1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler

Publicités

Arbre encyclopédique

IndexUnités (Seconde Guerre mondiale) – Allemagne – Unités terrestres – Divisions blindées (Waffen-SS)

Historique

La 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler est une division blindée allemande de la Waffen-SS ayant combattu au cours de la Seconde Guerre mondiale. Elle est formée le 22 octobre 1943 à partir de la SS-Panzer-Grenadier-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler et combat en URSS jusqu’en avril 1944, date de son transfert en Belgique pour rafraîchissement. Elle intervient en Normandie. Engagée lors de la contre-offensive sur Mortain (opération Lüttich), elle parvient à s’extraire de la poche de Falaise/Trun/Chambois puis à franchir la Seine et rejoindre le Westwall. Certains de ses éléments participent aux combats autour d’Aix-la-Chapelle (Aachen). Placée en réserve, elle est remise sur pied pour participer à la contre-offensive des Ardennes (opération Wacht am Rhein / Herbstnebel) durant laquelle elle échoue à percer vers la Meuse. Retirée du front, elle rejoint la Hongrie avec la 6. (SS-)Panzer-Armee dans le secteur du Lac Balaton pour terminer la guerre en Autriche après avoir combattu dans le secteur de Vienne. Son parcours militaire est émaillé de crimes de guerre.

Ouest 1944/1945

En raison de son état opérationnel, elle ne rejoint que relativement tardivement (début juillet 1944) le front normand suite au Débarquement allié en Normandie. Les Allemands sont déjà en difficulté défensive et elle n’a pas la possibilité de renverser le sort des armes. Sa prestation lors de la contre-offensive sur Mortain (opération Lüttich) est inefficiente, en particulier à Saint-Barthélémy. Encerclée dans la poche de Falaise/Trun/Chambois, elle réussit à s’en extraire au prix de lourdes pertes et de l’abandon de la majorité de ses matériels.

Franchissant la Seine, la 1. SS-Panzer-Division se replie vers l’Allemagne et certains de ses éléments participent aux combats pour Aix-la-Chapelle avant d’être retirés du front pour reconstitution en prévision de la contre-offensive des Ardennes.

Ardennes 1944/1945

Pour la contre-offensive des Ardennes, la 1. SS-Panzer-Division est rattachée avec la 12. SS-Panzer-Division au I. SS-Panzer-Korps de la 6. (SS-)Panzer-Armee. Cette dernière doit franchir la Meuse entre Liège et Huy puis atteindre Anvers.

Dans un premier temps, la 1. SS-Panzer-Division doit franchir le massif des Ardennes en s’engouffrant dans la vallée de l’Amblève, en traversant la Salm puis l’Ourthe pour atteindre enfin la Meuse entre Huy et Clermont. Pour y parvenir, la division se voit renforcer par la schwere SS-Panzer-Abteilung 501 qui lui est directement subordonnée. En termes de chars de combat, l’ensemble représente une force de frappe blindée de quarante-cinq Panzer VI Ausf. B, trente-sept Panzer IV et de quarante-deux Panzer V.

D’un point de vue tactique, la 1. SS-Panzer-Division s’article en quatre groupes de combat. La Kampfgruppe Peiper et la Kampfgruppe Hansen sont chargées d’ouvrir la voie suivies respectivement par la Kampfgruppe Sandig et la Kampfgruppe Knittel. Alors que la 12. SS-Panzer-Division ne réussit pas à enfoncer les lignes américaines qui protègent les Hautes Fagnes et que Saint-Vith reste encore aux mains des Américains, la Kampfgruppe Peiper parvient à s’infiltrer, non sans difficulté, dans la vallée de l’Amblève. Le 19 décembre 1944, ses avant-gardes prennent Stoumont et Targnon mais sont bloquées à la gare ferroviaire immédiatement à la sortie. Les risques d’encerclement que font peser la reprise de Stavelot par la 30th US Infantry Division ainsi que les arrivées des 82nd US Airborne Division et 3rd US Armored Division qui menacent Trois-Ponts et La Gleize obligent la division à réorienter ses trois autres groupes de combat (Hansen, Knittel, Sandig) pour venir en aide à la Kampfgruppe Peiper. Sans succès, car Joachim PEIPER doit abandonner son matériel à La Gleize. Avec ses hommes, il se replie à pied à partir du 23 décembre 1944 au soir et parvient à rejoindre les lignes de la 1. SS-Panzer-Division près de Wanne le 25 décembre 1944 après avoir franchi la Salm à gué dans l’eau glacée.

Hongrie 1945

En février 1945, elle retrouve le Front de l’Est pour contre-attaquer dans le secteur du Lac Balaton en Hongrie avec toute la 6. (SS-)Panzer-Armee. Elle est ensuite incapable de freiner l’Armée Rouge dans son avance sur Vienne. Disgraciée par Adolf HITLER (ses membres se voient interdits de porter la bande de bras distinctive, mais l’ordre n’est pas appliqué), 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler essaye d’échapper à la capture par les Soviétiques pour se rendre aux troupes américaines.

Dans la continuité des formations dont elle est issue, la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler se rend coupable de plusieurs crimes de guerre tout au long de sa carrière opérationnelle.

Bibliographie

Les ouvrages de base sur la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler sont l’album historique paru aux Editions Heimdal en 1998 et les albums rédigés par Charles TRANG édités de 2007 à 2009. Ces ouvrages ont cependant le défaut de se satisfaire d’une vision très partisane et à idéaliser l’engagement de cette unité particulièrement fanatisée et de la proximité qu’elle cultive avec son Führer Adolf HITLER et le régime nazi.

Publications générales

Georges BERNAGE & François de LANNOY, Dictionnaire historique – La Luftwaffe, la Waffen-SS (Heimdal, 1998)

Thomas FISCHER, Gustav Mersch et l’artillerie de la Leibstandarte SS Adolf Hitler, in 39/45 Magazine hors-série Historica89 (Heimdal, 2017)

Matthieu LONGUE, SS-Hauptscharführer Hans Siptrott (1ère partie), prémices d’une carrière dans la Waffen-SS (1938-1938), in 39/45 Magazine n°367 (Heimdal, 2021) : article de douze pages sur le parcours d’un vétéran de la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler, condamné à mort lors du procès du massacre de Baugnez et s’intéressant à son intégration et à sa formation comme mitrailleur sur MG 08 et MG 34, à la mise sur pied de la Leibstandarte SS Adolf Hitler, de la Waffen-SS et à la structuration de la SS avant-guerre – Texte, photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Dennis OLIVER, SdKfz 250/9 and 251/22 Kanonenwagen German Army and Waffen-SS, Western and Eastern Fronts, 1944-1945 (Pen & Sword, 2020) : livre de soixante-quatre pages sur le SdKfz 251/9 et le SdKfz 251/22 présentant l’origine, le développement, les caractéristiques techniques et les dotations par unité (1. Panzer-Division, 2. Panzer-Division, 3. Panzer-Division, 4. Panzer-Division, 5. Panzer-Division, 6. Panzer-Division, 7. Panzer-Division, 8. Panzer-Division, 9. Panzer-Division, 11. Panzer-Division, 12. Panzer-Division, 13. Panzer-Division, 14. Panzer-Division, 16. Panzer-Division, 17. Panzer-Division, 19. Panzer-Division, 20. Panzer-Division, 21. Panzer-Division, 23. Panzer-Division, 24. Panzer-Division, 25. Panzer-Division, 116. Panzer-Division, 130. Panzer-Lehr-Division, Panzer-Division Feldherrnhalle 1, Panzer-Division Feldherrnhalle 2, Panzer-Division Jüterborg, Panzer-Division Schlesien, Panzer-Division Clausewitz, Führer-Begleit-Division, Führer-Grenadier-Division, Panzer-Brigade 101, Panzer-Brigade 102, Panzer-Brigade 103, Panzer-Brigade 104, Panzer-Brigade 105, Panzer-Brigade 106, Panzer-Brigade 107, Panzer-Brigade 108, Panzer-Brigade 109, Panzer-Brigade 110, Panzer-Brigade 111, Panzer-Brigade 112, Panzer-Brigade 113, 3. Panzergrenadier-Division, 10. Panzergrenadier-Division, 18. Panzergrenadier-Division, 20. Panzergrenadier-Division, 25. Panzergrenadier-Division, Panzergrenadier-Division Grossdeutschland, Panzergrenadier-Division Brandenburg, Panzergrenadier-Division Kurmark, 1. SS-Panzer-Division, 2. SS-Panzer-Division, 3. SS-Panzer-Division, 5. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division, 11. SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Division, 12. SS-Panzer-Division, Infanterie-Division Ulrich von Hutten, Sturmpanzer-Abteilung 217, Heeres-Sturmpionier-Brigade 627, Fallschirm-Panzer-Division 1, Panzer-Aufklärungs-Abteilung Speer de la Kampfgruppe 1001 Nachte) – Texte, photos, organigrammes, profils couleurs.

Dennis OLIVER, StuG III & IV, German Army, Waffen-SS and Luftwaffe, Western Front, 1944-1945 (Pen & Sword, 2019) : livre de soixante-quatre pages de la série Tank Craft recensant l’ensemble des unités utilisant des canons d’assaut Sturmgeschütz (StuG) III et Sturmgeschütz (StuG) IV parmi les différentes composantes de l’armée allemande à l’Ouest dans les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale en Europe (Sturmgeschütz-Abteilung 200 / Sturmgeschütz-Brigade 200, Sturmgeschütz-Brigade 243 / Heeres-Sturmartillerie-Brigade 243, Sturmgeschütz-Brigade 244, Sturmgeschütz-Brigade 280, Sturmgeschütz-Brigade 341, Sturmgeschütz-Brigade 394, Sturmgeschütz-Brigade 667, Sturmgeschütz-Brigade 902, Sturmgeschütz-Brigade 905 / Heeres-Sturmartillerie-Brigade 905, 2. Panzer-Division, 116. Panzer-Division, 9. Panzer-Division, 11. Panzer-Division, 3. Panzergrenadier-Division, 15. Panzergrenadier-Division, Panzer-Division Clausewitz, 25. Panzergrenadier-Division, Panzer-Brigade 111, Panzer-Brigade 112, Panzer-Brigade 113, schwere Panzerjäger-Abteilung 519, schwere Panzerjäger-Abteilung 559, Panzer-Abteilung (Funklenk FKL) 301, Panzer-Abteilung (Funklenk FKL) 302, Panzer-Kompanie (Funklenk FKL) 315, Panzer-Kompanie (Funklenk FKL) 316, Panzer-Kompanie (Funklenk FKL) 319, Führer-Grenadier-Brigade, Panzer-Brigade 150, 12. Volksgrenadier-Division, 36. Volksgrenadier-Division, 19. Grenadier-Division / 19. Volksgrenadier-Division, 176. Infanterie-Division, 84. Infanterie-Division, 85. Infanterie-Division / Infanterie-Division Döberitz / Infanterie-Division Potsdam, 212. Volksgrenadier-Division, 198. Infanterie-Division, 243. Infanterie-Division, 245. Infanterie-Division, 256. Volksgrenadier-Division, 276. Volksgrenadier-Division, 326. Infanterie-Division, 331. Infanterie-Division,340. Volksgrenadier-Division, 346. Infanterie-Division, 348. Infanterie-Division, 352. Infanterie-Division / 352. Volksgrenadier-Division, 353. Infanterie-Division, 361. Volksgrenadier-Division, 553. Grenadier-Division, 712. Infanterie-Division, 189. Infanterie-Division, 559. Volksgrenadier-Division, 338. Infanterie-Division, Minenkommando Dänemark, 1. SS-Panzer-Division, 2. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division, 17. SS-Panzergrenadier-Division, Fallschirm-Sturmgeschütz-Brigade 11, Fallschirm-Sturmgeschütz-Brigade 12, 16. Luftwaffen-Feld-Division, 17. Luftwaffen-Feld-Division, 18. Luftwaffen-Feld-Division, Fallschirm-Panzer-Ersatz- und Ausbildungs-Regiment Hermann Göring) ainsi que les différentes évolutions techniques introduites sur les lignes de production de décembre 1942 à mai 1945 – Texte, photos, reproductions couleurs de maquettes, ordres de bataille, organigrammes véhicule par véhicule, profils couleurs [Sturmgeschütz (StuG) III Ausf. F/8 (11. Panzer-Division), Sturmgeschütz (StuG) III Ausf. G (Fallschirm-Sturmgeschütz-Brigade 11, Sturmgeschütz-Brigade 280, Sturmgeschütz-Brigade 341, Sturmgeschütz-Brigade 394, Heeres-Sturmartillerie-Brigade 667, Führer-Grenadier-Brigade, 243. Infanterie-Division, 348. Infanterie-Division, 353. Infanterie-Division3. Panzergrenadier-Division, 2. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division) et Sturmgeschütz (StuG) IV (17. SS-Panzergrenadier-Division)].

Pierre TIQUET, Sturmartillerie de la Waffen SS, la Leibstandarte, in 39/45 Magazine hors-série Batailles & Témoignages13 (Heimdal, 2018) : numéro de près de cent pages retraçant l’historique de l’unité de canons d’assaut de la Leibstandarte à partir de sa création en avril 1940 jusqu’à sa dissolution en octobre 1944 permettant de retracer ses combats au sein de la SS-Division, puis SS-Panzer-Grenadier-Division et SS-Panzer-Division [URSS (opération BarbarossaKharkiv et Koursk en 1943, Jytomyr 1943Vinnytsia 1944Cherkassy-Korsun, Tarnopol et Kamianets-Podilsky au printemps 1944), Italie (opération Achse) et Normandie] avec des portraits de ses membres les plus célèbres (Michael WITTMANN, Heinz von WESTERNHAGEN, Heinz TWEER, Emil WIESEMANN, Karl RETTLINGER, Fritz HENKE, Heinrich HEIMANN) – Texte, photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Seconde Guerre mondiale

Ouest 1944/1945

Normandie 1944

Georges BERNAGE, Les Panzers dans la bataille de Normandie, 5 juin – 20 juillet 1944 (Heimdal, 1999) : livre de cent soixante-dix pages sur les unités blindées allemandes engagées en Normandie face aux Alliés jusqu’à l’opération Goodwood (21. Panzer-Division, Panzer-Ersatz-und-Ausbildungs-Abteilung 100, 12. SS-Panzer-Division, 130. Panzer-Lehr-Division, schwere SS-Panzer-Abteilung 101, 2. Panzer-Division, 17. SS-Panzergrenadier-Division, 2. SS-Panzer-Division, 1. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division, SS-Panzer-Abteilung 102schwere Panzer-Abteilung 503, 4./Panzer-Abteilung (Funklenk FKL) 301) incluant les combats du 6 juin 1944 (contre-attaque sur Luc-sur-Mer et La Fière, Kampfgruppe von Luck face aux aéroportés britanniques), les combats autour de Caen de la 12. SS-Panzer-Division (Authie, Buron, Rots, Bretteville-l’Orgueilleuse, Norrey-en-Bessin, Mesnil-Patry, Putot-en-Bessin, Carpiquet, opération Charnwood) la bataille de Tilly-sur-Seulles avec la contre-attaque de la 130. Panzer-Lehr-Division sur Ellon pour chercher à reprendre Bayeux, l’arrêt infligé aux Britanniques à Villers-Bocage lors de l’opération Perch, les combats pour Lingèvres, Evrecy et Hottot), la bataille de l’Odon (opération Martlet, opération Epsom, Tessel, Fontenay-le-Pesnel, Cheux, Gavrus, Rauray, Cote 112), dans le bocage à Sainteny et à Saint-Jean-de-Daye, pour terminer sur les combats défensifs face à l’opération Goodwood – Texte, photos, profils couleurs, dessins couleurs, cartes.

Stephan CAZENAVE, Mourir pour Caen (1ère partie), Le SS-Pz.Gren.Rgt.1 LSSAH au combat sur Mouen (28 juin 1944), in Bataille de Normandie 1944 Magazine2 (Maranes, 2020) : article de quatorze pages sur le transfert en Normandie de la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler et son engagement à Mouen appuyé également par quelques Panzer IV de la 21. Panzer-Division – Texte, carte, photos.

Stephan CAZENAVE, La 7. Panzer-Kompanie du SS-Panzer-Regiment 1 LSSAH en Normandie, l’enfer de Tilly-la-Campagne, in Batailles & Blindés n°81 (Caraktère, 2017) : article de sept pages sur les combats pour Tilly-la-Campagne lors de l’opération Spring s’appuyant sur des témoignages de vétérans de la 1. SS-Panzer-Division (l’enfer débute, l’enfer se poursuit, la magie du feu, l’enfer n’en finit plus de se déchaîner, épilogue) – Texte, photos, carte, profils couleurs.

Stephan CAZENAVE, SS-Panzer-Regiment 1 LAH (Maranes, 2017)

Frédéric DEPRUN, Fontenay/Tessel/Rauray, quatre jours pour Martlet, 25-28 juin 1944, in Normandie 1944 Magazine n°29 (Heimdal, 2018) : article de trente pages décrivant comment a été élaborée l’étude sur l’opération Martlet et les combats pour Fontenay-le-Pesnel, Rauray et Tessel entre la 49th Infantry Division appuyée par le 8th Armoured Brigade face à la 12. SS-Panzer-Division épaulée par des éléments de la 130. Panzer-Lehr-Division puis par des éléments de la 1. SS-Panzer-Division – Texte, photos, cartes, reproductions couleurs d’objets couleurs.

Frédéric DEPRUN, L’enfer de Saint-Lambert-sur-Dives (3ème partie), les ponts, les passerelles et l’église, 20-22 août 1944, in Normandie 1944 Magazine n°7 (Heimdal, 2012) : article de vingt pages sur le repli des troupes allemande de la poche de Falaise/Trun/Chambois par Saint-Lambert-sur-Dives évoquant le passage des 1. SS-Panzer-Division, 2. Panzer-Division, 9. Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division, 116. Panzer-Division, 84. Infanterie-Division, 275. Infanterie-Division, 326. Infanterie-Division – Texte, photos, reproductions couleurs d’objets d’époque, cartes.

Frédéric DEPRUN, L’enfer de Saint-Lambert-sur-Dives (2ème partie), percer face aux Canadiens, 18-21 août 1944, in Normandie 1944 Magazine n°6 (Heimdal, 2012) : article de vingt-quatre pages sur le repli des troupes allemande de la poche de Falaise/Trun/Chambois par Saint-Lambert-sur-Dives forçant le passage tenu par la 4th Canadian Armoured Division venant de Trun évoquant les actions des 1. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division, 116. Panzer-Division, 331. Infanterie-Division – Texte, photos, reproductions couleurs d’objets d’époque, cartes.

Thomas FISCHER, 1. SS-Panzer-Division LSSAH, SS-Hauptsturmführer Wolfgang Gaerthe (1920-2008), in 39/45 Magazine n°313 (Heimdal, 2013) : article de douze pages sur un vétéran de la 1. SS-Panzer-Division décrivant son parcours, sa blessure en Normandie, les soins et les conséquences ensuite – Texte, photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Thomas FISCHER, Sepp Armberger, officier de panzers de la 1. SS-Panzerdivision LSSAH, in Normandie 1944 Magazine8 (Heimdal, 2013) : article de sept pages sur un officier de la 1. SS-Panzer-Division tué en Normandie – Texte, photos, reproductions de documents d’époque.

Thomas FISCHER, 1. SS-Panzer-Division, Erich Plonne et les as des chars de la Leibstandarte, in Normandie 1944 Magazine n°7 (Heimdal, 2012) : article de seize pages sur un pilote de char de la 1. SS-Panzer-Division engagé en Normandie comprenant de nombreux clichés de vétérans – Texte, photos, reproductions de documents d’époque.

Eric LEFEVRE, SS-Pz. Rgt. 1, in Les Panzers en Normandie (Heimdal, 1978) : chapitre de trois pages sur l’engagement du SS-Panzer-Regiment 1 de la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler dans la bataille de Normandie comprenant une courte biographie de Joachim PEIPER – Texte, photos, ordre de bataille.

Bruno LEVERRIER, Les raisons d’un fiasco (3ème partie), in Normandie 1944 Magazine28 (Heimdal, 2018) : article de dix-huit pages concluant l’étude de l’échec de la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler à Saint-Barthélémy lors de la contre-offensive allemande sur Mortain (opération Lüttich) – Texte, photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Bruno LEVERRIER, Les raisons d’un fiasco (2ème partie), in Normandie 1944 Magazine27 (Heimdal, 2018) : article de vingt pages sur l’action des Panzer V Panther de la 1. SS-Panzer-Division à Saint-Barthélémy lors de l’opération Lüttich face à la 30th US Infantry Division puis à la 4th US Infantry Division soutenues par le 823rd US Tank Destroyer Battalion et les Typhoon de la Second Tactical Air Force – Texte, photos, cartes, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Bruno LEVERRIER, Les raisons d’un fiasco (1ère partie), in Normandie 1944 Magazine25 (Heimdal, 2017) : article de seize pages sur l’action de la 1. SS-Panzer-Division à Saint-Barthélémy contre la 30th US Infantry Division qui est retardée par le crash d’un Junkers Ju 88 de la 5./Nachtjagdgeschwader (NJG) 2 en mission de bombardement sur Pontaubault lors de l’opération Lüttich – Texte, photos, reproductions couleurs d’objets d’époque, cartes.

Didier LODIEU, L’odyssée d’une division hippomobile allemande, la 272. Infanterie-Division, tome I, l’Enfer au sud de Caen (La Poche de Falaise – Chambois, 2016) : livre de deux cent-trente pages sur la création et la formation de la 272. Infanterie-Division, son transfert sur le front de Normandie et son engagement pour la période comprise du 14 juillet au 25 juillet 1944 au cours de laquelle elle s’oppose aux opérations Goodwood, Atlantic et Spring aux côtés notamment de la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler – Texte, photos, cartes.

Didier LODIEU, Opération Goodwood (Histoire & Collections, 2008) : livre de quatre-vingt pages de la collection Des BATAILLES et des HOMMES se focalisant sur l’engagement de la 29th Armoured Brigade de la 11th Armoured Division lors de l’opération Goodwood en Normandie face à la 21. Panzer-Division et à la 1. SS-Panzer-Division – Texte, photos, cartes, profils couleurs, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Patrick TAPIN, Elmar Bonn dans l’enfer de Tilly-la-Campagne, in Normandie 1944 Magazine15 (Heimdal, 2015) : article de quatre pages présentant les souvenirs d’un vétéran de la 1. SS-Panzer-Division qui combat à Tilly-la-Campagne – Texte, photos.

Steven J. ZALOGA, Mortain 1944, Hitler’s Normandy Panzer offensive (Osprey, 2019) : livre de de près de cent pages sur l’opération Lüttich menée par le XXXXVII. Panzer-Korps (1. SS-Panzer-Division, 2. SS-Panzer-Division, 2. Panzer-Division, 116. Panzer-Division, restes de la 17. SS-Panzergrenadier-Division) pour tenter de rétablir le front percé par l’opération Cobra en attaquant sur quatre axes en direction d’Avranches et Pontaubault (Mortain/Abbaye Blanche, Saint-Barthélémy, Le Mesnil-Tôve/Le Mesnil-Adelée, Chérencé-Le-Roussel), la défense américaine du VII US Corps (30th US Infantry Division, éléments de la 9th US Infantry Division, 823rd US Tank Destroyer Battalion, 746th US Tank Battalion) notamment sur la Cote 314 et l’intervention finale de l’aviation alliée, la réorientation de l’effort offensif vers Alençon et Argentan avec la 9. Panzer-Division et la 116. Panzer-Division, la controverse de l’arrêt du XV US Corps qui ne permet pas de boucler à temps la poche qui se dessine autour de Falaise/Trun/Chambois – Texte, photos, cartes, dessins.

Belgique 1944/1945

Clément DERBAUDRENGHIEN, La Meuse, dernier rempart des SS, in Mook 1944 hors-série n°1 (Weyrich, 2019) : article de vingt-six pages sur le franchissement de la Meuse de la 9th US Infantry Division à Houx, Dinant et Heer face aux restes du I. SS-Panzer-Korps (1. SS-Panzer-Division, 2. SS-Panzer-Division, 12. SS-Panzer-Division) – Texte, photos, cartes.

Ardennes 1944/1945

Loïc BECKER, Poteau, décembre 1944, terrible embuscade, in Ligne de Front n°79 (Caraktère, 2019) : article de douze pages tendues par les hommes de la Kampgruppe Hansen de la 1. SS-Panzer-Division au 14th US Cavalry Group à Poteau lors de contre-offensive allemande des Ardennes – Texte, photos, cartes, profils couleurs.

Christian DUJARDIN, La fin de la Kampfgruppe Knitel, in Mook 1944 n°3 (Weyrich, 2019) : article de trente pages sur l’échec de la Kampfgruppe Knittel de la 1. SS-Panzer-Division dans les Ardennes entre Stavelot et Trois-Ponts qui ne parvient pas à recoller à la Kampfgruppe Peiper encerclée à La Gleize et qui se rend coupable d’un certain nombre de crimes de guerre – Texte, photos, profils couleurs.

Matthieu LONGUE, La fin de la Kampfgruppe Knittel, crimes de guerre, in 39/45 Magazine hors-série Historica63 (Heimdal, 2010) : numéro de quatre-vingt pages retraçant le parcours de la Kampfgruppe Knittel de la 1. SS-Panzer-Division dans les Ardennes du 19 au 25 décembre 1944 à Stavelot et Petit-Spay, détaillant les crimes de guerre commis et rappelant la succession de massacres commis par les hommes de la Leibstandarte SS Adolf Hitler, SS-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler, SS-Panzer-Grenadier-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler et enfin 1. SS-Panzer-Division tout au long de leur engagement durant la Seconde Guerre mondiale en Europe – Texte, cartes, photos, profils couleurs, reproductions couleurs de documents d’époque.

Matthieu LONGUE, La Kampfgruppe Knittel passe à l’attaque, in 39/45 Magazine hors-série Historica62 (Heimdal, 2010) : numéro de quatre-vingt pages retraçant le parcours de la Kampfgruppe Knittel de la 1. SS-Panzer-Division dans les Ardennes du 16 au 18 décembre 1944 comprenant le détail de sa composition et de structuration, son itinéraire à travers Stavelot, Petit-Spay, Parfondruy, Trois-Ponts semé de crimes de guerre – Texte, cartes, organigrammes, photos, reproductions dde documents et d’objets d’époque.

Matthieu LONGUE, La LAH dans les Ardennes, la Kampfgruppe Knittel à l’assaut de Stavelot, combats et massacres, in 39/45 Magazine n°243 (Heimdal, 2007) : article de vingt-quatre pages sur le parcours au jour le jour de la Kampfgruppe Knittel de la 1. SS-Panzer-Division dans les Ardennes, ses combats face à la 30th US Infantry Division et ses crimes de guerre à Stavelot et Parfondruy puis le procès de Dachau après-guerre – Texte, cartes, photos

Hugues WENKIN, La 1. SS-Panzer-Division contre-attaque à Lutrebois !, in Mook 19445 (Weyrich, 2020) : article de vingt-six pages sur l’attaque de la 1. SS-Panzer-Division dans le secteur de Bastogne à Lutrebois et Remoifosse dans l’espoir de couper le corridor américain qui relie la ville au reste du front – Texte, carte, photos.

Hugues WENKIN & Christian DUJARDIN, Stavelot, La Gleize, le destin des Tiger de Peiper (Caraktère, 2015) : livre de près de cent quatre-vingt pages étudiant et analysant l’engagement des Panzer VI Ausf. B Königstiger de la schwere SS-Panzer-Abteilung 501 intégrés au sein de la Kampfgruppe Peiper dans les Ardennes présentant le plan allemand (opération Wacht am Rhein / Herbstnebel), l’organisation adoptée par la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler, les combats pour Stavelot, Stoumont et La Gleize – Texte, photos, cartes, ordres de bataille, profils couleurs.

Autriche 1945

Kamen NEVENKIN, Bloody Vienna (PeKo Publishing, 2020) : livre de deux cent quatorze pages très largement illustré de clichés originaux et inédits sur les combats en Hongrie et en Autriche dans les deux derniers mois de la Seconde Guerre mondiale en Europe présentant une analyse de l’impact de l’opération Frühlingserwachen sur la tête de pont de Gran (Esztergom) près du lac Balaton, l’attaque du 3ème Front d’Ukraine en direction de Wiener-Neustadt, Vienne et Sankt-Pölten, comprenant des informations sur l’état des forces de plusieurs unités allemandes (1. Panzer-Division, 3. Panzer-Division, 6. Panzer-Division, 23. Panzer-Division, 1. SS-Panzer-Division, 2. SS-Panzer-Division, 3. SS-Panzer-Division, 5. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division et 12. SS-Panzer-Division, 3. Kavallerie-Division, 4. Kavallerie-Division, 44. Infanterie-Division, 96. Infanterie-Division, 356. Infanterie-Division, 711. Infanterie-Division), hongroises (1ère Division de Hussards, 2ème Division blindée, 20ème Division d’infanterie, 25ème Division d’infanterie) et soviétiques (3ème Front d’Ukraine, 4ème Armée de la Garde, 9ème Armée de la Garde, 6ème Armée de Chars de la Garde) et évoquant la participation britannique ainsi que la rétrocession aux Soviétiques des prisonniers cosaques du XV. SS-Kosaken-Kavallerie-Korps ainsi que l’exécution des prisonniers croates par les partisans yougoslaves – Texte, cartes, photos.

Profils couleurs

Chars

Véhicules blindés

SdKfz 251/9

Véhicules de servitude

Jeux d’Histoire

The Battle of the Bulge (Avalon Hill, 1981) : jeu d’Histoire (wargame) sur carte (hexagones) avec pions simulant l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel dans les Ardennes au niveau régimentaire du 16 décembre 1944 au 2 janvier 1945 incluant les appuis d’artillerie ainsi que les opérations Greif et Stösser – Livret des règles, aides de jeu, scenarii (2), cartes, pions (377) et dé.