Publicités

Archive

Posts Tagged ‘URSS 1941/1945’

Batailles & Blindés n°88 (Caraktère, 2018)

4 décembre 2018 Laisser un commentaire

Trois classiques de la Seconde Guerre mondiale sont revisités avec brio dans ce numéro de Batailles & Blindés. C’est tout d’abord la chute de Tobrouk qui consacre l’Afrika-Korps d’Erwin ROMMEL avec un article qui ne se concentre que sur les combats pour la forteresse elle-même. Clair et précis.

Retour à Koursk aussi, mais sous un angle un peu original loin des traditionnelles études sur la pince Nord ou la pince Sud avec son fer de lance composé des trois divisions de la Waffen-SS. Non, il s’agit ici d’étudier la « deuxième pince Sud » de KEMPF qui doit appuyer et protéger l’avance du II. SS-Panzer-Korps. Quand MODEL stoppe l’offensive par le Nord, l’opération Zitadelle n’est pas encore perdue pour les Allemands. Les pertes soviétiques sont énormes et la pince Sud poursuit son avance. Mais l’impossibilité de l’Armee-Abteilung Kempf d’appuyer correctement l’offensive causée par la défense sacrificielle de certaines unités de l’Armée Rouge ne permet pas aux Allemands de conserver la dynamique et l’énergie cinétique qui peuvent leur permettre de percer. Article indispensable pour comprendre l’échec allemand, même si celui-ci n’est pas le désastre présenté par la propagande soviétique (cf. Koursk, 1943), et pour compléter les Batailles & Blindés numéros hors-série 9, 10 et 34. Lire la suite…

Publicités

Ligne de Front n°76 (Caraktère, 2018)

17 octobre 2018 2 commentaires

Deux très beaux projets contemporains ouvrent ce numéro de Ligne de Front qui met en avant le travail de passionnés pour faire vivre l’Histoire et le souvenir. En redonnant vie à quelques reliques de la Seconde Guerre mondiale à l’image de ces Canadiens qui restaurent le Flakpanzer IV Wirbelwind du Base Borden Military Museum ou qui reconstituent les ambiance d’époque tels ces figurants à Belfort. De quoi commencer avec envie ce numéro particulièrement éclectique.

Stephan CAZENAVE (cf. Hitlerjugend volume 1.1 et volume 2) partage quelques uns des témoignages accumulés au fils des ans quand les vétérans étaient encore en vie et disponibles. Il s’agit ici des premiers pas de jeunes enrôlés dans ce qui va devenir la 12. SS-Panzer-Division. Ces récits donnent aussi de la consistance aux conditions de l’époque et permettent de comprendre ce qui se passait, loin de la réécriture de l’Histoire avec des yeux contemporains. Les méthodes de recrutement sont quelque peu incisives et les motivations très variées. A chacun de se faire son propre avis.

S’en suit un article très intéressant sur la protection d’Adolf HITLER avant et après son accession au pouvoir. La Leibstandarte SS n’en est que la partie émergée. Le schéma qui explique la filiation des unités impliquées aide d’ailleurs bien à la compréhension. Paradoxalement, plusieurs failles existent dans la sécurité et l’article liste les principales tentatives d’assassinat venant de l’intérieur et de l’extérieur. Aidé aussi par la chance, il échappera à toutes les conspirations, et seules la défaite militaire concrétisée par la chute de Berlin entraîne sa fin. Berlin justement où ce numéro se penche aussi plus particulièrement sur les combats pour le Reichstag qui ne sont pas les plus connus, exception faite de la célèbre photo de propagande soviétique montrant un soldat hissant acrobatiquement le drapeau de l’URSS sur le toit. Lire la suite…

Trucks & Tanks Magazine n°70 (Caraktère, 2018)

16 octobre 2018 Laisser un commentaire

En plus des rubriques d’actualités, ce numéro de Trucks & Tanks Magazine nous gratifie de deux beaux articles sur des engins post-1945 et français qui plus est (dans la continuité de l’article sur l’AMX-30 Pluton paru dans Trucks & Tanks n°69). Le premier passe en revue les déclinaisons de l’AMX 13 pour le génie dont un impressionnant poseur de pont et une version dépannage. Le second est dédié au char Leclerc, qualifié de meilleur MBT (Main Battle Tank) de la Guerre Froide dont il est effectivement issu. Les profils couleurs 3D sont toujours très beaux, au même titre que les profils à plat. Le texte raconte la genèse du char, décrit ses évolutions et son futur, les différentes séries en service au sein de l’armée française ainsi que les variantes (dépannage, remorquage spécifique), y compris celles n’ayant finalement pas abouti. Bref, une très bonne synthèse technique et matérielle (les engagements opérationnels ne sont pas traités, ni les versions export) qui permet de s’extraire un peu de la Seconde Guerre mondiale avant d’y replonger à nouveau (et avec toujours grand intérêt). Lire la suite…

Infographie de la Seconde Guerre mondiale (Perrin, 2018)

14 octobre 2018 1 commentaire

Une recension du Figaro titrait avantageusement : la Seconde Guerre mondiale comme vous ne l’avez jamais vue ! En effet, le conflit est abordé de façon très original par du multiples, tableaux, graphiques et infographies pour chacune des entrées thématiques des quatre parties (cadre militaire et humain, armes et armées, batailles et campagnes, bilan et fractures). L’interview donnée par Jean LOPEZ, toujours au Figaro, éclaire l’ambition du projet.

Le principal avantage de ce livre est de réunir une masse de statistiques qui couvrent tout le conflit et pas uniquement les aspects militaires. Les données économiques sont en effet indispensables à connaître. Les données sur les pertes, la résistance, la déportation, les crimes de guerre, les déplacements de la population sont effrayantes. Les avoir réunies ainsi montre l’ampleur du drame humain qui s’est joué. Autre plus, la vision n’est pas uniquement franco-française, elle se veut globale. Quand le livre parle de Résistance ou de Collaboration, c’est au niveau européen que les sujets sont traités, même si un détail plus approfondi est apporté pour la France. En ce qui concerne l’Asie et le Pacifique, le livre a le mérite de souligner le rôle majeur de la Chine. Par contre, ce théâtre d’opérations est moins détaillé que celui européen. Lire la suite…

Interview de Gabriel THERIAULT pour son livre Dans les ventres d’acier (ADA, 2018)

12 octobre 2018 Laisser un commentaire

Gabriel THERIAULT, auteur du livre Dans les ventres d’acier, présente son projet, ses sources d’inspiration (truffées de références littéraires) et ses projets…

Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Avec plaisir! Gabriel Thériault, un auteur québécois dans la trentaine. Mes études universitaires m’ont d’abord porté vers la chevalerie et les croisades auxquelles j’ai consacré mon mémoire de maîtrise (master). Je me présenterais comme un historien militaire fortement influencé par les travaux de Keegan. Mes objets d’étude et d’intérêt sont les mentalités, les cultures, les notions de crimes de guerre et les problèmes de conscience qui peuvent en découler. L’importance que l’historien doit attacher à l’atmosphère mentale et à cette façon d’être au monde propre à chaque époque décrit bien mon approche située au confluent d’une pratique historique et littéraire.

Par conséquent, ma curiosité est essentiellement tournée vers l’histoire du soldat au front, les pieds dans la merde et la boue. Bref, une histoire militaire par le bas, sur les manières dont le soldat pouvait vivre et dépasser les dures conditions d’engagement, sur ses motivations, sur son moral, sur sa réalité et son vécu. Lire la suite…

Dans les ventres d’acier (ADA, 2018)

7 octobre 2018 2 commentaires

Sur la vie quotidienne au front des soldats allemands au cours de la Seconde Guerre mondiale, il y avait les romans de Sven HASSEL ou les ouvrages romancés de Jean MABIRE. Il faut maintenant compter avec celui de Gabriel THERIAULT. Aussi passionnant, prenant et poignant qu’Eclairs lointains écrit dans un camps de prisonnier dans les mois qui suivent la chute de Stalingrad par l’un de ses témoins directs.

Dans les ventres d’acier se lit comme on regarde un film de guerre moderne. C’est Fury en version littéraire, côté germanique et sur le Front de l’Est. Le lecteur est plongé dans l’action, dans l’horreur des combats, dans l’habitacle d’un char, dans la tête, les yeux, le nez et la bouche- bref dans la peau – des hommes qui livrent combat.

L’action principale se situe à partir du printemps 1942 dans les centres d’entrainement de la Panzerwaffe puis dans les forêts et marais autour de Leningrad en plein hiver 1943. Après le choc qui suit les premiers affrontements avec les chars soviétiques T-34, KV-1 et autres KV-2 dont le héros est l’un des rescapés miraculeux de l’été 1941, l’armée allemande cherche la riposte. La première est le Panzer VI Ausf. E Tiger dont les premiers exemplaires sortent au compte compte pour être engagés au sein de bataillons autonomes. L’un de ceux-ci est la schwere Panzer-Abteilung 502 dont le lecteur suit les premiers engagements d’abord laborieux, voire désastreux. Lire la suite…

Batailles & Blindés n°87 (Caraktère, 2018)

28 septembre 2018 2 commentaires

C’est un sommaire particulièrement riche et intéressant que propose ce numéro de Batailles & Blindés des Editions Caraktère, preuve encore une fois qu’il reste à la fois beaucoup à découvrir sur la Seconde Guerre mondiale (y compris son avant comme son après) et à réanalyser de façon plus critique.

Après Koursk (cf. 39/45 Magazine n°351 et Koursk, 1943), c’est autour d’une figure de l’arme blindée allemande de faire les frais du renouvellement des connaissances. Heinz GUDERIAN a été porté dans l’après-guerre par le récit de ses mémoires. Même si elles sont passionnantes car riches d’anecdotes et de témoignages de première main, il n’en demeure pas moins que son propre auteur a cherché à bâtir une image, se donner le beau rôle et à minorer sa compromission avec le régime hitlérien. La première partie de l’étude que lui consacre Batailles & Blindés se penche uniquement sur la période d’avant-guerre. Son rôle au cours du premier conflit mondial est peut-être moins étincelant que pour d’autres, mais il développe une expertise dans les transmissions alors en plein essor. Il se montre néanmoins très bûcheur et affiche déjà des bonnes qualités tactiques. La défaite est un traumatisme pour lui et il s’engage dans les corps francs. Episode passé sous silence dans ses mémoires, l’article rappelle qu’il est affecté à l’Eiserne Division qui se rend coupables de crimes dans les pays baltes et notamment à Riga. Lire la suite…