Le guide du Landser (Caraktère, 2020)

En 2011, Ligne de Front, magazine des Editions Caraktère, publie un numéro 27 totalement consacré au soldat allemand de la Seconde Guerre mondiale, intitulé « Le guide du Landser ». Près de dix ans plus tard, le concept revient sous un format relié et plus que bonifié ! Bien entendu, le contenu comporte des similitudes. Il est difficile de décrire et illustrer différemment les les décorations, les marques de grade, etc. Mais sur ces sujets communs, l’iconographie a assurément fait un bond qualitatif. Les dessins de plein pied font ainsi penser aux illustrations des Editions Osprey, ce qui est une sacrée référence !

Lire la suite « Le guide du Landser (Caraktère, 2020) »

Iron Cross n°3 (Warners, 2019)

Iron Cross 003Un peu comme que GBM qui choisit de présenter l’armée française de 1914 à 1940, Iron Cross établit également une continuité entre la Première et la Seconde Guerre mondiale au travers de l’armée allemande. Dans ce troisième numéro, la pertinence de ce choix éditorial apparaît toujours plus pertinente. Alternant les articles concernant les trois dimensions de la guerre à l’époque (sur terre, sur mer et dans les airs), Iron Cross fournit un contenu diversifié et superbement illustré. Lire la suite « Iron Cross n°3 (Warners, 2019) »

Iron Cross n°1 (Warners, 2019)

Iron Cross 001Comme son nom l’indique, le focus de ce premier numéro est l’armée allemande. L’équipe éditoriale comprenant des Anglais et des Allemands, la diversité et les richesse des points de vue sont prometteurs. Parmi les contributeurs, quelques plumes bien connues des lecteurs français puisque leurs livres ou articles sont pour certains traduits : Chris GOSS, spécialiste de l’aviation militaire, contributeur régulier à Aérojournal et AceS, ou Roman TÖPPEL, chercheur allemand révélé aux yeux du grand public par son livre sur Koursk qui fait désormais référence. Lire la suite « Iron Cross n°1 (Warners, 2019) »

Wehrmacht 46, volume 1 , Heer & Panzerwaffe (Caraktère, 2016)

Si la Wehrmacht capte l’attention de nombreux passionnés de la Seconde Guerre mondiale, cela est dû en partie par le poids doctrinal et technologique que les forces armées du III. Reich ont fait peser sur la façon de mener le combat. L’un des paradoxes les plus frappants de la Seconde Guerre mondiale est que les Allemands remportent leurs plus grands succès alors qu’ils sont loin d’être parés pour un conflit d’une telle ampleur (Pologne 1939, Ouest 1940, Balkans 1941, début de l’opération Barbarossa), mais sont défaits alors qu’ils bénéficient d’une avance technologique indéniable en fin de conflit.

Les luttes intestines inhérentes à la nature même du pouvoir nazi tournent à la gabegie, des préjugés raciaux éloignent certains ingénieurs ou certaines thèses scientifiques, un système de commandement du plus en plus centralisé et coupé des réalités entraînent les III. Reich dans la défaite.

Les recherches et les technologies développées par les Allemands voient très souvent leur aboutissement, leur industrialisation et leur engagement au combat… sous les couleurs de leurs adversaires. La guerre achevée, ces derniers ne s’y sont pas trompés. Américain, Britanniques, Soviétiques, Français : tous ont cherché à mettre la main sur les plans, les prototypes et surtout les cerveaux qui en possèdent les secrets. Quitte à passer un pudique voile sur leur engagement auprès du régime nazi ou leur implication dans un système industriel reposant sur le travail forcé et exploitant les camps de la mort. Lire la suite « Wehrmacht 46, volume 1 , Heer & Panzerwaffe (Caraktère, 2016) »