Histoire de Guerre n°55 (Histopresse, 2005)

Voilà un numéro particulière dense et original que propose Histoire de Guerre. Dense parce que le sommaire s’articule autour de six articles de fond bien étayés. Original en raison des sujets traités ! La palme revient à l’étude sur l’armée italienne à l’été 1943 où la succession de défaites provoque son changement d’alliance dans la Seconde Guerre mondiale et son déchirement interne à l’image de ce que la France connaît en juin 1940. L’offensive du 4 juin 1940 de la 2ème Division Cuirassée à Abbeville est à ce titre symbolique. Elle conclut une période de plusieurs jours de durs combats durant lesquels les blindés successivement britanniques et français jettent toutes leur force pour tenter d’anéantir la tête de pont allemande avant que la seconde bataille de France ne soit lancée. L’assaut de la 4ème Division Cuirassée est bien connu par l’historiographie traditionnelle, celui du 4 juin 1940 l’est beaucoup moins.

Lire la suite « Histoire de Guerre n°55 (Histopresse, 2005) »

Histoire de Guerre n°49 (Histopresse, 2004)

Dans un numéro au sommaire particulièrement varié, les événements de mai et juin 1940 occupent néanmoins une place prépondérante. En couverture, les opérations aériennes au-dessus de Dunkerque font l’objet d’une superbe étude qui pousse au-delà de la narration des combats eux-mêmes en s’interrogeant sur les conséquences de la bataille aérienne sur l’évolution des forces aériennes respectives destinées à s’affronter de nouveau dans un futur très proche. Bien vu de présenter Dunkerque comme le premier round de la bataille d’Angleterre. A compléter avec Histoire de Guerre8 concernant le Haltbefehl.

Lire la suite « Histoire de Guerre n°49 (Histopresse, 2004) »

Histoire de Guerre n°8 (Polygone, 2000)

Comme l’annonce la couverture, ce numéro d’Histoire de Guerre contient une très longue et passionnante analyse de l’ordre d’arrêt donné par von RUNDSTEDT et confirmé par Adolf HITLER des divisions blindées allemandes remontant sur Dunkerque. Depuis, la question de la motivation de cet ordre qui permet le déroulement de l’opération Dynamo ne cesse d’interroger. D’un côté, il permet le rembarquement de la British Expeditionary Force (BEF), de l’autre, il rend possible le déclenchement de Fall Rot dès le 5 juin 1940… Ce qui est clair en tout en tout cas, ce sont les discussions qui sont de part et d’autre particulièrement animées. Et qu’il ne faut pas juger en connaissant la suite. Cette étude particulièrement plaisante n’est cependant pas le seul intérêt de ce numéro particulièrement riche.

Lire la suite « Histoire de Guerre n°8 (Polygone, 2000) »

Forteresse de Brest, maillon du Mur de l’Atlantique (Histoire & Fortifications, 2018)

Dans l’esprit des autres ouvrages de Editions Histoire & Fortifications (cf. par exemple, Granville – Occupation, Libération, le raid), ce livre s’appuie sur une abondante iconographie très bien légendée pour aborder le contenu proposé. Il s’agit ici de passer au crible les fortifications de Brest durant la Seconde Guerre mondiale établies par les Allemands dans le cadre du Mur de l’Atlantique (Atlantikwall).

Plusieurs pages de textes permettent ainsi de couvrir dans le détail le rôle multiple et crucial de Brest pour la Kriegsmarine dès sa prise en 1940. Les sous-marins allemands s’installent (leur base est abondamment décrite – à compléter avec Les bases de sous-marins et de vedettes du Mur de l’Atlantique), mais aussi les croiseurs lourds Gneisenau, Scharnhorst et Prinz Eugen qui y font relâche après l’Admiral Hipper. Cibles des bombardiers britanniques qui visent régulièrement et massivement la ville et ses installations portuaires, ces bâtiments réussissent à franchir la Manche lors de l’opération Cerberus.

Le rôle de la résistance française et la présence de sous-marins japonais à Brest font partie des détails intéressants fournis également dans l’ouvrage. Le sommaire est en effet un peu tortueux, mais il est très agréable de s’y perdre ! Lire la suite « Forteresse de Brest, maillon du Mur de l’Atlantique (Histoire & Fortifications, 2018) »

Kriegsmarine, Mer du Nord, Manche, Atlantique, 1940-1945 (Heimdal, 1997)

Paru à la même époque (fin des années 1990) que les albums historiques Atlantikwall, Dictionnaire historique des unités de l’Armée de Terre allemande et Dictionnaire historique des unités de Luftwaffe et de la Waffen-SS, cet ouvrage publié par les Editions Heimdal en reprend les principes : présentation générale, notices sur les unités impliquées et résumé des principaux engagements opérationnels, le tout accompagné d’une abondante iconographie et réuni dans un pavé de près de cinq cent pages.

Y sont parfaitement décrites l’installation de la Kriegsmarine en France et en Belgique après les victoires acquises à l’Ouest en mai et juin 1940 ainsi que sa montée en puissance permise par la réquisition de nombreux navires civils ensuite armés. Le livre n’oublie pas les unités de défense portuaires et l’ensemble des chaînes de commandement, sujets rarement abordés.

Les opérations navales décrites concernent essentiellement les briseurs de blocus, les sous-marins dans l’Atlantique, l’opération Cerberus, la réaction allemande sur les mers face au Débarquement allié en Normandie (y compris les engins spéciaux Biber, Neger) et la fin de la présence maritime allemande sur les côtes atlantique à l’été 1944. Lire la suite « Kriegsmarine, Mer du Nord, Manche, Atlantique, 1940-1945 (Heimdal, 1997) »

Granville – Occupation, Libération, le raid (Histoire & Fortifications, 2015)

Dans ce fascicule de près de 60 pages, les auteurs passent en revue les fortifications établies par les Allemands au cours de la Seconde Guerre mondiale pour protéger la côte et les installations portuaires de Granville, port normand situé à l’Ouest du Cotentin face aux îles anglo-normandes. A l’appui, de très nombreuses photos d’époque, des plans et des cartes des différents points d’appui et bunkers.

Mais ce livre ne s’arrête pas là puisqu’il décrit également les différentes unités allemandes qui se sont trouvées en poste au cours de la guerre, la destruction du port par les Occupants avant sa Libération du 31 juillet 1944 par la 6th US Armored Division, sa réhabilitation par le génie maritime américain et enfin le raid allemand dans la nuit du 8 au 9 mars 1945 en provenance de Jersey et mené par des hommes de la 719. Infanterie-Division avec des moyens issus de la 46. Minensuch-Flottille et de la 6. Artillerieträger-Flottille ayant survécu aux opérations face au Débarquement allié et à la bataille de Normandie. Lire la suite « Granville – Occupation, Libération, le raid (Histoire & Fortifications, 2015) »