Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Opération Husky 1943’

Patton, la chevauchée héroïque (Tallandier, 2016)

En complément de plusieurs ouvrages consacrés à l’armée allemande (Afrikakorps, l’armée de Rommel, Invasion ! Le Débarquement vécu par les Allemands, L’armée d’Hitler), ou au Débarquement (Les divisions du Débarquement, Les opérations aéroportées du Débarquement), sans compter un nombre conséquent d’articles parus notamment dans le magazine 2e Guerre Mondiale, Benoît RONDEAU s’attaque avec brio aussi aux généraux emblématiques de la Seconde Guerre mondiale.

En témoigne ce Patton, avant de revenir à Rommel.

L’auteur puise dans les écrits de l’intéressé et de ses contemporains pour alimenter sur une base chronologique la trame de son livre. Son recul et surtout sa connaissance de certains théâtres d’opérations (Afrique du Nord, Normandie) lui permettent d’offrir un texte équilibré qui tient compte aussi de la perception de l’adversaire. Loin des récits politiquement corrects qui tendent à orienter les lecteurs avec des yeux contemporains, Benoît RONDEAU se garde de porter un jugement sur les opinions de George PATTON, bien qu’elles soient particulièrement bien tranchées et parfois sulfureuses. Elles font néanmoins partie intégrante du personnage dont il faut aussi savoir différencier les provocations des intimes convictions. Les actes traduisent plus le sentiment profond que les paroles qui relèvent parfois du théâtre. L’exemple de PATTON est à cet égard criant.

Car le sujet de cette biographie est à l’évidence un personnage. Bien plus complexe que ses propos crus peuvent laisser transparaître. Seule certitude, son ego est gigantesque. Contrairement à certains de ses contemporains et aux « grandes » individualités (réelles ou supposées) qui font partie intégrante de l’Humanité et de tout groupe humain (hier, aujourd’hui et demain), il ne s’en cache pas et l’assume pleinement. Lire la suite…

Publicités

Ligne de Front n°74 (Caraktère, 2018)

24 juin 2018 1 commentaire

Quelles que soient les armes, navales, aériennes ou terrestres (et maintenant aussi spatiales), chaque pays entame une guerre avec ce dont il dispose. Pour le meilleur ou pour le pire… C’est la raison pour laquelle, la recherche et la veille doctrinale sont des disciplines fondamentales qui pèsent lourdement sur la victoire ou la défaite.

Ce numéro de Ligne de Front édité par Caraktère ouvre une étude en quatre volets sur la stratégie tactique et les règles d’emploi des armes de la Wehrmacht au cours de la Seconde Guerre mondiale. Certes, il s’agit encore d’une étude sur l’armée du III. Reich, mais elle vaut le détour. Espérons cependant qu’auteurs et éditeurs veuillent bien réaliser de façon tout aussi récurrente des travaux similaires sur les autres belligérants du conflit. Au passage, félicitons le travail par Histoire & Collections pour l’armée française à travers sa revue GBM.

Cette première partie se concentre sur les tactiques employées en 1940 qui réussissent si bien lors de Fall Gelb et sur l’offensive blindée sur un front étroit. Comme cela est aussi clairement identifié dans l’ouvrage d’Eric DENIS, La Wehrmacht de Fall Gelb, l’armée allemande atteint au printemps au 1940 son apogée. Sa réflexion et sa constitution sont le fruit d’une évolution doctrinale débutée au lendemain de la défaite de 1918 qui a été testée opérationnellement, à la fin de la Guerre d’Espagne et en Pologne (« combat proven » dirait-on au début du XXIème siècle). Lire la suite…

Batailles & Blindés n°77 (Caraktère, 2017)

29 janvier 2017 1 commentaire

batailles-et-blindes-077Au 77ème numéro, Batailles & Blindés continue toujours d’être véritablement une revue de référence sur la Seconde Guerre mondiale qui remplit encore une fois la quasi intégralité des pages à l’exception des quelques pages réservées à l’actualité des blindés dominée par le programme de Mobile Protected Firepower Vehicle de l’US Army et la modernisation de l’armée russe.

La partie historique du numéro s’ouvre par une étude consacrée à la bataille de Suomussalmi au cours de la Guerre d’Hiver entre l’URSS et la Finlande en 1939/1940. Après avoir planté le décor en présentant le contexte et les caractéristiques de chacun des belligérants, l’article présentent les opérations qui aboutissent à un clair coup d’arrêt de l’offensive soviétique malgré sa supériorité numérique et matérielle. Une cruelle démonstration qu’être le plus fort ne suffit pas et qu’être le plus faible ne signifie pas obligatoirement perdre à condition d’adopter la bonne tactique. L’iconographie est frappante. Elle montre des hommes bien préparés pour l’hiver au milieu d’un paysage envahi par la neige. Comme quoi, avec un peu d’anticipation, l’Armée Rouge n’est pas invincible dans les conditions hivernales à condition de s’être correctement préparé… Ce qu’oubliera de prévoir la Wehrmacht quand elle s’apprêtera à envahir l’URSS. Lire la suite…