Opération Market-Garden 1944

L’opération Market-Garden est une opération militaire alliée à la fois terrestre et aéroportée de la Seconde Guerre mondiale organisée à l’Ouest en septembre 1944. Elle fait suite à la victoire en Normandie alors que les objectifs définis par l’opération Overlord préalablement à l’entrée sur le sol allemand sont déjà presque partout atteints. La conception initiale stratégique des plans alliés prévoit une poussée principale sur la Ruhr puis Berlin à partir des Pays-Bas afin de contourner le Westwall et d’une poussée secondaire à travers la Lorraine. Dans le droit fil de ces orientations, Bernard MONTGOMERY propose de lancer une offensive à travers la Hollande sous la forme d’un raid de plus d’une centaine de kilomètres qui doit permettre de franchir successivement plusieurs coupures humides majeures :

  1. Canal Wilhelmine à Son au nord d’Eindhoven
  2. Canal Zuid-Willemsvaart et AA à Veghel
  3. Le Dommel à Sint
  4. La Meuse à Grave
  5. Le canal Meuse-Waal et le Waal à Nimègue
  6. Le Rhin à Arnhem.

Le but est d’accélérer l’effondrement allemand et terminer la guerre avant Noël…

Publicités

Historique :

Ordre de bataille

Unités aéroportées alliées

  • 1st Airborne Corps
    • 1st Airborne Division (Arnhem)
    • 82nd US Airborne Division (Nimègue, Son)
    • 101st US Airborne Division (Veghel, Son)
    • 1st Polish Independent Parachute Brigade
    • 52nd (Lowland) Infantry Division (en réserve pour être aérotransportée au-delà d’Arnhem, non engagée compte tenu de la tournure de l’opération)

Unités terrestres alliées

Unités allemandes

Renforts allemands

Chronologie
  • 6 juin 1944 : Débarquement en Normandie.
  • 22 juin 1944 : Début de l’opération Bagration en URSS.
  • 25 juillet 1944 : Début de l’opération Cobra en Normandie.
  • 31 juillet 1944 : Capture du pont de Pontaubault par les Américains qui ouvrent ainsi la porte de la Bretagne.
  • 7 août 1944 : Echec de la contre-attaque allemande sur Mortain (opération Lüttich).
  • 15 août 1944 : Débarquement allié en Provence (opération Anvil Dragoon).
  • 21 août 1944 : Fermeture définitive de la poche de Falaise/Trun/Chambois.
  • 25 août 1944 : Libération de Paris.
  • 3 septembre 1944 : Libération de Bruxelles.
  • 4 septembre 1944 : Le XXX Corps libère Anvers mais ne poursuit pas plus avant son avance, laissant l’embouchure de l’Escaut tenue par les Allemands qui en profitent pour débuter l’évacuation des unités de la 15. Armee enfermées dans la Zélande. Kurt STUDENT commence à constituer la 1. Fallschirm-Armee en Hollande pour interdire aux Alliés de progresser plus au nord et combler le trou de cent kilomètres qui sépare les 15. Armee et 7. Armee d’Anvers à Maastricht en s’accrochant au canal Albert.
  • 5 septembre 1944 : Gerd von RUNDSTEDT revient aux affaires et remplace Walter MODEL à la tête de l’OB West, ce dernier peut se focaliser uniquement sur la Heeresgruppe B.
  • 7 septembre 1944 : Les restes de la 9. SS-Panzer-Division et de la 10. SS-Panzer-Division prennent leur quartier au nord d’Arnhem dans l’attente d’être reconstitués suite de la retraite effectuée depuis la Normandie.
  • 9 septembre 1944 : La Guards Armoured Division s’empare d’un pont intact sur le canal Meuse-Escaut et établit une tête de pont quelques kilomètres seulement au sud d’Eindhoven entraînant un vent de panique au sein de la nouvelle 1. Fallschirm-Armee qui constitue la Kampfgruppe Walther pour bloquer l’avance. Les Américains libère Liège lors de leur avance vers la frontière allemande.
  • 10 septembre 1944 : Rencontre entre Bernard MONTGOMERY et Dwight D. EISENHOWER pour valider le plan d’opération de Market-Garden.
  • 12 septembre 1944 : La 9. SS-Panzer-Division se prépare à rejoindre l’Allemagne pour reconstitution. Les Américains du VIII US Corps atteignent la frontière allemande devant Aix-la-Chapelle (Aachen).
  • 14 septembre 1944 : Bernard MONTGOMERY publie son ordre d’opération pour Market-Garden.
  • 15 septembre 1944 : En face d’Aix-la-Chapelle (Aachen), les 1st US Infantry Division et 3rd US Armored Division débouchent au-delà des fortifications du Westwall.
  • 16 septembre 1944 : Les unités de la 9. SS-Panzer-Division commencent à quitter le secteur d’Arnhem pour rejoindre Siegen en Allemagne. Les Alliés découvrent la présence des 9. SS-Panzer-Division et 10. SS-Panzer-Division dans le secteur d’Arnhem.
  • 17 septembre 1944 : Début de l’opération Market-Garden, les ponts de Veghel, de Heumen et de Grave sont pris, celui de Son est détruit, les Britanniques tiennent l’entrée sud du pont d’Arnhem mais ne peuvent le traverser, les éléments des 9. SS-Panzer-Division déjà chargés sur des trains ou en route pour Siegen en Allemagne sont rappelés afin d’intervenir le plus rapidement possible contre les Alliés. Les plans alliés tombent aux mains des Allemands qui les trouvent dans un planeur à l’est de Nimègue.
  • 18 septembre 1944 : Une colonne de reconnaissance de la 10. SS-Panzer-Division est détruite en tentant de traverser le pont d’Arnhem, le commandant de la 1st Airborne Division est blessé et isolé de son unité, le XXX Corps fait sa jonction avec la 101st Airborne Division à Eindhoven. Pour compenser la destruction du pont de Son, la 101st Us Airborne Division tente sans succès de s’emparer du pont de Best légèrement à l’ouest.
  • 19 septembre 1944 : La 1st Airborne Division se replie sur Oosterbeek laissant à leur sort les éléments qui tiennent l’entrée du pont d’Arnhem, la 82nd US Airborne Division échoue dans sa tentative de s’emparer du pont de Nimègue tandis que le XXX Corps atteint Grave mais le passage d’Eindhoven est menacé par les contre-attaques allemandes qui échouent de justesse à couper l’artère alliée, la Panzer-Brigade 107 est stoppée alors qu’elle atteint le pont de Son..
  • 20 septembre 1944 : A Arnhem, sous la pression allemande, la situation est intenable pour les Britanniques qui tiennent encore l’entrée du pont, la 82nd US Airborne Division franchit le Waal à l’aide d’embarcations et parvient à sécuriser le pont de Nimègue intact dont le dispositif de mise à feu des charges explosives est saboté par un résistant hollandais, la pression allemande est continue sur l’axe EindhovenNimègue. Dwight D. EINSENHOWER réunit ses subordonnés direct à Versailles. Bernard MONTGOMERY n’est pas présent mais envoie son chef d’état-major. La priorité est désormais de dégager la rive gauche de la Meuse de la boucle de Venlo avec l’appui de la 1st US Army.
  • 21 septembre 1944 : La 15. Armee termine avec succès son repli de la Zélande à travers l’Escaut, les derniers éléments britanniques à l’entrée du pont d’Arnhem se rendent en début de matinée. L’effort allemand se concentre sur la poche d’Oosterbeek qui se réduit de plus en plus, la 1st Polish Independent Parachute Brigade est larguée à Driel sur la rive sud du Rhin en face d’Oosterbeek et subit de très importantes pertes lors de son atterrissage. A droite du corridor allié, la 11th Armoured Division s’empare de Geldrop à l’est d’Eindhoven et progresse vers Helmond avant d’être bloquée.
  • 22 septembre 1944 : La 43rd (Wessex) Infantry Division fait la jonction avec les Polonais à Driel, ce qui permet d’acheminer quelques renforts et du ravitaillement à travers le Rhin pour les restes de la 1st Airborne Division dans la poche d’Oosterbeek qui n’est plus assez grande pour permettre du ravitaillement par les airs. Le corridor est cependant temporairement coupé par les Allemands à hauteur de Veghel sous l’effet des attaques des Kampfgruppen Walther et Chill. Dans le secteur d’Aix-la-Chapelle, la 1st US Army est obligée de passer sur la défensive compte-tenu des contre-attaques allemandes qui l’empêchent de progresser vers la Rhin.
  • 23 septembre 1944 : La Guards Armoured Division rétablit la situation à Veghel. La 10. SS-Panzer-Division échoue dans ses attaques pour réduire la poche d’Oosterbeek et en direction de Nimègue.
  • 24 septembre 1944 : La 43rd (Wessex) Infantry Division n’arrive plus à faire passer du ravitaillement et des renforts aux éléments de la 1st Airborne Division retranchés à Oosterbeek. A droite du corridor, la 11th Armoured Division finit par s’emparer de Deurne menaçant d’encercler les forces allemands qui s’accrochent à Helmond les forçant à se replier.
  • 25 septembre 1944 : Bernard MONTGOMERY décide et ordonne de replier les restes de la 1st Airborne Division sur la rive sud du Rhin (opération Berlin) dans la nuit du 25 au 26. La Guards Armoured Division parvient à s’emparer d’Elst aux dépens de la 10. SS-Panzer-Division tandis que la 101st US Airborne Division mène de durs combats défensifs pour empêcher les unités de la 15. Armee de couper le corridor par la gauche. A droite, la 11th Armoured Division peut avancer en direction de la Meuse au nord d’Overloon permettant de sécuriser le flanc est de Veghel et repoussant la menace de la Kampfgruppe Walther.
  • 26 septembre 1944 : Bernard MONTGOMERY réunit Miles DEMPSEY (2nd Army) et Courtney HODGES (1st US Army) à son quartier-général pour planifier la réduction de la tête de pont allemande de Venlo.
Conclusion

Une offensive audacieuse conforme aux orientations stratégiques alliées

Alors que la stratégie alliée est souvent considérée comme trop prudente, Bernard MONTGOMERY fait avec l’opération Market-Garden un pari osé. D’un point de vue géopolitique, le moment est plutôt favorable. L’Armée Rouge digère son avance consécutive à l’opération Bagration et reste bloquée au pied de la Prusse Orientale et de la Vistule. Elle a libéré l’URSS mais ne s’est pas encore déversée sur l’Europe de l’Est. En perçant rapidement les défenses allemandes à l’Ouest, les Alliés occidentaux peuvent espérer couper l’herbe sous le pied des Soviétiques et aborder la conférence de Moscou en position de force.

D’un point de vue militaire, le choix de l’offensive peut paraître cohérent. L’armée allemande est profondément affaiblie par ses différents revers de l’été 1944 tant à l’Ouest qu’à l’Est. Les Alliés possèdent un avantage numérique et matériel important, mais la logistique se tend sérieusement. Il paraît donc dangereux de laisser les Allemands souffler et reprendre des forces. Sans la prise et la traversée du pont d’Arnhem sur le Rhin, l’opération n’est pas justifiée. En cela, Market-Garden est un échec allié.

Les Alliés surprennent les Allemands qui font preuve d’une grande souplesse de réaction et d’improvisation dans des conditions d’engagement défavorables

L’opération Market-Garden permet cependant d’accélérer la libération du sud des Pays-Bas. Les Allemands infligent de lourdes pertes à la seule véritable réserve stratégique alliée à l’Ouest, mais ne peuvent néanmoins anéantir la 1st Airborne Division, ni même la Guards Armoured Division et la 43rd (Wessex) Infantry Division qui se trouvent temporairement isolés quand le corridor est coupé à hauteur de Veghel les 22 et 23 septembre 1944. La 1st Airborne Division n’est plus opérationnelle pendant plusieurs mois, les 82nd US Airborne Division et 101st US Airborne Division doivent être également rafraîchies. Elles seront néanmoins déjà opérationnelles pour participer à la bataille des Ardennes.

Un succès militaire relatif aux conséquences géopolitiques désastreuses

Dans une perspective plus globale du redécoupage de l’Europe après la défaite du III. Reich, l’opération Market-Garden par contre des conséquences dramatiques. Elle ruine la perspective d’une avance rapide sur la Ruhr puis sur Berlin. Anglais et Américains n’ont pas d’avantage décisif à opposer aux Soviétiques à la conférence de Moscou qui se déroule en octobre 1944. L’échec de Market-Garden cumulé au piétinement dans les Vosges, en Lorraine, en direction de la Roer de part et d’autre d’Aix-la-Chapelle, dans la forêt de Hürtgen et dans la boucle de Venlo permettent aux Allemands de préparer la contre-offensive des Ardennes (opération Wacht am Rhein / Herbstnebel) sans être obligés d’engager les principales divisions blindées qu’ils destinent à la contre-attaque et qui peuvent ainsi se reconstituer. Si elle ne met pas réellement en danger les Alliés, la contre-offensive allemande paraît vite enrayée et incapable d’atteindre son premier objectif opérationnel (la Meuse), elle retarde significativement l’avance alliée à l’intérieur de l’Allemagne. Il faut attendre mars 1945 que le Rhin soit enfin franchi sur l’ensemble de sa largeur. Trop tard pour espérer contre-balancer l’influence soviétique sur l’Est de l’Europe que la conférence de Yalta entérine.

Bibliographie :

Georges BERNAGE, Montgomery joue et perd à Arnhem, in 39/45 Magazine n°4 (Heimdal, 1984) : article de quatre pages sur l’opération Market-Garden en Hollande présentant les enjeux alliés, les difficultés rencontrées à Arnhem – Texte, cartes, photos.

Nicolas BERNARD, Bernard L. Montgomery, le stratège controversé, in Ligne de Front81 (Caraktère, 2019) : article de dix pages sur la vie de Bernard MONTGOMERY et sa carrière militaire dont le bilan est encensé ou contesté pour ses victoires (El Alamein, Sicile, le Débarquement en Normandie), son rôle contesté (raid sur Dieppe, échecs répétés devant Caen, bouclage tardif de la poche de Falaise / Trun / Chambois) et l’échec de l’opération Market-Garden – Texte, photos.

Stéphane JACQUET, Opération Market Garden, l’autre côté de la colline, les réactions allemandes du 17 au 25 septembre 1944, Hell’s Highway (1ère partie), in 39/45 Magazine n°363 (Heimdal, 2020) : article de vingt-deux pages sur les tentatives allemandes de couper l’axe de progression du XXX Corps lors de l’opération Market-Garden, en particulier les actions des 17 au 20 septembre 1944 incluant les combats pour Son et Veghel (Kampfgruppe Walther dont la Panzer-Brigade 107 et Kampfgruppe Chill) – Texte, cartes, photos.

Stéphane JACQUET, Le saut de trop, Le Major General John Dutton Frost (1912-1993) à Arnhem, in 39/45 Magazine n°304 (Heimdal, 2012) : article de dix pages sur John Dutton FROST, son affectation au sein de la 15th (Scottish) Infantry Division, désigné volontaire pour rejoindre les troupes aéroportées britanniques, il commande le raid de Bruneval, participe aux combats de Primosole puis participe à l’opération Market-Garden avec la 1st Airborne Division durant laquelle il est capturé à Arnhem après avoir défendu l’accès du nord du pont qui enjambe le Rhin – Texte, photos.

Stéphane JACQUET, « Nous pourrions aller un pont trop loin… », l’épopée du Lt-General Sir Frederick Browning, in 39/45 Magazine n°303 (Heimdal, 2012) : article de huit pages sur Frederick BROWNING, son parcours lors de la Première Guerre mondiale où il croise Winston CHURCHILL, ses affectations durant l’Entre-Deux-Guerres et son rôle à la tête de la 1st Airborne Division qu’il met sur pied et dont des éléments participent sur son insistance à l’opération Torch et aux opérations en Tunisie, ses heurts avec Matthew RIDGWAY au sujet de l’opération Husky, son rôle dans la décision de former la 44th Indian Airborne Division, sa nomination à la tête du I Airborne Corps puis sa participation à l’opération Market-Garden dont il analyse l’échec avant de partir en Asie avant d’être au service de la maison royale – Texte, photos.

Matthieu LONGUE, Opération « Market-Garden », l’album photo des US Airborne Troops, in 39/45 Magazine n°357 (Heimdal, 2019) : article de seize pages essentiellement basé sur les photos des aéroportés américains présentant l’opération Market-Garden, la situation des Alliés et des Allemands à l’Ouest au sortir de la bataille de Normandie et les raisons de l’échec à Arnhem – Texte, photos, cartes.

Yann MAHE, Les K-Verbände de la Kriegsmarine (2ème partie), 1944-1945, les combattants sacrifiés, in Ligne de Front n°83 (Caraktère, 2020) : article de seize pages sur l’utilisation des K-Verbände dans les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale en Hollande (sabotage d’un pont à Nimègue lors de l’opération Market-Garden, support au ravitaillement de la poche de Dunkerque, perturbation du trafic maritime allié pour Anvers), en Italie et en Provence, sur le Danube, l’Oder, la Weser et le Rhin (Remagen) avec l’utilisation des BiberNegerMarderHechtLinse et Seehund dont la mise en service est laborieuse malgré quelques navires alliés coulé ainsi que l’engagement des plongeurs de combat [Marine-Einsatz-Kommando (MEK)]- Texte, photos, profils couleurs.

Hugues WENKIN, La guerre est un sport d’équipe !, in Mook 1944 hors-série n°1 (Weyrich, 2019) : article de six pages synthétisant les erreurs alliées à l’Ouest juste après la bataille de Normandie à Anvers, Mons et en Lorraine début septembre 1944 qui sont les causes des difficultés rencontrées ensuite face à l’opération Market-Garden qui aboutit à la défaite d’Arnhem, dans la forêt de Hürtgen, en Lorraine et dans les Vosges – Texte, photos.