Le groupe de combat allemand (Maranes, 2020)

Se plonger régulièrement dans les documents d’origine est plutôt salutaire pour les amateurs d’Histoire. Encore faut-il qu’ils soient accessibles, c’est à dire disponibles sur le marché et dans une langue maîtrisée par le lecteur. Les archives militaires allemandes de la Seconde Guerre mondiale sont parmi les plus ouvertes et les plus disponibles. En effet, leur saisie par les Alliés, leur traduction en anglais et la politique des archives nationales américaines de numériser pour rendre accessible au plus grand nombre les sources primaires permettent de compenser la destruction d’un certain nombre d’entre elles en raison de la défaite.

Publicités
Lire la suite « Le groupe de combat allemand (Maranes, 2020) »

Ligne de Front hors-série n°39 (Caraktère, 2020)

Entre fantasmes, armes miracles et dures réalités, l’armée allemande à la fin de la Seconde Guerre mondiale ne cesse de questionner. Assaillie de toutes parts, sur terre, dans les airs et sur mer jusque dans son sanctuaire de la Baltique, regroupée autour d’un territoire national à feu et à sang réduit à une portion de plus en plus congrue (voir la très parlante carte en page 5), elle parvient à retarder jusqu’à l’extrême l’échéance finale. Certes, l’historiographie est abondante sur les Ardennes ou Berlin, mais cela ne représente qu’une infime part des combats qui continuent d’embraser l’Europe dans les six derniers mois de la guerre. Il y a bien les articles de Batailles & Blindés sur les derniers Panzer à l’Ouest et à l’Est… mais ils ne représentent qu’une vision parcellaire du crépuscule de la Wehrmacht. Idem pour la Volksturm. Bref, une vision d’ensemble s’impose.

Lire la suite « Ligne de Front hors-série n°39 (Caraktère, 2020) »

Iron Cross n°5 (Warners, 2020)

Une nouvelle fois, Iron Cross fait admirablement le pont entre les deux guerres mondiales qui d’un point de vue militaire allemand forment une réelle continuité, même si de profondes transformations s’opèrent entre 1914 et 1945. La (superbe) couverture illustre ainsi cette continuité en annonçant un article sur les quelques aviateurs allemands qui effectuent les deux conflits aux manettes de leur appareils : Alfred LINDENBERGER, Gerhard HUBRICH, Bernhard Rudolf Hasso von WEDEL. La suite à suivre au prochain numéro ! Evidemment, ils ne sont pas les seuls hommes à avoir combattu les deux guerres, mais on imagine peu des pilotes reprenant le manche pour repartir au combat vingt ans plus tard… Comme d’habitude, les profils couleurs dessinés sont tout simplement superbes avec un cachet unique.

Lire la suite « Iron Cross n°5 (Warners, 2020) »

2e Guerre Mondiale n°82 (Mars & Clio, 2019)

Fidèle à son concept éditorial, ce numéro de 2e Guerre Mondiale continue de revisiter et de mettre en perspective les grands moments du conflit. Le choix des angles décalés par rapport au habituelles études historiques permet de révéler des aspects peu connus ou oubliés.

Ainsi, ce numéro revient sur l’importance de l’infanterie dans l’armée allemande et notamment durant les victoires à l’Ouest en 1940. En effet, la majorité de la ligne de front est tenue par des fantassins, même si la percée est obtenue par les troupes blindées et motorisées. L’auteur, Benoît RONDEAU, précise ainsi que le front en Hollande et au Nord de la Belgique est poussé par les divisions d’infanterie. Les soldats parcourent des dizaines de kilomètres par jour à pied. Ils franchissent de force nombre de coupures humides (Meuse, Somme, Aisne, Seine, Loire). La liste des exemples peut s’allonger de bien d’autres encore. Sans la marche en avant avec succès de l’infanterie en Hollande et en Belgique, Dunkerque n’est pas possible. Sans l’infanterie, la Somme et l’Aisne ne peuvent être franchies lors du démarrage de Fall Rot. Sans infanterie, l’armée allemande ne peut poursuivre la retraite et empêcher le rétablissement des unités françaises. Lire la suite « 2e Guerre Mondiale n°82 (Mars & Clio, 2019) »

Ligne de Front hors-série n°24 (Caraktère, 2015)

Le nombre d’unités d’infanterie engagées par les trois plus grosses armées de la Seconde Guerre mondiale (Allemagne, Etat-Unis, URSS) est impressionnant. Mais, comme pour les autres armes, le conflit introduit de profonde mutation dans l’armement et les tactiques des fantassins.

Ce numéro hors-série de Ligne de Front analyse donc la « reine des batailles » de chacun de ces belligérants. Après avoir présenté la situation à l’entrée du conflit, il détaille les évolutions doctrinales et les organisationnelles intervenues, soit par la force des choses (pertes), soit pour s’adapter à l’adversaire et aux terrains rencontrés.

C’est aussi l’occasion de rapidement évoquer les armes principales de ces infanteries (bien davantage de détails sont donnés dans le hors-série n°30).

Plusieurs schémas tactiques permettent de comprendre les principes de base des dispositifs d’attaque, de défense, de progression de défense antichar, de combat en milieu urbain. Ils rendent digne d’intérêt ce numéro pour les amateurs de jeux d’histoire à l’échelle tactique comme Advanced Squad Leader (ASL) ou Old School Tactical qui peuvent mieux comprendre la complémentarité des différents groupes et de l’apport de certaines armes de soutien. Lire la suite « Ligne de Front hors-série n°24 (Caraktère, 2015) »

Ligne de Front n°74 (Caraktère, 2018)

Quelles que soient les armes, navales, aériennes ou terrestres (et maintenant aussi spatiales), chaque pays entame une guerre avec ce dont il dispose. Pour le meilleur ou pour le pire… C’est la raison pour laquelle, la recherche et la veille doctrinale sont des disciplines fondamentales qui pèsent lourdement sur la victoire ou la défaite.

Ce numéro de Ligne de Front édité par Caraktère ouvre une étude en quatre volets sur la stratégie tactique et les règles d’emploi des armes de la Wehrmacht au cours de la Seconde Guerre mondiale. Certes, il s’agit encore d’une étude sur l’armée du III. Reich, mais elle vaut le détour. Espérons cependant qu’auteurs et éditeurs veuillent bien réaliser de façon tout aussi récurrente des travaux similaires sur les autres belligérants du conflit. Au passage, félicitons le travail par Histoire & Collections pour l’armée française à travers sa revue GBM.

Cette première partie se concentre sur les tactiques employées en 1940 qui réussissent si bien lors de Fall Gelb et sur l’offensive blindée sur un front étroit. Comme cela est aussi clairement identifié dans l’ouvrage d’Eric DENIS, La Wehrmacht de Fall Gelb, l’armée allemande atteint au printemps au 1940 son apogée. Sa réflexion et sa constitution sont le fruit d’une évolution doctrinale débutée au lendemain de la défaite de 1918 qui a été testée opérationnellement, à la fin de la Guerre d’Espagne et en Pologne (« combat proven » dirait-on au début du XXIème siècle). Lire la suite « Ligne de Front n°74 (Caraktère, 2018) »

Wehrmacht 46, volume 1 , Heer & Panzerwaffe (Caraktère, 2016)

Si la Wehrmacht capte l’attention de nombreux passionnés de la Seconde Guerre mondiale, cela est dû en partie par le poids doctrinal et technologique que les forces armées du III. Reich ont fait peser sur la façon de mener le combat. L’un des paradoxes les plus frappants de la Seconde Guerre mondiale est que les Allemands remportent leurs plus grands succès alors qu’ils sont loin d’être parés pour un conflit d’une telle ampleur (Pologne 1939, Ouest 1940, Balkans 1941, début de l’opération Barbarossa), mais sont défaits alors qu’ils bénéficient d’une avance technologique indéniable en fin de conflit.

Les luttes intestines inhérentes à la nature même du pouvoir nazi tournent à la gabegie, des préjugés raciaux éloignent certains ingénieurs ou certaines thèses scientifiques, un système de commandement du plus en plus centralisé et coupé des réalités entraînent les III. Reich dans la défaite.

Les recherches et les technologies développées par les Allemands voient très souvent leur aboutissement, leur industrialisation et leur engagement au combat… sous les couleurs de leurs adversaires. La guerre achevée, ces derniers ne s’y sont pas trompés. Américain, Britanniques, Soviétiques, Français : tous ont cherché à mettre la main sur les plans, les prototypes et surtout les cerveaux qui en possèdent les secrets. Quitte à passer un pudique voile sur leur engagement auprès du régime nazi ou leur implication dans un système industriel reposant sur le travail forcé et exploitant les camps de la mort. Lire la suite « Wehrmacht 46, volume 1 , Heer & Panzerwaffe (Caraktère, 2016) »

Dictionnaire du Débarquement et de la Bataille de Normandie (Ouest-France, 2011)

Edité par Ouest-France sous la direction de Claude QUETEL avec la contribution de quelques auteurs connus pour leurs travaux historiques (Benoît RONDEAU, Christophe PRIME, Yann MAGDELAINE, Pascal VANNIER), ce Dictionnaire du Débarquement (et de la bataille de Normandie) est un ouvrage très pratique qui convient tant à l’amateur qu’au spécialiste. Un travail inégalé.

Lire la suite « Dictionnaire du Débarquement et de la Bataille de Normandie (Ouest-France, 2011) »