Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Xavier TRACOL’

Trucks & Tanks Magazine n°70 (Caraktère, 2018)

16 octobre 2018 Laisser un commentaire

En plus des rubriques d’actualités, ce numéro de Trucks & Tanks Magazine nous gratifie de deux beaux articles sur des engins post-1945 et français qui plus est (dans la continuité de l’article sur l’AMX-30 Pluton paru dans Trucks & Tanks n°69). Le premier passe en revue les déclinaisons de l’AMX 13 pour le génie dont un impressionnant poseur de pont et une version dépannage. Le second est dédié au char Leclerc, qualifié de meilleur MBT (Main Battle Tank) de la Guerre Froide dont il est effectivement issu. Les profils couleurs 3D sont toujours très beaux, au même titre que les profils à plat. Le texte raconte la genèse du char, décrit ses évolutions et son futur, les différentes séries en service au sein de l’armée française ainsi que les variantes (dépannage, remorquage spécifique), y compris celles n’ayant finalement pas abouti. Bref, une très bonne synthèse technique et matérielle (les engagements opérationnels ne sont pas traités, ni les versions export) qui permet de s’extraire un peu de la Seconde Guerre mondiale avant d’y replonger à nouveau (et avec toujours grand intérêt). Lire la suite…

Publicités

LOS ! n°40 (Caraktère, 2018)

L’une des batailles les plus longues et les plus complexes à appréhender de la Seconde Guerre mondiale est bien celle qui oppose Allemands et Alliés pour la maîtrise de l’Atlantique. Le « grand dossier » proposé par ce numéro de LOS ! des Editions Caraktère réussit en quelques pages à proposer une synthèse limpide et en plus magnifiquement illustrée. Articulée autour de trois articles, il permet de comprendre comment et pourquoi la montée en puissance de l’arme sous-marine allemande s’est faite par défaut devant l’échec de la flotte de surface. Cet essor et les premiers succès ne sont d’ailleurs possible que sous l’impulsion de Karl DÖNITZ, véritable maître d’oeuvre de cette dynamique. Mais à l’instar des autres fronts, le III. Reich n’est pas de taille à lutter sur la durée contre les Alliés, dès lors que les Etats-Unis entrent dans le conflit. Le déséquilibre industriel est trop important. Si les tonnages coulés sont parfois impressionnants, les mises en chantier de nouveaux navires le sont tout autant. L’article sur la réaction alliée est particulièrement intéressant, car chose assez rare, il étudie les tactiques des convois et de lutte sous-marine à l’aide de schémas clairs qui permettent de visualiser l’application opérationnelle des innovations technologiques. Les illustrations en 3D sont encore une fois bluffantes. Lire la suite…

Batailles & Blindés hors-série n°16 (Caraktère, 2011)

15 juillet 2018 2 commentaires

Cherchant à compenser son infériorité tant sur le plan humain que matériel, le III. Reich est à la recherche de la supériorité technologique dès 1942.

Le Panzer VI Ausf. E Tiger a été conçu en urgence en s’appuyant sur un ancien projet pourtant délaissé. Son successeur, le Panzer VI Ausf. B Königstiger est l’un des engins les plus puissants mis en oeuvre au cours de la Seconde Guerre mondiale [en-dehors de quelques projets qui ne voient jamais opérationnellement le jour faute de temps ou tout simplement par impossibilité technique et industrielle – cf. Batailles & Blindés n°83 (Caraktère, 2018), Trucks & Tanks Magazine n°55 (Caraktère, 2016), Trucks & Tanks Magazine hors-série n°25 (Caraktère, 2017)].

Le Panzerjäger VI Ferdinand / Elefant, le Jagdpanzer VI Jagdtiger ou le Jagdpanzer V Jagdpanther sont aussi des engins spécifiques destinés à être engagés dans des unités autonomes en appui des grandes autres unités plus classiques. Lire la suite…

Batailles & Blindés hors-série n°14 (Caraktère, 2010)

15 juillet 2018 2 commentaires

Quelques chars marquent l’histoire de l’arme blindée. Le Renault FT 17 est sans conteste le premier à avoir été produit en masse. Le T-34 est le premier à proposer un équilibre idéal entre puissance, protection, mobilité avec des formes modernes. Le Panzer VI Ausf. E Tiger est le premier char lourd opérationnel. Comme les deux autres, il marque de son empreinte les combats malgré un nombre d’engins produits relativement peu élevé.

Issu d’un projet remisé au placard, développé en un temps relativement bref, il gagne de suite une supériorité sur ses adversaires. Conservant la bonne ergonomie des Panzer III et Panzer IV, il franchit plus qu’un cap en termes de protection et de puissance de feu à tel point qu’il redonne immédiatement la supériorité technique aux Allemands en URSS là où il intervient.

Le Front de l’Est est taillé pour lui avec ses grands espaces. En 1943 et jusqu’en milieu d’année 1944, il règne en maître. Plusieurs as se distinguent à son bord. Contrairement à la légende fabriquée par la propagande soviétique, le Panzer VI Ausf. E Tiger s’en sort très bien à Koursk et provoque de véritables saignées dans les rangs adverses [cf. Koursk, 1943 (Perrin, 2018), mais aussi Batailles & Blindés hors-série n°20 (Caraktère, 2012) et Batailles & Blindés n°34 (Caraktère, 2017)]. Seul problème, et non des moindres, les capacités industrielles du III. Reich ne sont pas suffisantes pour en faire un char de masse et son emploi reste cantonné dans des secteurs bien précis, engagé dans des unités autonomes.  Lire la suite…

LOS ! n°38 (Caraktère, 2018)

C’est une sublime illustration de couverture qui illustre ce numéro de LOS !, le magazine de la guerre navale, aéronavale et sous-marine des Editions Caraktère. Fendant une eau d’un bleu turquoise sous un ciel mêlant ciel dégagée et nuages plus ou moins menaçants, l’Admiral Hipper est en effet, le dossier phare de ce numéro. Moins connu que les Bismarck et Tirpitz aux destins tragiques, l’Admiral Hipper n’en est pas moins symbolique des forces navales de surface de la Kriegsmarine du III. Reich au cours de la Seconde Guerre mondiale. Construit et lancé avant la guerre, il fait partie du plan Z destiné à doter l’Allemagne d’une flotte capable de s’opposer aux grandes puissances maritimes, programme qui ne sera jamais achevé car interrompu par le déclenchement de la guerre. Engagé lors de l’invasion de la Norvège (opération Weserübung), dans l’Atlantique lors des première velléités allemandes de porter le combat en surface contre les convois qui rallient la Grande-Bretagne, dans la Mer des Barents et lors de l’échec de l’opération Regenbogen, il est désarmé sur ordre d’Adolf HITLER qui, déçu des résultats obtenus, décide de désarmer sa flotte de haute mer… L’Admiral Hipper est dès lors cantonné à des missions d’entrainement ou de convoyage dans la Baltique mais ne participe plus à des opérations de combat. Bombardé lorsqu’il est en réparation à Kiel début avril 1945, il est ensuite sabordé. L’article qui lui est consacré comporte plusieurs profils couleurs en 3D donnant l’illusion aux lecteurs de se trouver à bord.

La fin de la flotte haute mer allemande ne laisse à la Kriegsmarine que les alternatives de la guerre sous-marine et côtière… Lire la suite…

Batailles & Blindés n°79 (Caraktère, 2017)

Batailles et Blindes 079Très teinté Seconde Guerre mondiale, ce numéro de Batailles & Blindés montre néanmoins le chemin parcouru en un siècle par les chars de combat.

Le premier engagement des chars français Schneider CA en avril 1917 n’est pas glorieux comme le rappelle un article centré sur les opérations (très complémentaire de celui paru dans GBM n°120 plutôt focalisé sur les carences techniques du Schneider CA). Lire la suite…

LOS ! hors-série n°12 (Caraktère, 2016)

LOS HS 012

Les Editions Caraktère nous ont habitué à leurs nombreux numéros à vocation biographique à côté des historiques d’unités. Ici, après les as de la Luftwaffe et de la Panzerwaffe, place aux as des U-Boote, les sous-marins allemands de la Seconde Guerre mondiale. Lire la suite…