Les barbelés de la vengeance ? (Weyrich, 2019)

La Seconde Guerre mondiale commence officiellement en Europe le 1er septembre 1939 avec l’invasion de la Pologne par le III. Reich et se termine par la capitulation allemande le 8 mai 1945. L’historiographie se cale fort logiquement sur ces bornes chronologiques. Pourtant, si les opérations de combat stoppent, leurs conséquences directes se poursuivent : déplacement de population, gestion des prisonniers, repositionnement des troupes alliées en fonction des accords passés entre eux, libération des camps de prisonniers et de déportation allemands, rapatriement des populations déplacées, reconstruction des régions dévastées, déminage, recyclage des épaves, etc. Autant de sujets et de thèmes étonnamment absents de la littérature spécialisée sur le sujet.

Publicités
Lire la suite « Les barbelés de la vengeance ? (Weyrich, 2019) »

Mook 1944 n°4 (Weyrich, 2020)

Dans ce numéro dédié à la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe, Mook 1944 réussit à sortir du piège des sujets convenus. Il permet d’ouvrir un porte sur une multitude de sujets passionnants mais très peu connus comme les plans américains pour aborder la dernière ligne droite du conflit et neutraliser le potentiel militaire allemand. Ou encore les opérations de désinformation et d’intoxication sur la mort ou pas d’Adolf HITLER.

Publicités
Lire la suite « Mook 1944 n°4 (Weyrich, 2020) »

Trucks & Tanks Magazine n°67 (Caraktère, 2018)

Opposant Panzer VI Ausf. E Tiger et JS-2, l’illustration de couverture de ce numéro de Trucks & Tanks pourrait laisser penser que le magazine historique et technique des engins et véhicules du XXème siècle des Editions Caraktère propose à nouveau un dossier sur les monstres blindés de la Seconde Guerre mondiale…

Il faut donc ouvrir et entrer dans ce numéro pour découvrir un comparatif bien plus subtile qui ne s’arrête pas tout à fait aux seuls chars (neuf sur dix quand même). Le classement lui-même réserve des surprises, puisque le facteur puissance de feu n’est pas le seul pris en compte, bien au contraire. L’adaptation de l’engin par rapport aux capacités industrielles du pays et le nombre d’engins produits sont des facteurs particulièrement importants. Ainsi, le T-34/76  et le M4 Medium Tank Sherman, symboles respectivement des forces blindées soviétiques et américaines tout au long de la guerre qui les opposent aux Allemands, sont sur le podium. Le Panzer V Panther allemand, considéré par beaucoup comme le meilleur char du conflit, complète ce dernier, mais sa complexité technique, sa fragilité et son coût ne lui permettent pas d’accéder à la plus haute marche dans une vision assurément stratégique. Lire la suite « Trucks & Tanks Magazine n°67 (Caraktère, 2018) »