximité qu’elle cultive avec son Führer Adolf HITLER et le régime nazi.

Loïc BECKER, Poteau, décembre 1944, terrible embuscade, in Ligne de Front n°79 (Caraktère, 2019) : article de douze pages tendues par les hommes de la Kampgruppe Hansen de la 1. SS-Panzer-Division au 14th US Cavalry Group à Poteau lors de contre-offensive allemande des Ardennes – Photos, cartes, profils couleurs.

Georges BERNAGE, Les Panzers dans la bataille de Normandie, 5 juin – 20 juillet 1944 (Heimdal, 1999) : livre de cent soixante-dix pages sur les unités blindées allemandes engagées en Normandie face aux Alliés jusqu’à l’opération Goodwood (21. Panzer-Division, Panzer-Ersatz-und-Ausbildungs-Abteilung 100, 12. SS-Panzer-Division, 130. Panzer-Lehr-Division, schwere SS-Panzer-Abteilung 101, 2. Panzer-Division, 17. SS-Panzergrenadier-Division, 2. SS-Panzer-Division, 1. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division, SS-Panzer-Abteilung 102schwere Panzer-Abteilung 503, 4./Panzer-Abteilung (Funklenk FKL) 301) incluant les combats du 6 juin 1944 (contre-attaque sur Luc-sur-Mer et La Fière, Kampfgruppe von Luck face aux aéroportés britanniques), les combats autour de Caen de la 12. SS-Panzer-Division (Authie, Buron, Rots, Bretteville-l’Orgueilleuse, Norrey-en-Bessin, Mesnil-Patry, Putot-en-Bessin, Carpiquet, opération Charnwood) la bataille de Tilly-sur-Seulles avec la contre-attaque de la 130. Panzer-Lehr-Division sur Ellon pour chercher à reprendre Bayeux, l’arrêt infligé aux Britanniques à Villers-Bocage lors de l’opération Perch, les combats pour Lingèvres, Evrecy et Hottot), la bataille de l’Odon (opération Martlet, opération Epsom, Tessel, Fontenay-le-Pesnel, Cheux, Gavrus, Rauray, Cote 112), dans le bocage à Sainteny et à Saint-Jean-de-Daye, pour terminer sur les combats défensifs face à l’opération Goodwood – Photos, profils couleurs, dessins couleurs, cartes.

Georges BERNAGE & François de LANNOY, Dictionnaire historique – La Luftwaffe, la Waffen-SS (Heimdal, 1998)

Stephan CAZENAVE, SS-Panzer-Regiment 1 LAH (Maranes, 2017)

Frédéric DEPRUN, Fontenay/Tessel/Rauray, quatre jours pour Martlet, 25-28 juin 1944, in Normandie 1944 Magazine n°29 (Heimdal, 2018) : article de trente pages décrivant comment a été élaborée l’étude sur l’opération Martlet et les combats pour Fontenay-le-Pesnel, Rauray et Tessel entre la 49th Infantry Division appuyée par le 8th Armoured Brigade face à la 12. SS-Panzer-Division épaulée par des éléments de la 130. Panzer-Lehr-Division puis par des éléments de la 1. SS-Panzer-Division – Photos, cartes, reproductions couleurs d’objets couleurs.

Thomas FISCHER, Gustav Mersch et l’artillerie de la Leibstandarte SS Adolf Hitler, in 39/45 Magazine hors-série Historica n°89 (Heimdal, 2017)

Eric LEFEVRE, SS-Pz. Rgt. 1, in Les Panzers en Normandie (Heimdal, 1978) : chapitre de trois pages sur l’engagement du SS-Panzer-Regiment 1 de la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler dans la bataille de Normandie comprenant une courte biographie de Joachim PEIPER – Photos, ordre de bataille.

Bruno LEVERRIER, Les raisons d’un fiasco (1ère partie), in Normandie 1944 Magazine25 (Heimdal, 2017)

Bruno LEVERRIER, Les raisons d’un fiasco (2ème partie), in Normandie 1944 Magazine n°27 (Heimdal, 2018)

Bruno LEVERRIER, Les raisons d’un fiasco (3ème partie), in Normandie 1944 Magazine28 (Heimdal, 2018) : article de dix-huit pages concluant l’étude de l’échec de la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler à Saint-Barthélémy lors de la contre-offensive allemande sur Mortain (opération Lüttich) – photos & reproductions couleurs d’objets d’époque.

Didier LODIEU, L’odyssée d’une division hippomobile allemande, la 272. Infanterie-Division, tome I, l’Enfer au sud de Caen (La Poche de Falaise – Chambois, 2016) : livre de deux cent-trente pages sur la création et la formation de la 272. Infanterie-Division, son transfert sur le front de Normandie et son engagement pour la période comprise du 14 juillet au 25 juillet 1944 au cours de laquelle elle s’oppose aux opérations Goodwood, Atlantic et Spring aux côtés notamment de la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler – Photos, cartes.

Didier LODIEU, Opération Goodwood (Histoire & Collections, 2008) : livre de quatre-vingt pages de la collection Des BATAILLES et des HOMMES se focalisant sur l’engagement de la 29th Armoured Brigade de la 11th Armoured Division lors de l’opération Goodwood en Normandie face à la 21. Panzer-Division et à la 1. SS-Panzer-Division – Photos, cartes, profils couleurs, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Claude QUETEL, Dictionnaire du Débarquement (Ouest-France, 2011)

Pierre TIQUET, Sturmartillerie de la Waffen SS, la Leibstandarte, in 39/45 Magazine hors-série Batailles & Témoignages13 (Heimdal, 2018) : numéro de près de cent pages retraçant l’historique de l’unité de canons d’assaut de la Leibstandarte à partir de sa création en avril 1940 jusqu’à sa dissolution en octobre 1944 permettant de retracer ses combats au sein de la SS-Division, puis SS-Panzer-Grenadier-Division et SS-Panzer-Division [URSS (opération BarbarossaKharkiv et Koursk en 1943, Jytomyr 1943Vinnytsia 1944Cherkassy-Korsun, Tarnopol et Kamianets-Podilsky au printemps 1944), Italie (opération Achse) et Normandie] avec des portraits de ses membres les plus célèbres (Michael WITTMANN, Heinz von WESTERNHAGEN, Heinz TWEER, Emil WIESEMANN, Karl RETTLINGER, Fritz HENKE, Heinrich HEIMANN) – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Steven J. ZALOGA, Mortain 1944, Hitler’s Normandy Panzer offensive (Osprey, 2019) : livre de de près de cent pages sur l’opération Lüttich menée par le XXXXVII. Panzer-Korps (1. SS-Panzer-Division, 2. SS-Panzer-Division, 2. Panzer-Division, 116. Panzer-Division, restes de la 17. SS-Panzergrenadier-Division) pour tenter de rétablir le front percé par l’opération Cobra en attaquant sur quatre axes en direction d’Avranches et Pontaubault (Mortain/Abbaye Blanche, Saint-Barthélémy, Le Mesnil-Tôve/Le Mesnil-Adelée, Chérencé-Le-Roussel), la défense américaine du VII US Corps (30th US Infantry Division, éléments de la 9th US Infantry Division, 823rd US Tank Destroyer Battalion, 746th US Tank Battalion) notamment sur la Cote 314 et l’intervention finale de l’aviation alliée, la réorientation de l’effort offensif vers Alençon et Argentan avec la 9. Panzer-Division et la 116. Panzer-Division, la controverse de l’arrêt du XV US Corps qui ne permet pas de boucler à temps la poche qui se dessine autour de Falaise/Trun/Chambois – Photos, cartes, dessins.

Boutique :

         

Crédits photos :

Les visuels présentés appartiennent à leurs éditeurs respectifs.


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :