Archive

Posts Tagged ‘uniformes’

Militaria n°413 (Histoire & Collections, 2020)

6 février 2020 Laisser un commentaire

Militaria 413Sortant largement des sentiers battus, ce numéro de Militaria comble largement les amateurs de l’armée française et de la bataille des Ardennes. Lire la suite…

Intense programme de souscriptions en 2020 chez Heimdal !

5 février 2020 Laisser un commentaire

Intense programme de souscriptions chez Heimdal  !

Les amateurs d’aéronautique tricolore peuvent se régaler d’avance avec un ouvrage sur l’une des cinq compagnies qui donna naissance à Air France : la CFRNA / CIDNA. Côté aviation toujours, Many SOUFFAN (voir le magazine Aces) prépare deux ouvrages sur l’aviation française libre (en Normandie et escadrille Normandie-Niemen). Sans compter les mémoires de l’as des FAFL, André COURVAL…

Après les succès de ses incontournables ouvrages sur mai / juin 1940, Jean-Yves MARY prépare un nouvel opus empruntant un titre célèbre, « l’inexorable défaite ». Lire la suite…

Militaria n°409 (Histoire & Collections, 2019)

Militaria 409Une splendide reconstitution des Chasseurs ardennais est à la une de ce numéro de Militaria. C’est l’occasion de revenir sur ces troupes particulières qui jouent les premiers rôles des les premières heures de l’invasion allemande en mai 1940. Les Chasseurs ardennais symbolisent à la fois l’esprit de résistance belge face au nombre, mais aussi les occasions manquées, puisque le choix stratégique de choisir de retarder l’ennemi plutôt que de lui résister dans les Ardennes se révèle néfaste (voir La déroute française de 1940, la faute aux Belges ? ou 10-11 mai 1940, une défaite annoncée). Les Allemands menant une série d’opérations spéciales particulièrement réussies (opération NiWi ou L’attaque silencieuse par exemple) pour faciliter la traversée des Ardennes et la Meuse, les Chasseurs ardennais se retrouvent vite bousculés et trop peu nombreux. Pourtant, là où ils résistent (ou ne reçoivent pas les ordres de repli), les retards s’accumulent pour les Allemands. L’article évoque les combats pour Chabrehez entre le 3ème Régiment de Chasseurs ardennais et la 7. Panzer-Division. Lire la suite…

Uniformes n°324 (Regi’arm, 2019)

Uniformes 324La conclusion de l’éditorial de Laurent BERRAFATO mérite d’être reproduite. Au sujet des passionnés, il écrit : « le noyau dur c’est vous, lecteurs d’Uniformes mais aussi de nos confrères Militaria Magazine, 39/45 Magazine, Véhicules militaires, Normandie 44, etc. C’est grâce à vous que l’histoire militaire est préservée, vous êtes les gardiens de la flamme face au néant ».

C’est beau ! Tout d’abord, le propos n’est pas sectaire, il englobe des revues concurrentes ou qui se positionnent sur un lectorat très proche qui malgré sa passion est contraint pas sa raison : l’argent. Ensuite, cet éditorial reconnaît la valeur ajoutée des passionnés. Il ne s’agit pas de la nostalgie d’une époque ou d’un monde particulier. Mais bien d’entretenir le souvenir des anciens qui se sont battus ou vécus des moments difficiles. Collectionner des objets, lire, réaliser des maquettes, jouer à des jeux d’Histoire, se plonger dans les archives : ce sont autant de facettes d’une passion, d’un amour du passé qui y puisent de l’énergie pour affronter le quotidien et le futur.

Point de passionnés, point de préservation du patrimoine, point de publications, point de recherches. Lire la suite…

Militaria n°404 (Histoire & Collections, 2019)

Militaria 404Ce numéro qui se veut « équilibré » selon la formule de son éditorial réussit en effet à proposer quelques sujets originaux et à couvrir trois grandes périodes de l’histoire militaire contemporaine.

La Première Guerre mondiale est abordée par le biais du Marine-Korps Flandern. Au-delà des très belles reproductions d’objets d’époque en couleurs et des photos d’archives, l’article est consacré aux hommes des 1. et 2. Marine-Division issus des surplus de troupes de la marine impériale allemande et transformés progressivement en fantassins. La description de l’évolution des tenues est très intéressante et montre de fait l’assimilation de ces unités à l’armée de terre. Dans la rubrique « Trésor de chine », quelques clichés et documents d’un vétéran français du 106ème Régiment d’Artillerie Lourde. Lire la suite…

39/45 Magazine n°348 (Heimdal, 2018)

30 mars 2018 1 commentaire

Numéro d’hiver oblige, cet opus de 39/45 Magazine des Editions Heimdal propose un article fouillé sur les combats de Stavelot lors de la contre-offensive des Ardennes de décembre 1944 rédigé par l’un des meilleurs experts du sujet, Hugues WENKIN, qui complète parfaitement son ouvrage Stavelot, La Gleize, le destin des Tiger de Peiper paru aux Editions Caraktère en 2015. Cet épisode est particulièrement représentatif des errements allemands et de la ténacité américaine. Si en mai 1940, tout souriait aux forces armées du III. Reich qui se trouvaient dans une situation idéale de préparation [cf. 1940, la Wehrmacht de Fall Gelb (Economica, 2018)] face à des adversaires en retard d’une guerre, ce n’est plus du tout le cas en cette fin d’année 1944. Les velléités offensives sont handicapée par du matériel non adapté, un ravitaillement insuffisant, des troupes fatiguées ou manquant d’entraînement, une chaîne de commandement  complètement sclérosée de haut en bas de la hiérarchie militaire. En face, l’armée américaine sait faire preuve de souplesse, d’initiative et de réactivité (qualités qui font défaut aux armées alliées en 1940, notamment françaises). Dès qu’il s’élance, la Kampfgruppe Peiper qui doit percer et ouvrir la voie jusqu’à la Meuse connaît des difficultés dans sa progression. L’énergie de sa pointe s’émousse trop vite du fait des embouteillages, de la confusion et des blocages rencontrés. Des erreurs tactiques sont faites. Les erreurs de jugement sont nombreuses. Elles provoquent des pertes inutiles et surtout gâchent les opportunités laissées par l’ennemi. A la lecture de l’article, le lecteur comprend que le contre-offensive des Ardennes est vouée à l’échec dès le premier jour… Lire la suite…

2e Guerre Mondiale n°75 (Mars & Clio, 2018)

2GM 075Ce numéro de 2e Guerre mondiale de Mars & Clio Editions s’articule autour de quatre articles majeurs. Le premier est tout simplement extraordinaire.

En effet, la percée des Ardennes en mai 1940 est souvent relatée dans le détail, mais principalement du côté allemand. Ce n’est pas le cas ici, puisque Pascal KREGER (compagnon d’écriture de Jean-Yves MARY dans la rédaction des fabuleux séries d’ouvrages consacrés à mai et juin 1940 – Le corridor des Panzer volume 1, Le Corridor des Panzer volume 2, Le carrousel des Panzer volume 1, Le Carrousel des Panzer volume 2, Mémorial de la bataille de France volume 1, Mémorial de la bataille de France volume 2) présente les faits côté belge et Chasseurs ardennais. Au cours des premières heures de l’offensive allemande, les deux camps se livrent à une course contre la montre. D’un côté pour avancer le plus vite possible avec une série d’opérations spéciales destinées à ouvrir la route des unités blindées, de l’autre avec des combats retardateurs pour avoir le temps de préparer la ligne de résistance principale. Les combats menés par les Chasseurs ardennais montrent qu’il est possible de résister et de ralentir l’avance allemande à partir du moment où les unités s’accrochent au terrain ou qu’elles ne reçoivent tout simplement pas l’ordre de décrocher… Le courage de ces hommes est mal employé compte tenu d’une appréciation erronée des grands états-majors alliés, notamment français, et une stratégie belge déconnectée des intérêts de l’alliance formée avec la France (cf. Jean-Claude DELHEZ, La déroute française de 1940, la faute aux Belges ?). Les photos attachées à l’article méritent également le détour… Lire la suite…