Publicités
Accueil > Livres, Recension, Sommaire > Patton, la chevauchée héroïque (Tallandier, 2016)

Patton, la chevauchée héroïque (Tallandier, 2016)

En complément de plusieurs ouvrages consacrés à l’armée allemande (Afrikakorps, l’armée de Rommel, Invasion ! Le Débarquement vécu par les Allemands, L’armée d’Hitler), ou au Débarquement (Les divisions du Débarquement, Les opérations aéroportées du Débarquement), sans compter un nombre conséquent d’articles parus notamment dans le magazine 2e Guerre Mondiale, Benoît RONDEAU s’attaque avec brio aussi aux généraux emblématiques de la Seconde Guerre mondiale.

En témoigne ce Patton, avant de revenir à Rommel.

L’auteur puise dans les écrits de l’intéressé et de ses contemporains pour alimenter sur une base chronologique la trame de son livre. Son recul et surtout sa connaissance de certains théâtres d’opérations (Afrique du Nord, Normandie) lui permettent d’offrir un texte équilibré qui tient compte aussi de la perception de l’adversaire. Loin des récits politiquement corrects qui tendent à orienter les lecteurs avec des yeux contemporains, Benoît RONDEAU se garde de porter un jugement sur les opinions de George PATTON, bien qu’elles soient particulièrement bien tranchées et parfois sulfureuses. Elles font néanmoins partie intégrante du personnage dont il faut aussi savoir différencier les provocations des intimes convictions. Les actes traduisent plus le sentiment profond que les paroles qui relèvent parfois du théâtre. L’exemple de PATTON est à cet égard criant.

Car le sujet de cette biographie est à l’évidence un personnage. Bien plus complexe que ses propos crus peuvent laisser transparaître. Seule certitude, son ego est gigantesque. Contrairement à certains de ses contemporains et aux « grandes » individualités (réelles ou supposées) qui font partie intégrante de l’Humanité et de tout groupe humain (hier, aujourd’hui et demain), il ne s’en cache pas et l’assume pleinement.

Au-delà des sujets militaires, ce livre procure un très intéressant regard sur le « management » de tels personnages pour utiliser ce qu’ils ont de meilleur tout en contrôlant leurs côtés les plus pénibles. La gestion de « l’équipe » alliée n’est à l’évidence pas une sinécure. Lire la biographie de PATTON, c’est aussi comprendre l’intelligence et la subtilité d’EISENHOWER. Le contraste avec l’équipe « Allemagne » est saisissant. Pourtant, les deux côtés sont peuplés de hauts potentiels, d’esprits brillants, d’ego plus ou moins surdimensionnés. D’un côté, il y a une vrai intelligence de management pour utiliser le meilleur de chacun et au final gagner, de l’autre un aveuglement obsessionnel et une volonté de diviser pour mieux diriger sans partage. A lire et à commenter dans les écoles de management (et de sport) pour illustrer la façon dont se gèrent de telles stars et surtout illustrer ce qu’il faut faire ou ne pas faire pour un manager. Car PATTON est capable du pire comme du meilleur dans ce domaine. Sa fascination, affichée et pleinement assumée, pour le combat, la guerre elle-même, est marquante. Dérangeante aussi puisqu’il assume le cortège des horreurs qui va avec.

Sur les aspects militaires proprement dit, le livre est passionnant quand il dévoile des aspects peu ou pas connus en France. Ainsi, le rôle de PATTON dans la mise en oeuvre des premiers chars américains est évident. Entre les deux guerres mondiales, ses états d’âme entre rester dans la cavalerie ou se convertir aux blindés sont similaires à ceux de ses contemporains.

Son rôle en Afrique du Nord et en Sicile est réellement à découvrir.

La façon dont il guide sa 3rd Army est aussi éloquente. Tant dans la percée qui suit l’opération Cobra, que lors de son mouvement de rocade pour intervenir dans les Ardennes. Dans tous les cas, il s’appuie sur un état-major qu’il s’est façonné et qu’il laisse travaillé, même s’il le pousse dans ses retranchements, le « challenge » et le pousse toujours plus.

Il possède une bonne vue d’ensemble de la situation opérationnelle et stratégique. Sa perception du futur avec les Soviétiques est pertinente. Dans ce cadre, le recyclage d’un certain nombre d’Allemands compromis avec les nazis peut se comprendre. Alors que les Alliés le feront concrètement (à la différence de l’Irak en 2003), lui il le revendique haut et fort, ce qui lui vaut l’opprobre générale.

Il n’y a finalement pas tellement d’échec militaire. La seule ombre au tableau est finalement le raid sur Hammelburg où l’enjeu familial lui faire perdre en lucidité et probablement rentrer trop dans les détails.

A la différence d’autres généraux, PATTON n’a pas eu l’occasion de corriger ses innombrables écrits après les faits. Ce qui laisse aux historiens l’opportunité extraordinaire de connaître exactement ce qu’il pensait au moment où il écrivait. D’où parfois l’impression de changement dans ses opinions. Finalement, rien de très original, c’est même plutôt normal. Et cela rend le récit encore plus intéressant…

Sommaire :

  • Prologue
  • Introduction
  • Une jeunesse dan l’ombre des héros
  • Un jeune officier brillant et ambitieux
  • La Première Guerre mondiale, le pionnier des tanks américains
  • Retour au sein de la cavalerie
  • La crainte de ne plus jamais combattre
  • L’heure du destin
  • Préparation au combat
  • Torch, première victoire
  • Tunisie, l’ultime recours pour l’US Army
  • Sicile, le triomphe du général « cow-boy »
  • Les giffles
  • Rédemption
  • L’armée fantôme en Angleterre
  • La Normandie, le retour dans l’arène
  • La percée en Normandie, la chevauchée fantastique
  • Désillusions en Lorraine
  • L’automne perdu, la Sarre hors de portée
  • Les Ardennes, le chef d’oeuvre d’un cavalier
  • Au cœur du Reich, le guerrier triomphant
  • Amère victoire
  • Un grand général ?
  • Un mythe complexe
  • Postérité
  • Épilogue

Boutique :

Tallandier 2016 RONDEAU Benoit Patton  Ouest-France 2017 RONDEAU Benoit Armee de Hitler tallandier_rondeau_benoit_afrikakorps livre_tallandier_rondeau_benoit_invasion Ouest-France 2014 RONDEAU Benoit Les divisions du Debarquement 


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 28 septembre 2018 à 5 h 32 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :