Our 1944/1945

Prenant sa source dans la Schnee Eifel au nord-est de Saint-Vith, l’Our se jette dans la Sûre à la hauteur de Wallendorf. Sur une bonne partie de son parcours, elle forme la frontière entre l’Allemagne puis entre le Luxembourg et l’Allemagne. Au cours de la Seconde Guerre mondiale en Europe lors des opérations à l’Ouest qui suivent le débarquement en Normandie, de nombreux combats s’y déroulent. Une première fois en septembre 1944 quand les Américains la franchissent et avancent en direction de Bitburg et de Prüm. Une seconde fois lors de la contre-offensive allemande des Ardennes quand la 5. Panzer-Armee s’élance pour atteindre la Meuse.

Publicités

Historique

Le V US Corps atteint l’Our et entre en Allemagne

Le 11 septembre 1944, les avants-gardes de la 5th US Armored Division atteignent l’Our en fin de matinée et lancent immédiatement des patrouilles sur la rive gauche en territoire allemand près de Stolzenburg au nord-est de Vianden. Le sol du III. Reich est foulé pour la première fois par les Alliés depuis l’opération Overlord et l’opération en Sarre menée en 1939 par l’armée française.

Quelques heures plus tard, des éléments de la 28th US Infantry Division franchissent également la rivière et la frontière près d’Ouren un peu plus au nord tandis que la 4th US Infantry Division traverse le cours d’eau à Hemmeres. Ces unités appartiennent au V US Corps de la 1st US Army.

En face, se trouvent les restes des 2. Panzer-Division et 130. Panzer-Lehr-Division au sein du I. SS-Panzer-Korps qui achèvent leur repli depuis la Normandie.

A l’assaut du Westwall

Dès le 13 septembre 1944, la 28th US Infantry Division vient tater les défenses du Westwall par sa tête de pont à Sevenig sur Roscheid.

Le 14 septembre 1944, c’est tout le V. US Corps se lance à l’assaut du Westwall.

La 28th US Infantry Division poursuit ses efforts, mais doit finalement se résigner à passer sur la défensive à partir du 17 septembre 1944 devant la résistance allemande menée notamment par les restes de la 2. Panzer-Division.

De son côté, la 5th US Armored Division parvient à avancer vers Bitburg sur une trentaine de kilomètres à l’intérieur du territoire allemande depuis Vianden. La résistance s’organise autour d’unités d’alarme et d’éléments de la 130. Panzer-Lehr-Division. Les Américains doivent finalement se retirer au-delà de la Sûre et de l’Our le 22 septembre 1944. De Dasburg à la Sûre, le front reste inchangé jusqu’au 16 décembre 1944.

La contre-offensive allemande des Ardennes

Quand les Allemands déclenchent leur opération Wacht am Rhein / Herbstnebel dans les Ardennes le 16 décembre 1944, l’Our marque le premier obstacle et immédiat à franchir pour les unités allemandes de la 5. Panzer-Armee (LVIII Panzer-Korps et XXXXVI. Panzer-Korps) et de la 7. Armee (LXXXV. Armee-Korps). Côté américain, l’ensemble de la ligne de front est tenue par la 28th US Infantry Division soutenue par les 630th US Tank Destroyer Battalion et 707th US Tank Battalion. Seul le secteur autour de Lützkampen se situe à l’est de l’Our. Malgré le déséquilibre des forces, les Allemands perdent jusqu’à deux jours pour venir à bout des défenses américaines.

Points de traversée de l’Our

Secteur de la 5. Panzer-Armee
Secteur de la 7. Armee

Retour à la case départ

Le 21 décembre 1944, la 116. Panzer-Division échoue à s’emparer de Hotton. Le 24 décembre 1944, les rescapés de la Kampfgruppe Peiper abandonnent leur matériel à La Gleize pour rejoindre les lignes allemandes. Le 26 décembre 1944, la 4th US Armored Division parvient à rétablir la liaison avec la 101st US Airborne Division dans Bastogne. L’encerclement est brisé. Le même jour, les pointes avancées de la 2. Panzer-Division sont encerclées à Foy-Notre-Dame et à Celles à quelques encablures seulement de la Meuse. Le 27 décembre 1944, la 2. SS-Panzer-Division doit abandonner Manhay. L’avance allemande est définitivement stoppée.

Le 3 janvier 1945, la 1st US Army lance son attaque sur le flanc nord du saillant allemand. Le but est de rejoindre la 3rd US Army à Houffalize. Les Allemands se replient officiellement à partir du 9 janvier 1945. Les deux armées alliées se rejoignent le 15 janvier 1945.

L’avance alliée est inexorable. Le 19 janvier 1945, Diekirch tombe dans les mains de la 5th US Infantry Division qui borde la confluence de la Sûre et de l’Our. Il faut cependant attendre le 28 janvier 1945 que la rive droite de l’Our soit totalement aux mains des Américains.

Bibliographie

Hugues WENKIN, La percée allemande, bataille des Ardennes, Bastogne, tome 1 (Weyrich, 2020) : livre de plus de cent quatre-vingt pages décrivant le contexte dans lequel se déroule la conception de l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel, l’échec du renseignement allié à interpréter les informations récoltées, le concept défensif indirect et les risques volontairement calculés pris dans les Ardennes par Dwight EISENHOWER et Omar BRADLEY qui restent dans l’expectative quant au lieu et au moment de l’apparition de la nouvelle 6. (SS-)Panzer-Armee tout en sous-estimant le potentiel offensif allemand, l’attaque de la 5. Panzer-Armee sur l’Our et la résistance de la 28th US Infantry Division face au LVIII. Panzer-Korps à Heinerscheid, Marnach, Clervaux et Wiltz, la réaction américaine avec l’envoi de renforts, l’absence de défense devant Bastogne et la percée de la 2. Panzer-Division en direction de Noville – Texte, cartes, profils couleurs.

Hugues WENKIN, Le miracle de Bastogne, in Ligne de Front n°33 (Caraktère, 2011) : article de vingt-deux pages sur les quatre premiers jours de l’attaque de la 5. Panzer-Armee en direction de Bastogne dans les Ardennes durant lesquels les contre-temps se succèdent (traversée de l’Our, errements de la 130. Panzer-Lehr-Division) tandis que le sacrifice de la 28th US Infantry Division permet d’engager la 10th US Armored Division à Noville et Mageret laissant le temps à la 101st US Airborne Division de s’installer en ville – Texte, cartes, photos.