L’attaque du samouraï, comment le Japon a failli gagner la guerre (Caraktère, 2021)

Vue d’Europe, la Seconde Guerre mondiale en Asie et dans le Pacifique se limite à quelques clichés : Pearl Harbor, Midway, la légende du Corsair portée par Greg « Pappy » Boyington, la jungle birmane, Okinawa, les kamikazes et la bombe nucléaire. Un aperçu qui ne permet pas d’embrasser l’étendue du conflit et de ses enjeux. Loin s’en faut. Pourtant, cet aspect du conflit mérite de s’y attarder d’autant que la région se retrouve soumise à d’autres tensions, avec la Chine cette fois comme opposant principal aux États-Unis. Bref, il est urgent de se replonger dans l’Histoire…

Publicités

Recension

Ceux qui n’éprouvent pas grand intérêt pour cette région du conflit pensent souvent que le Japon ne possède qu’une infime chance de l’emporter. A ceux-là, la lecture de ce livre écrit par Simon LE BOUCHE permet de réviser quelque peu ce jugement hâtif. Car les victoires japonaises sur terre, sur mer et dans les airs sont aussi spectaculaires que celles de l’Allemagne jusqu’à son échec devant Moscou.

Après avoir replacer les enjeux et les buts de guerre, le texte se concentre sur les opérations militaires de la fin de l’année 1941 et 1942. Il permet ainsi de comprendre la complexité de la planification japonaise.

Très agréable à lire, vivant, il maintient le lecteur en tension jusqu’au bout. Il y a un peu de la série des Planificateurs de guerre d’Andrew WATTS, les personnages de roman et les technologies numériques en moins. Mais renseignement, logistique, moyens navals, aériens et terrestres, assauts aéroportés s’y trouvent !

Les combats suivants sont décrits :

La mise en perspective des enjeux, des combats, des rapports de force, des décisions et des frictions représente le valeur ajoutée de ce livre qui encore une fois se lit presque comme un roman, immergeant le lecteur dans maelström de lieux, de dates et d’actions. Après douze mois d’offensive non stop, les Japonais s’essoufflent et les Américains peuvent se rétablir grâce également à la contribution australienne. La guerre est cependant loin d’être finie. A Midway puis à Guadalcanal et dans les Salomon, le Japon laisse passer ses chances de victoire totale.

Trois cahiers sont insérés : deux concernent des photos et un des cartes à la fois stratégiques et opérationnelles.

Plus opérationnel et tactique, Les grandes batailles navales & aéronavales de la guerre du Pacifique accompagnera utilement L’attaque du samouraï. Les numéros hors-série de LOS ! consacrés à la marine impériale japonaise (n°19) et à l’US Navy (n°16) sont également d’utiles compagnons à la lecture de cet ouvrage.

Sommaire

  • Introduction
  • Pourquoi la guerre ?
  • Les forces navales en présence
  • Les plans japonais
  • Les premières offensives
  • Les Américains en première ligne
  • La conquête de la Malaisie
  • Les Philippines dans la tourmente
  • Bataan, nouveau fort Alamo
  • Corregidor, le Gibraltar de l’Est
  • Les Indes néerlandaises
  • Poussée en coin à Rabaul
  • Combat international en Birmanie
  • Comment maintenir la pression ?
  • Rapports de forces dans le Pacifique Est
  • Les plans contre la Nouvelle-Guinée
  • Les prémices d’un échec
  • L’aviation en avant-garde
  • Aéronavales américaine et japonaise
  • Les préparatifs alliés pour sauver l’Australie
  • Sur le sentier de la guerre
  • Tactiques décisives à Midway
  • S’emparer de l’initiative
  • Guadalcanal, plantations tropicales et terrain d’aviation
  • Une guerre d’usure dans le Pacifique sud-Ouest
  • Intensification des combats
  • Le retour du combat de surface
  • Un retrait inéluctable
  • La piste de Kokoda
  • 1942, du triomphe à l’échec aéronaval
  • Notice bibliographique

Caractéristiques

  • ISBN : 978-2-916-403397
  • Nombre de pages : 528
  • Langue : Français
  • Reliure : brochée
  • Dimensions : 15 x 23 cm
  • Prix conseillé France à la date de parution : 34,90 € TTC

Liens externes

2 réflexions sur « L’attaque du samouraï, comment le Japon a failli gagner la guerre (Caraktère, 2021) »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.