Archive

Posts Tagged ‘7th US Armored Division’

Ardennes 1944/1945 – samedi 23 décembre 1944

23 décembre 2019 Laisser un commentaire

Sur les Hautes Fagnes, la situation est définitivement figée. Plus aucune action n’est entreprise par les Allemands contre Bütgenbach ou Malmedy. Cette localité est malheureusement bombardée par erreur par l’aviation alliée bien qu’elle soit aux mains des Américains.  La Kampfgruppe Peiper est encerclée à La Gleize et n’a plus une goutte d’essence : l’ordre de repli est donné, mais seuls les hommes valides peuvent espérer percer vers les lignes allemandes. Après avoir effectué un crochet par la zone de la 5. Panzeer-Armee, la 2. SS-Panzer-Division relève la 560. Volksgrenadier-Division et prend d’assaut Barraque Fraiture. Dans le même temps, les unités américaines qui tenaient le saillant de Saint-Vith, notamment la 7th US Armored Division, s’échappe par Vielsalm avant de faire sauter le pont. Lire la suite…

Ardennes 1944/1945 – vendredi 22 décembre 1944

22 décembre 2019 Laisser un commentaire

A la fin du 21 décembre 1944, la situation est toujours aussi désespérante pour les Allemands. Pourtant l’attaque continue et il n’est pas question de stopper les efforts… Lire la suite…

Ardennes 1944/1945 – jeudi 21 décembre 1944

21 décembre 2019 2 commentaires

La veille, les nuages continuent de s’amonceler au-dessus de l’offensive allemande des Ardennes, au sens propre et figuré. Les Hautes Fagnes restent une barrière infranchissable : ni l’arrivée de la 3. Panzergrenadier-Division, ni le glissement de la 12. SS-Panzer-Division n’apportent une quelconque perspective de victoire. La Kampfgruppe Peiper est immobilisée à La Gleize, les tentatives des autres unités de la 1. SS-Panzer-Division et de la 9. SS-Panzer-Division restent pour le moment infructueuses. Saint-Vith est toujours aux mains des alliés. Les pointes avancées de la 116. Panzer-Division, de la 2. Panzer-Division et de la 130. Panzer-Lehr-Division continuent leur progression vers la Meuse mais les renforts américains arrivent désormais en permanence. La ville de Bastogne est maintenant solidement défendue, même si presque totalement encerclée : l’occasion de l’enlever sans coup férir est déjà largement passée. Les quelques succès de la 7. Armee ne peuvent masquer son extrême fragilité et ne permettent en aucun cas de créer un rempart défensif pour protéger le flanc sud de l’avance (voir Ligne de Front hors-série n°37). Lire la suite…

Ardennes 1944/1945 – mercredi 20 décembre 1944

20 décembre 2019 2 commentaires

A la fin de la quatrième journée de l’offensive allemande, il est à peu près clair que ses objectifs initiaux ne peuvent maintenant pas être atteints. L’unique chance de succès de la 6. SS-Panzer-Armee, la Kampfgruppe Peiper, a été stoppée juste après la sortie de Stoumont et a dû rebrousser chemin sur La Gleize. Ses lignes de ravitaillement sont menacées avec la reprise partielle de Stavelot par les Américains tandis que son flanc droit est exposé du fait de l’échec de la 12. SS-Panzer-Division à franchir les Hautes Fagnes et son flanc gauche par le saillant de Saint-Vith dans lequel s’engouffre la 7th US Armored Division. La seule bonne nouvelle pour les Allemands résident dans la progression des divisions blindées de la 5. Panzer-Armee. Mais des erreurs de commandement ne leur permettent pas de s’emparer de Bastogne avant que la défense américaine ne se renforce. Lire la suite…

Ardennes 1944/1945 – mardi 19 décembre 1944

19 décembre 2019 2 commentaires

Le troisième jour d’offensive est marqué par de profondes avancées vers Houffalize et Bastogne par les divisions blindées de la 5. Panzer-Armee qui ont percé la 28th US Infantry Division de toutes parts. Mais plusieurs hésitations et erreur ont fait perdre du temps alors que les renforts américains envoyés dès les 16 et 17 décembre 1944 commencent à rejoindre les Ardennes. Alors que deux régiments de la 106th US Infantry Division sont encerclés dans la Schnee Eifel, la 7th US Armored Division commence à prendre position autour de Saint-Vith, créant un important abcès en plein centre du dispositif allemand. La 6. SS-Panzer-Armee est toujours tenue en échec devant les Hautes Fagnes et la Kampfgruppe Peiper est isolé autour de La Gleize (voir Les Panzer de Peiper face à l’US Army) alors que les Américains ont sur ses arrières déjà réinvestis une partie de Stavelot. Lire la suite…

Ardennes 1944/1945 – lundi 18 décembre 1944

18 décembre 2019 1 commentaire

A la fin de la seconde journée de l’offensive, la situation est contrastée pour les Allemands. La 6. Panzer-Armee bute sur les Hautes Fagnes alors que des renforts américains arrivent déjà. L’opération aéroportée Stösser est un échec et les parachutistes ne seront d’aucune utilité pour faciliter la percée. La Kampfgruppe Peiper a pu progresser quelque peu, mais en ratant l’opportunité de soutenir la 12. SS-Panzer-Division après avoir pris Bullange, elle prend le risque de voir son flanc gauche s’étirer sans aucune protection. Reprenant sa route dans la vallée de l’Amblève, elle arrive en vue de Stavelot mais une embuscade l’empêche de s’en emparer dans la foulée. Les premiers crimes de guerre sont commis. Dans la Schnee Eifel, deux régiments de la 106th US Infantry Division sont encerclés. Au-delà de l’Our, la 28th US Infantry Division est bien trop étirée et craque de partout malgré la résistance de ses hommes. Lire la suite…

39/45 Magazine n°354 (Heimdal, 2019)

24 février 2019 2 commentaires

Encore un numéro particulièrement soigné de 39/45 Magazine tant sur le fond que sur la forme ! Et nous ne pouvons que souscrire aux propos du rédacteur-en-chef dans son éditorial quand il affirme que « l’Histoire, dont celle de la Seconde Guerre mondiale, est un continent immense à découvrir et à redécouvrir ».

La période de l’Entre-Deux-Guerres, la montée en puissance du nazisme et sa prise de pouvoir restent globalement un mystère. La victoire de 1918 ne résout rien, bien au contraire. L’Europe centrale et orientale est totalement déstabilisée par la Révolution bolchevique, l’effondrement des empires allemand et austro-hongrois. Dans cet environnement, la France manque de vision et de stratégie globale alors que le désordre s’aggrave sur le continent. Cela ne l’empêche de jouer un rôle, comme en témoigne l’étude passionnante sur le financement occulte des groupuscules qui agitent l’Allemagne au début des années 20, dont l’embryon du parti nazi. Cette situation n’est pas sans rappeler les errements américains (et occidentaux) beaucoup plus contemporains qui amènent l’éclosion de terrorisme islamique et Daech. Lire la suite…