243. Infanterie-Division

La 243. Infanterie-Division est l’une des trois divisions d’infanterie allemandes positionnées dans le Cotentin dans le cadre du Mur de l’Atlantique (Atlantikwall) quand les Alliés débarquent en Normandie le 6 juin 1944. Engagée progressivement contre la tête de pont américaine, elle joue un rôle important avec la 709. Infanterie-Division dans la résistance autour de Montebourg. Après la coupure du Cotentin par les 82nd US Airborne Division et 9th US Infantry Division durant laquelle son chef est tué, une partie de ses effectifs se retrouve encerclée dans le secteur de Cherbourg et défend le Cap de la Hague. Les unités ayant pu échapper à l’encerclement participent à la bataille des Haies notamment autour de La Haye-du-Puits et de Lessay. Une nouvelle partie de ses éléments se retrouve encerclée dans le secteur de Roncey après la percée américaine réalisée avec l’opération Cobra. Elle ressort anéantie de la bataille de Normandie au point d’être dissoute officiellement le 12 septembre 1944.

Publicités

Historique

  • Une division destinée au Mur de l’Atlantique
  • Situation à la veille du 6 juin 1944
  • Clef de voûte de la défense allemande dans le Cotentin et autour de Montebourg
  • Un repli qui tourne à la catastrophe
  • Festung Cherbourg
  • Derniers combats au Cap de la Hague
  • Guerre des haies
  • L’anéantissement

Bibliographie

Repères bibliographiques

Des sources primaires lacunaires

Les archives de la 243. Infanterie-Division disparaissent dans les combats dans le Cotentin et en Normandie. Les études militaires menées pour le compte de l’armée américaine avec l’appui d’anciens commandants allemands ne comportent qu’un seul document de vingt pages (D-382) traitant spécifiquement de l’emploi de la division en juin 1944. Ce n’est pas grand chose comparé aux informations collectées pour la 709. Infanterie-Division qui comportent plusieurs centaines de pages.

. Les études militaires menées par d’anciens responsables allemands pour le compte de l’armée américainedemeur l’une des divisions Il ne subsiste aucune archive de la 243. Infanterie-Division, mis à part les documents qui peuvent se retrouver dans celles En raison de la destruction de l’ensemble de ses archives et de la contribution d’anciens de ses responsables aux études historiques menées pour le compte de l’armée américaine après la guerre, la 243. Infanterie-Division reste une unité peu étudiée dans le détail alors qu’elle représente la formation la plus puissante en effectif et en matériel stationnée dans le Cotentin au moment du Débarquement allié en Normandie. L’attention des historiens se porte en effet davantage sur sa voisine, la 709. Infanterie-Division pour laquelle il reste quelques archives datant d’avant le déclenchement de l’opération Overlord, mais surtout plusieurs études historiques rédigées par l’un de ses commandements de régiment.

Georges BERNAGE & Georges CADEL, La guerre des GI’s (Heimdal, 1994)

Georges BERNAGE & François de LANNOY, Dictionnaire historique – Les divisions de l’armée de terre allemande (Heimdal, 1997)

Frédéric DEPRUN, Roncey : cimetière des défenseurs de Coutances, 30 juillet 1944, in Normandie 1944 Magazine n°22 (Heimdal, 2017) : article de trente pages sur la poche de Roncey dans laquelle sont enfermés des éléments de la 2. SS-Panzer-Division, de la Heeres-Artillerie-Pak-Abteilung 1041 avec ses Pak 43 et des Panzerjäger Marder III de la 243. Infanterie-Division pressés par la 3rd US Armored Division – Photos, ordres de bataille, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Frédéric DEPRUN, La Panzer-Kolonne de la Lande des Morts, état des lieux avant destruction, 29 juillet 1944, Normandie 1944 Magazine n°19 (Heimdal, 2016) : article de trente pages sur la Kolonne Müller anéantie à la Lande des Morts en tentant de sortir de la poche de Roncey comprenant principalement des éléments de la 2. SS-Panzer-Division (Flak, transmissions, artillerie automotrice) mais aussi de la 17. SS-Panzergrenadier-Division, de la 243. Infanterie-Division et de la 353. Infanterie-Division – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque, ordres de bataille, cartes.

Frédéric DEPRUN, Les Panzer de la Das Reich, la souricière de la Baleine, 29 juillet 1944, in Normandie 1944 Magazine11 (Heimdal, 2014) : article de vingt-quatre pages sur les combats menés par la 2. SS-Panzer-Division pour s’extraire de la poche de Roncey, en particulier ceux menés à La Baleine avec des éléments des 243. Infanterie-Division, 275. Infanterie-Division et 353. Infanterie-Division comprenant le périple de sortie de Fritz LANGANKE – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque, cartes.

Dennis OLIVER, StuG III & IV, German Army, Waffen-SS and Luftwaffe, Western Front, 1944-1945 (Pen & Sword, 2019) : livre de soixante-quatre pages de la série Tank Craft recensant l’ensemble des unités utilisant des canons d’assaut Sturmgeschütz (StuG) III et Sturmgeschütz (StuG) IV parmi les différentes composantes de l’armée allemande à l’Ouest dans les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale en Europe (Sturmgeschütz-Abteilung 200 / Sturmgeschütz-Brigade 200, Sturmgeschütz-Brigade 243 / Heeres-Sturmartillerie-Brigade 243, Sturmgeschütz-Brigade 244, Sturmgeschütz-Brigade 280, Sturmgeschütz-Brigade 341, Sturmgeschütz-Brigade 394, Sturmgeschütz-Brigade 667, Sturmgeschütz-Brigade 902, Sturmgeschütz-Brigade 905 / Heeres-Sturmartillerie-Brigade 905, 2. Panzer-Division, 116. Panzer-Division, 9. Panzer-Division, 11. Panzer-Division, 3. Panzergrenadier-Division, 15. Panzergrenadier-Division, Panzer-Division Clausewitz, 25. Panzergrenadier-Division, Panzer-Brigade 111, Panzer-Brigade 112, Panzer-Brigade 113, schwere Panzerjäger-Abteilung 519, schwere Panzerjäger-Abteilung 559, Panzer-Abteilung (Funklenk FKL) 301, Panzer-Abteilung (Funklenk FKL) 302, Panzer-Kompanie (Funklenk FKL) 315, Panzer-Kompanie (Funklenk FKL) 316, Panzer-Kompanie (Funklenk FKL) 319, Führer-Grenadier-Brigade, Panzer-Brigade 150, 12. Volksgrenadier-Division, 36. Volksgrenadier-Division, 19. Grenadier-Division / 19. Volksgrenadier-Division, 176. Infanterie-Division, 84. Infanterie-Division, 85. Infanterie-Division / Infanterie-Division Döberitz / Infanterie-Division Potsdam, 212. Volksgrenadier-Division, 198. Infanterie-Division, 243. Infanterie-Division, 245. Infanterie-Division, 256. Volksgrenadier-Division, 276. Volksgrenadier-Division, 326. Infanterie-Division, 331. Infanterie-Division, 340. Volksgrenadier-Division, 346. Infanterie-Division, 348. Infanterie-Division, 352. Infanterie-Division / 352. Volksgrenadier-Division, 353. Infanterie-Division, 361. Volksgrenadier-Division, 553. Grenadier-Division, 712. Infanterie-Division, 189. Infanterie-Division, 559. Volksgrenadier-Division, 338. Infanterie-Division, Minenkommando Dänemark, 1. SS-Panzer-Division, 2. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division, 17. SS-Panzergrenadier-Division, Fallschirm-Sturmgeschütz-Brigade 11, Fallschirm-Sturmgeschütz-Brigade 12, 16. Luftwaffen-Feld-Division, 17. Luftwaffen-Feld-Division, 18. Luftwaffen-Feld-Division, Fallschirm-Panzer-Ersatz- und Ausbildungs-Regiment Hermann Göring) ainsi que les différentes évolutions techniques introduites sur les lignes de production de décembre 1942 à mai 1945 – Photos, reproductions couleurs de maquettes, ordres de bataille, organigrammes véhicule par véhicule, profils couleurs [Sturmgeschütz (StuG) III Ausf. F/8 (11. Panzer-Division), Sturmgeschütz (StuG) III Ausf. G (Fallschirm-Sturmgeschütz-Brigade 11, Sturmgeschütz-Brigade 280, Sturmgeschütz-Brigade 341, Sturmgeschütz-Brigade 394, Heeres-Sturmartillerie-Brigade 667, Führer-Grenadier-Brigade, 243. Infanterie-Division, 348. Infanterie-Division, 353. Infanterie-Division3. Panzergrenadier-Division, 2. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division) et Sturmgeschütz (StuG) IV (17. SS-Panzergrenadier-Division)].

Claude QUETEL, Dictionnaire du Débarquement (Ouest-France, 2011)

Niklas ZETTERLING, Normandy 1944, German Military Organization, Combat Power and Organizational Effectiveness (J.J. Fedorowicz Publishing, 2000)