Archive

Posts Tagged ‘Pascal COLOMBIER’

LOS ! n°48 (Caraktère, 2020)

15 janvier 2020 Laisser un commentaire

LOS 048En introduction de ce numéro de LOS ! , les deux articles concernant l’actualité sont passionnants. Non romancés à la différence de l’extraordinaire exercice de fiction parue dans LOS ! n°46, deux débats prospectifs sont ouverts : quels sont les futurs enjeux de la guerre sous-marine entre la Russie et l’OTAN et quelle réponse donner pour protéger les porte-avions face aux nouveaux missiles hypersoniques. Une très bonne illustration de l’importance des choix actuels pour un futur pas si proche que ça (mais pas si éloigné non plus)… Dans le domaine naval plus qu’ailleurs : compte tenu des temps de conception et de mise en chantier, un pays a bien des chances de faire toute la guerre avec la flotte qu’il s’est constitué avant le déclenchement des hostilités (voir LOS ! n°3 à propos du Plan Z allemand et LOS ! hors-série n°19 sur la marine impériale japonaise). Dans un monde de l’immédiat, la réflexion stratégique est malheureusement plus rare, moins prisée. Alors qu’elle est au moins aussi importante qu’avant (S’adapter pour vaincre, comment les armées évoluent contient quelques exemples sur les deux derniers siècles). Lire la suite…

Ligne de Front n°83 (Caraktère, 2020)

Ligne de Front 083Ligne de Front propose dans se première livrée de 2020 un retour sur plusieurs symboles de la Seconde Guerre mondiale. A commencer par le sujet qui fait la une de la couverture, mais pas que… A méditer car 75 ans ou 80 ans après les faits, c’est à la fois beaucoup mais peu. Suffisamment en tout cas pour prendre de la distance historique, regarder l’après et commencer à comprendre les enchaînements qui se produisent. D’un point de vue historiographie, nous sommes ici comblés. Lire la suite…

LOS ! n°47 (Caraktère, 2019)

9 novembre 2019 Laisser un commentaire

Le Yamato et le Graf Spee, deux navires symboliques de l’échec naval des marines japonaises et allemandes au cours de la Seconde Guerre mondiale sont au menu de ce numéro de LOS !. Tous deux ont en commun un destin tragique. Le premier dans une ultime tentative de sortie face à la flotte américaine en avril 1945 dans le cadre des combats pour Okinawa. La prédominance de l’aéronavale sur les cuirassés lourds est alors définitive. Le second, affaibli, coincé par la marine britannique obligé de se saborder après une guerre de course brève mais étonnante. Les deux articles proposent un texte de grande qualité avec un récit minuté des principaux engagements illustrés de cartes reportant les positions et les faits majeurs. Au-delà des combats eux-mêmes, les conditions dans lesquelles les décisions sont prises sont également évoquées – certaines d’entre elles poussées par la pression hiérarchiques ou tout simplement liée la personnalité de leurs décideurs sont lourdes de conséquence. Le tout est accompagné d’une iconographie encore une fois de très belle qualité que complètent des profils et des vues en 3D pour le Yamato. Concernant l’article sur le Graf Spee qui est la reprise d’un texte déjà paru dans LOS ! n°2 et dans LOS ! hors-série n°1, il faut se référer aux articles originaux pour bénéficier des superbes vues 3D du navire. Lire la suite…

LOS ! n°46 (Caraktère, 2019)

3 septembre 2019 1 commentaire

LOS 046Voilà un numéro qui commence fort, qui continue fort et qui termine fort… Les traditionnelles rubriques d’actualité laissent ici place à une uchronie particulièrement réussie qui donne du poids au retour de la probabilité d’un combat aéronaval entre grandes puissances. Un petit air du mythique Tempête Rouge de Tom Clancy… Une leçon sur les conséquences des sacrifices budgétaires en temps de paix qui se paient en vies humaines dès les premiers coups de missiles. Le message est passé… mais sera-t-il entendu et reçu par ceux qui décident des priorités budgétaires du pays ? Lire la suite…

LOS n°43 (Caraktère, 2019)

Avant de plonger dans le dossier principal du numéro consacré au Panzerschiff Deutschland rebaptisé en Lützow, la lecture des quelques pages d’actualité montre l’importance toujours actuelle de la maîtrise de la mer et la rapidité avec laquelle les situations évoluent. Ainsi, le problème de recrutements des sous-marins de la Royal Navy serait indirectement lie au Brexit tandis que le Chef d’état-major de la Marine Nationale voit resurgir la possibilité d’une confrontation en haute mer. A lire aussi, l’étonnant article sur la disparition d’épaves de le guerre dépecées secrètement pour leur acier aux caractéristiques bien particulières… Lire la suite…

LOS ! hors-série n°19 (Caraktère, 2018)

27 novembre 2018 4 commentaires

Dans la série des grandes Marines de la Seconde Guerre mondiale, ce numéro hors-série de LOS ! s’attarde très judicieusement sur la marine impériale japonaise, acteur clef de la guerre du Pacifique.

En un peu plus d’une centaine de pages, une brillante analyse et synthèse est proposée. Accompagnée d’une iconographie de grande qualité, notamment au travers de ses nombreux profils couleurs 3D (Kongō, Fusō, Akagi, Yamato, Shōkaku, Takao, I-400), c’est assurément un document de référence sur le sujet.

La présentation des origines de la stratégie maritime japonaise rappelle que Pearl Harbor n’est pas un coup de tête, mais le fruit d’une longue maturation d’une trentaine d’années dans laquelle tous les acteurs portent une part de responsabilité, Etats-Unis compris. Au même titre que les puissances victorieuses de 1918 portent aussi une part de responsabilité sur la Seconde Guerre mondiale en Europe dans la façon dont elles concluent la Première Guerre mondiale.  Lire la suite…

LOS ! n°40 (Caraktère, 2018)

1 octobre 2018 2 commentaires

L’une des batailles les plus longues et les plus complexes à appréhender de la Seconde Guerre mondiale est bien celle qui oppose Allemands et Alliés pour la maîtrise de l’Atlantique. Le « grand dossier » proposé par ce numéro de LOS ! des Editions Caraktère réussit en quelques pages à proposer une synthèse limpide et en plus magnifiquement illustrée. Articulée autour de trois articles, il permet de comprendre comment et pourquoi la montée en puissance de l’arme sous-marine allemande s’est faite par défaut devant l’échec de la flotte de surface. Cet essor et les premiers succès ne sont d’ailleurs possible que sous l’impulsion de Karl DÖNITZ, véritable maître d’oeuvre de cette dynamique. Mais à l’instar des autres fronts, le III. Reich n’est pas de taille à lutter sur la durée contre les Alliés, dès lors que les Etats-Unis entrent dans le conflit. Le déséquilibre industriel est trop important. Si les tonnages coulés sont parfois impressionnants, les mises en chantier de nouveaux navires le sont tout autant. L’article sur la réaction alliée est particulièrement intéressant, car chose assez rare, il étudie les tactiques des convois et de lutte sous-marine à l’aide de schémas clairs qui permettent de visualiser l’application opérationnelle des innovations technologiques. Les illustrations en 3D sont encore une fois bluffantes. Lire la suite…