Bleu comme l’acier (Overlord Press, 2021)

Du bleu, du bleu, du bleu… Celui du ciel, celui des océans, celui des carlingues ! Sur le théâtre du Pacifique, une véritable mue des combats s’opère au cours de la Seconde Guerre mondiale en s’appuyant sur la projection aéronavale et les opérations combinée. Deux virages qu’exécutent parfaitement bien les États-Unis au point de leur assurer la victoire (avec ou sans bombe atomique) et la capacité de dominer sans partage cette région du globe avant la récente montée en puissance de la Chine. Guy JULIEN propose ici de revenir sur ceux qui permettent de dominer le ciel, et donc de couvrir la mer, à partir de porte-avions ou pistes disséminés sur les îles et atolls… La chasse de l’US Navy et de l’US Marine Corps (USMC) !

Publicités

Pour comprendre l’ampleur de la performance industrielle et opérationnelle, encore faut-il maîtriser sa géographie. Pas toujours évident de savoir positionner de mémoire Rabaul, Tarawa, Bougainville, Midway, Iwo Jima, etc. Pas si aisé de comprendre cette notion d’archipels qui caractérise cette zone. Alors, il faut apprécier cette très bonne idée de proposer en encart volant ces trois feuillets aux souscripteurs : le théâtre des opérations en décembre 1941 de l’Inde à Pearl Harbor (sur deux pages), la zone du Pacifique Nord, la zone du Pacifique Sud et central. Sans parler de quelques illustrations qui trouveront naturellement leur place dans un beau cadre.

Publié par Overlord Press, cet album complète parfaitement Les grandes batailles navales et aéronavales de la Guerre du Pacifique ou L’attaque du samouraï, comment le Japon a failli gagner la guerre publiés chez la maison sœur, Caraktère.

L’introduction présente les difficultés et les contraintes auxquelles sont confrontés techniquement les constructeurs avant le démarrage de la Seconde Guerre mondiale dans la conception et la production d’avions de chasse destinés à être embarqués. comme au niveau de l’armement terrestre, les débuts du conflit en Europe marquent les esprits et entrainent un certain nombre de décisions qui structurent les programmes d’armement. Heureusement d’ailleurs, car la menace aérienne japonaise ne semble pas inquiéter les états-majors et les bureaux d’étude plutôt condescendants à son égard.

Viennent ensuite trois chapitres intitulés respectivement « Résister », « Riposter » et « Vaincre ». Au-delà de la posture stratégique, ces trois phases correspondent à la mise en œuvre de nouveaux appareils et leur montée en puissance. Le texte, tout en ayant suivant un chemin chronologique, n’est pas à proprement le récit d’une succession d’engagements militaires. Il insiste cependant sur quelques moments clefs durant lesquels l’aviation embarquée et de l’USMC joue un rôle clef dans la maîtrise du ciel, domaine de prédilection de la chasse : Wake, Rabaul, îles Salomon, Tarawa, Truk, Mariannes, Mer de Chine, Leyte, Saïgon… Les batailles comme Midway mettant en avant les avions torpilleurs sont passés quelque peu au second plan car le sujet du livre est la chasse et seulement la chasse (c’est ce qui fait son originalité) !

Le « trio infernal » (voir Aérojournal hors-série n°38 et 39) de la Marine impériale japonaise se retrouve finalement mis au tapis.

Si dans l’imaginaire populaire le Corsair représente le symbole de l’aviation américaine dans le Pacifique, ce livre montre que les Wildcat et Hellcat jouent également un rôle plus qu’essentiel dans la victoire. Le premier est en ligne au commencement des hostilités tandis que le second entre opportunément en service quelques mois après Pearl Harbor après un développement et des choix qui techniques qui apparaissent presque chanceux. Tandis que le fameux Vought F-4U n’est pas le bienvenu sur les porte-avions américains…

Le livre présente donc ensuite les trois appareils sous un angle plus technique avec un focus additionnel sur les versions de chasse de nuit. Si le propos vise à rétablir un équilibre dans le rôle joué par ces appareil, l’iconographie continue de favoriser le Corsair puisque seul celui-ci bénéficie de vues en 3D…

Conformément à l’esprit Overlord Press de mettre plutôt à disposition des témoignages ou des écrits de contemporains de la Seconde Guerre mondiale (Des tigres dans la boue, La mort rouge, Achtung Panzer !, Panzer Kommandeur, …), le texte regorge de récits empruntés à des vétérans qui racontent leurs combats et leurs perceptions des appareils. Mais il présente surtout une fresque illustrée technique et vivante de l’aviation embarquée sur les porte-avions et de l’USMC au-dessus du Pacifique et de l’Asie au cours de la Seconde Guerre mondiale. Un petit index des unités en ligne et des types d’appareils employés aurait cependant été bienvenu.

Sommaire

  • Introduction
  • Origines
  • Résister
  • Riposter
  • Vaincre
  • Night Fighters
  • Wildcat
  • Corsair
  • Hellcat
  • Conclusion
  • Epilogue

Caractéristiques

  • ISBN : 978-2-491250-03-4
  • Nombre de pages : 256
  • Langue : Français
  • Reliure : reliée
  • Dimensions : 21,5 x 9 cm
  • Prix conseillé France à la date de parution : 39,90 € TTC

Mais aussi…

1 réflexion sur « Bleu comme l’acier (Overlord Press, 2021) »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.