Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Mur de l’Atlantique Atlantikwall’

Forteresse de Brest, maillon du Mur de l’Atlantique (Histoire & Fortifications, 2018)

9 septembre 2018 Laisser un commentaire

Dans l’esprit des autres ouvrages de Editions Histoire & Fortifications (cf. par exemple, Granville – Occupation, Libération, le raid), ce livre s’appuie sur une abondante iconographie très bien légendée pour aborder le contenu proposé. Il s’agit ici de passer au crible les fortifications de Brest durant la Seconde Guerre mondiale établies par les Allemands dans le cadre du Mur de l’Atlantique (Atlantikwall).

Plusieurs pages de textes permettent ainsi de couvrir dans le détail le rôle multiple et crucial de Brest pour la Kriegsmarine dès sa prise en 1940. Les sous-marins allemands s’installent (leur base est abondamment décrite – à compléter avec Les bases de sous-marins et de vedettes du Mur de l’Atlantique), mais aussi les croiseurs lourds Gneisenau, Scharnhorst et Prinz Eugen qui y font relâche après l’Admiral Hipper. Cibles des bombardiers britanniques qui visent régulièrement et massivement la ville et ses installations portuaires, ces bâtiments réussissent à franchir la Manche lors de l’opération Cerberus.

Le rôle de la résistance française et la présence de sous-marins japonais à Brest font partie des détails intéressants fournis également dans l’ouvrage. Le sommaire est en effet un peu tortueux, mais il est très agréable de s’y perdre ! Lire la suite…

Publicités

Kriegsmarine, Mer du Nord, Manche, Atlantique, 1940-1945 (Heimdal, 1997)

Paru à la même époque (fin des années 1990) que les albums historiques Atlantikwall, Dictionnaire historique des unités de l’Armée de Terre allemande et Dictionnaire historique des unités de Luftwaffe et de la Waffen-SS, cet ouvrage publié par les Editions Heimdal en reprend les principes : présentation générale, notices sur les unités impliquées et résumé des principaux engagements opérationnels, le tout accompagné d’une abondante iconographie et réuni dans un pavé de près de cinq cent pages.

Y sont parfaitement décrites l’installation de la Kriegsmarine en France et en Belgique après les victoires acquises à l’Ouest en mai et juin 1940 ainsi que sa montée en puissance permise par la réquisition de nombreux navires civils ensuite armés. Le livre n’oublie pas les unités de défense portuaires et l’ensemble des chaînes de commandement, sujets rarement abordés.

Les opérations navales décrites concernent essentiellement les briseurs de blocus, les sous-marins dans l’Atlantique, l’opération Cerberus, la réaction allemande sur les mers face au Débarquement allié en Normandie (y compris les engins spéciaux Biber, Neger) et la fin de la présence maritime allemande sur les côtes atlantique à l’été 1944. Lire la suite…

Catégories :Livres, Recension, Sommaire Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Les bases de sous-marins et de vedettes du Mur de l’Atlantique (Histoire & Fortifications, 2018)

1 juillet 2018 1 commentaire

Reposant sur une impressionnante quantité de clichés pris au sol ou des airs, lors de la construction, durant les bombardements ou après les combats, ce livre broché d’Histoire & Fortifications présente les différentes bases allemandes de sous-marins (U-Boot) et de vedettes (R-Boot, S-Boot) édifiées dans les ports français au cours de la Seconde Guerre mondiale.

En introduction, quelques clichés de bases situées hors de France sont présentées (Hambourg, Helgoland, Bergen, Ijmuiden, Rotterdam, Ostende, , façon d’insister que les côtes françaises ne sont pas les seules à abriter ce type d’installations destinées à protéger les embarcations et la logistique associée des bombardements aériens alliés.

C’est donc un document de base essentiel sur le sujet avec plus d’une centaine de pages imprimées sur un papier mettant en valeur la qualité des clichés.

Sont ainsi détaillées les bases suivantes : Lire la suite…

Le Mur de l’Atlantique en images, volume 2, AOK15 (Histoire & Fortifications, 2018)

11 juin 2018 1 commentaire

Conçu sur le même principe que le volume 1, ce second volume réunit toujours une sélection de clichés d’ouvrages remarquables du Mur de l’Atlantique (Atlantikwall) édifié au cours de la Seconde Guerre mondiale le long des côtes de la Norvège à la frontière franco-espagnole pour entraver tout débarquement allié, mais concernant cette fois-ci le secteur contrôlé par la 15. Armee (Haute-Normandie, Somme, Nord-Pas-de-Calais et Belgique).

Comme le précisent les auteurs dans l’avant-propos qui reste identique à celui du premier volume, l’accent a été mis sur la qualité et l’intérêt des photos qui proviennent à la fois des fonds allemands et américains avec plusieurs vues aériennes à plat ou plongeantes, ces dernières permettant de donner du relief.

Les vues des batteries prises après les bombardements parfois très massifs alliés sont impressionnantes. Le nombre, le diamètre et la profondeur des entonnoirs laissés par les bombes témoignent des moyens mis en oeuvre par les Alliés pour détruire les installations. A contrario, les bunkers résistent et remplissent leur rôle de protection des pièces d’artillerie. Lire la suite…

Le Mur de l’Atlantique en images, volume 1, AOK7 – AOK1 (Histoire & Fortifications, 2017)

9 juin 2018 1 commentaire

Rédigée par un noyau d’experts et de passionnés, cette monographie réunit une sélection de clichés d’ouvrages remarquables du Mur de l’Atlantique (Atlantikwall) édifié au cours de la Seconde Guerre mondiale le long des côtes de la Norvège à la frontière franco-espagnole pour entraver tout débarquement allié. Le premier volume concerne le secteur de la 7. Armee (Normandie et Bretagne) et celui de la 1. Armee (Vendée, Charente-Maritime, Gironde, Landes, Pays basque).

Comme le précisent les auteurs, l’accent a été mis sur la qualité et l’intérêt des photos qui proviennent à la fois des fonds allemands et américains avec plusieurs vues aériennes à plat ou plongeantes, ces dernières permettant de donner du relief. Lire la suite…

Objectif Hillman, le Wn 17 face aux assauts du 1st Suffolk (OREP, 2017)

Si le Débarquement le 6 juin 1944 est un indéniable succès allié, quelques grains de sable se sont glissés et vont peser très lourd dans la suite de la bataille de Normandie. Sur Sword Beach comme sur la plupart des zones d’assaut à l’exception d’Omaha Beach, les unités prennent pied relativement facilement et peuvent entamer leur progression vers l’intérieur des terres. Le Mur de l’Atlantique (Atlantikwall) est percé. Il ne réussit ni à bloquer les Alliés sur les plages, ni à causer des pertes telles que la tête de pont serait sous la menace de la moindre contre-attaque allemande.

L’un des échecs les plus importants de ce jour est l’incapacité des Britanniques à s’emparer de Caen le 6 juin, voire le 7. Les renforts allemands et notamment la 12. SS-Panzer-Division Hitlerjugend s’accrochent à la ville. Prendre impérativement, tout comme la tenir, devient l’obsession de chaque camp et conditionne jusqu’à fin juillet l’ensemble des opérations militaires.

Pourtant, tout avait bien commencé pour les Britanniques : la capture de Pegasus Bridge, le développement de la tête de pont aéroportée à l’est de l’Orne, le débarquement sur Sword Beach, la jonction des troupes débarquées avec celles parachutées… Lire la suite…

Atlantikwall, le Mur de l’Atlantique en France, 1940-1944 (Heimdal, 1995)

27 mai 2018 3 commentaires

Tout amateur des fortifications côtières allemandes le long du littoral français de l’Atlantique et de la Manche se doit de posséder cet album de plus de 450 pages. Malgré ses années, il n’en demeure pas moins la bible de référence sur le sujet.

Le premier quart du livre est consacré à l’histoire de cette ligne de défense destinée à contrer toute tentative alliée de débarquement et construite à grand renfort de béton, d’armes recyclées, de main  d’oeuvre réquisitionnée et de propagande. Les trois autres quarts détaillent, de la frontière belge à la frontière espagnole, les batteries et principaux points de défense élaborés jusqu’à l’été 1944. Les auteurs entrent dans un niveau de détail étonnant pour un ouvrage couvrant une telle étendue.

Le succès du Débarquement allié qui force en quelques heures seulement peut faire douter de l’utilité d’un tel dispositif. Cependant, sa construction et son renforcement fin 1943 et au premier semestre 1944 entraînent également une débauche de préparatifs chez les Alliés qui prennent du temps : bombardements aériens, moyens d’assaut spécifiques, ports artificiels. Jamais une telle opération n’a été aussi bien conçue et préparée. D’un point de vue tactique, les défenses de certains points ont permis aux Allemands de tenir davantage, voire jusqu’à la fin de la guerre pour certaines poches, compte tenu des moyens qu’il aurait fallu détourner pour les réduire, sans grand gain stratégique. Lire la suite…