Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Vincent DUSSUTOUR’

Normandie 1944 Magazine n°29 (Heimdal, 2018)

14 novembre 2018 1 commentaire

Les armées alliées sont particulièrement à l’honneur de ce numéro de Normandie 1944 Magazine avec des sujets inédits, des enquêtes historiques et même un « making of » d’un livre. Bref, un vrai régal…

Illustré de très belles pièces de collection et réalisée à partir de l’observation détaillée de photos d’époque, un premier article présente l’Invasion West utilisée notamment par les troupes américaines lors de l’assaut du 6 juin 1944. Mal conçus, ou plutôt mal utilisés, ces gilets fourre-tout entraînent la perte de nombreux soldats qui coulent sous le poids de leur équipement et qui ne peuvent s’en dépêtrer dès lors qu’ils n’ont pas pied. Il n’empêche que les hommes de la 4th US Infantry Division continuent à les utiliser lors des combats en Normandie en les raccourcissant pour à la fois les alléger et conserver l’atout de leur nombreuses poches de rangement. Un bel exemple d’adaptation aux réalités de la guerre mais aussi de pratique non officielle mais collectivement appliquée. Lire la suite…

Publicités

Normandie 1944 Magazine n°14 (Heimdal, 2015)

8 septembre 2018 1 commentaire

L’histoire militaire ne peut se résumer aux seuls combats et ne peut faire fi ni de l’avant, ni de l’après. Ce numéro de Normandie 1944 Magazine illustre parfaitement l’étendue du spectre éditorial que doit proposer aux lecteurs les revues spécialisées.

La Seconde Guerre mondiale a vu beaucoup d’innovations technologiques et doctrinales. Mais le progrès ne s’est pas limité en ces seuls domaines. En témoigne l’article sur l’enjeu de la logistique permettant aux services des santé alliés de transfuser les blessés. La médecine de guerre se modernise, se complexifie. Elle prend une importance de plus en plus importante dans les armées occidentales. La Seconde Guerre mondiale annonce ainsi les conflits contemporains où une attention de plus en plus grande est portée en amont à la préparation physique et psychologique des militaires en complément des seuls rudiments purement militaires ainsi que la médecine de guerre cherchant de plus en plus à sauver et à réparer. La logique du zéro mort dans ses propres rangs est encore loin, mais la volonté de limiter les pertes définitives est déjà présente chez les Alliés.

Inaugurant une série de trois articles sur la destinée des matériels laissés sur le champ de bataille (cf. Normandie 1944 Magazine n°15 et Normandie 1944 Magazine n°16), ce numéro s’intéresse plus particulièrement au dépôt établi à Saint-Lambert-sur-Dives après les combats. Regroupant nombre d’épaves entassées dans la poche de Falaise-Trun-Chambois quand la 7. Armee s’échappe des pinces alliées, il contient un véritable bestiaires des matériels roulants, blindés et d’artillerie allemands engagées à l’époque. A noter une très belle carte des engins entassés surimprimée sur une vue aérienne, le tout sur deux pages. Lire la suite…

Normandie 1944 Magazine n°25 (Heimdal, 2017)

29 novembre 2017 3 commentaires

Normandie 1944 025Avec ce numéro, Normandie 1944 Magazine célèbre ses six années d’existence. Si le tout premier numéro laissait craindre une opération de recyclage des fonds d’articles des Editions Heimdal au milieu de quelques sujets inédits, la revue a rapidement su trouver son rythme de croisière et surtout apporter une vision renouvelée, détaillée et originale de la bataille de Normandie de juin à août 1944.

C’est l’occasion pour Georges BERNAGE, fondateur des Editions Heimdal et de 39/45 Magazine, de revenir sur son parcours de patron de maison d’édition mais également de sa passion. Plus de quarante ans se sont écoulés depuis ses premières publications. Depuis, le monde a changé (les vétérans ne sont plus, le Mur de Berlin est tombé, la mondialisation s’est insinuée partout, les conflits sont devenus asymétriques et terroristes) et la révolution numérique a révolutionné l’accès aux sources et la diffusion de la connaissance. Hermétiques aux nouvelles technologies (pas d’application pour les revues sur un support numérique, site web très rustique), très fortement concurrencées par des nouveaux acteurs plus modernes, les Editions Heimdal ont parfois tangué mais ont su rebondir en s’appuyant en permanence sur des fondations solides et un coup de patte apprécié des passionnés. Dans la longue liste des noms cités comme ayant contribué de façon décisive, il y a de nombreux oublis, notamment ceux qui, pour une raison ou une autre, ont choisi un chemin différent ou une autre maison d’éditions. Mais le style Heimdal est toujours présent et fait des émules pour le plus grand plaisir des lecteurs et passionnés, qui savent aussi goûté aux joies de la concurrence… Lire la suite…

Normandie 1944 Magazine n°11 (Editions Heimdal, mai / juin / juillet 2014)

revue_normandie1944_011**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

Publié au moment du 70ème anniversaire du Débarquement en Normandie, ce numéro confirme le rythme de croisière pris désormais par cette revue trimestrielle des Editions Heimdal.

Le gros morceau consiste en la première partie d’une étude très précise de la 2. SS-Panzer-Division « Das Reich » prise dans la Poche de Roncey et sa percée pour rejoindre les lignes allemandes. C’est l’occasion de revenir en détail sur l’épopée de l’as Fritz LANGANKE à La Baleine. Le principal intérêt de l’article est de mettre en parallèle le témoignage de l’Allemand et les archives alliées. Un vrai travail de recherche, très bien illustré, plaisant à lire et à regarder !

Le deuxième gros morceau est constitué de la seconde partie de l’étude de la 50th (Northumbrian) Infantry Division dans les combats autour de Tilly-sur-Seulles et plus spécifiquement à Saint-Pierre. A cette occasion, elle affronte la 130. Panzer-Lehr-Division qui lui mène la vie dure et qui illustre la capacité de résistance des troupes allemandes, à mener des contres ciblés mais également leur incapacité à prendre un ascendant décisif sur leurs adversaires.

Troisième bataille abordée, celle de Rots voit s’affronter le 11 juin 1944 Canadiens et Britanniques face aux jeunes Allemands de la 12. SS-Panzer-Division « Hitlerjugend ». Ce n’est que le début de longues semaines de combat…

La part du militaria et des objets de collection est importante. D’une part dans l’illustration articles mais également à l’occasion du dossier consacré à quatre casques américains retrouvés plusieurs décennies après les événements, ce qui est l’occasion d’étudier en détail le casque standard de l’armée américaine de la Seconde Guerre mondiale et qui restera en dotation jusqu’en 1985.

=> Sommaire détaillé


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Normandie 1944 Magazine n°10 (Editions Heimdal, février / mars / avril 2014)

16 février 2014 Laisser un commentaire

normandie1944010**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

Le cœur de ce numéro est une étude particulièrement intéressante de Frédéric DEPRUN (auteur d’un excellent livre « Panzers en Normandie » sur la Panther-Abteilung de la 24. Panzer-Division attribuée à la 116. Panzer-Division en Normandie) sur les colonnes de ravitaillement de la 7. Armee au cours de la bataille de Normandie grâce aux notes prises par un vétéran au cours des évènements et sur le reflux de l’armée allemande vers la Seine et plus particulièrement vers le pont d’Oissel, dernier point de passage franchissable. La seconde partie de l’étude s’attardera plus particulièrement sur le destin de celui-ci. Sur le franchissement de la Seine par l’armée allemande en retraite à l’issue de la bataille de Normandie, il faut lire « Seine de guerre » de Thierry CHION. Loin des lignes de combat, mais exposés en permanence à la menace aérienne alliée, les chauffeurs des colonnes de ravitaillement sont soumis à la fatigue des longues étapes routières, des opérations de chargement et de déchargement dans les dépôts et sont aussi exposés à la pression des unités combattantes qui n’hésitent pas à utiliser la force. Peu habitués au front, ces hommes sont exposés à un stress d’autant plus difficile à supporter qu’ils n’ont pas été soumis à un entraînement intensif et ont peu d’expérience. Les toutes dernières pages de l’article étudient le détail des épaves abandonnées sur un périmètre assez restreint sur la route du pont d’Oissel en s’appuyant sur les témoignages des vétérans et les sources photographies. Ce type d’article prouve s’il en était encore besoin que des pans entiers de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, y compris de ses moments les plus étudiés comme la bataille de Normandie, restent à explorer.

Deux articles s’attardent sur les infrastructures déployées par les Alliés pour accompagner le soutien aérien au plus près de la ligne de front. Le premier s’attarde sur l’aérodrome « B9 » et le seconde sur les unités de sauvetage et de réparation de la RAF et de la RCAF. Sans ces unités méconnues, il serait impossible de gagner la bataille car il serait impossible d’offrir le soutien logistique nécessaire aux unités en première ligne. Pour bien mesurer l’ampleur des efforts logistiques anglo-américains pour prendre pied sur le continent, il est nécessaire de consulter « 50 aérodromes pour une victoire ».

Sur le Débarquement proprement dit, ce numéro poursuit son étude sur le rôle de l’US Coast Guards et propose un article original sur les « éclaireurs » des forces navales alliées dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 avec deux vues des échos radars de la côte normande tels que captés par l’armada alliée.

Côté combats proprement dits, un article propose une première partie d’une étude sur la 8th Durham Light Regiment de la 50th (Northumbrian) Infantry Division à Tilly-sur-Seulles (voir aussi le livre « Tilly-sur-Seulles » de l’auteur de l’article Stéphane JACQUET) et un retour sur la Côte 112, haut lieu des combats entre Britanniques et Allemands en Normandie (voir aussi « Enfer sur la Côte 112 » de Georges BERNAGE). Les parachutistes américains ne sont pas oubliés avec une rapide évocation d’un vétéran américain du 502nd PIR de la 101st US Airborne Division « Screaming Eagles » mort de ses blessures le 11 juin à la suite d’un straffing de deux Messerschmitt Bf 109 sur les positions américaines autour de Carentan.

Un article étudie plus spécifiquement l’Infanterie-Regiment 729 de la 709. Infanterie-Division dans son rôle de troupe d’occupation avant le 6 juin 1944 et dans sa participation à la mise en place du Mur de l’Atlantique pour faire face à un débarquement allié sur le continent.

=> Normandie 1944 Magazine n°10, Editions Heimdal, février / mars / avril 2014, 11 € (prix à parution, France métropolitaine), 98 pages

=> Texte, photos N&B, cartes, profils couleurs, reproductions couleurs d’objets d’époque.

www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !