Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Trains blindés soviétiques’

2e Guerre Mondiale n°84 (Mars & Clio, 2019)

2e Guerre Mondiale 084La Résistance allemande est protéiforme, tout comme celle des autres pays occupés, et généralement mal connue. Souvent réduite à l’attentat du 20 juillet 1944, elle traduit cependant l’ambivalence de la population allemande et de ses élites vis-à-vis du nazisme. C’est donc une bonne initiative de ce numéro de 2e Guerre Mondiale que de proposer ainsi une étude sur le sujet. Celui-ci est d’ailleurs magnifiquement illustrée par la photo présente sur la couverture : un homme seul croise ostensiblement ses bras, refusant ainsi publiquement de faire le salut nazi alors que la foule à ses côtés est en délire et acclame le passage de son Führer. Quel courage, quel esprit de résistance ! Et quelle force de l’image… Lire la suite…

Publicités

2e Guerre Mondiale n°83 (Mars & Clio, 2019)

Au menu du dossier central de ce numéro de 2e Guerre Mondiale, une étude sur le haut-commandement allemand durant la Seconde Guerre mondiale. Rédigé par Benoît RONDEAU (voir ses livres Alarm ! Les Allemands face au débarquement des Alliés, L’armée d’Hitler, Invasion !, Afrikakorps ou encore Patton), il comprend trois volets. Le premier passe en revue les différents commandements centraux (OKW, OKH, OKL et OKM). Sur le papier, l’organisation est rationnelle : un état-major des armées et un pour chacune des armées de terre, de l’air et de la marine. Le problème, c’est que la répartition des responsabilités défie elle toute logique. Adolf HITLER est le seul responsable de cette cacophonie qui ne fait que s’accentuer au cours de la guerre. Contrairement à ce qui peut être vu aux Etats-Unis, l’efficacité ne prime pas, c’est la volonté de diviser pour s’imposer qui est recherchée. Du coup, et c’est le deuxième article du dossier, la responsabilité des groupes d’armées est essentielle pour coordonner et gérer les opérations. Le problème est que leur autonomie de décision se réduit au fur et à mesure que le conflit avance, notamment sur les fronts principaux (Est et Ouest). Et leur articulation pâtit de la confusion qui règne au-dessus et du manque de stratégie cohérente, compatible avec les moyens disponibles et les exigences de la guerre moderne dans un espace grand comme le continent européen. Lire la suite…