Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Sturmgewehr StG 45’

Ligne de Front hors-série n°30 (Caraktère, 2017)

11 août 2018 2 commentaires

En dépit de l’attention portée aux troupes blindées ou aux opérations aéronavales, la Seconde Guerre mondiale a été un conflit où l’infanterie a joué un rôle immense, inégalé à une telle échelle, par le nombre d’hommes engagés et l’immensité des théâtres d’opérations.

Ce numéro hors-série de Ligne de Front est donc un élément de base dans la documentation consacrée à ce conflit. Construit sur un modèle encyclopédique, il détaille les principales armes d’infanterie de l’Allemagne, des Etats-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne, de l’Italie, du Japon et de l’URSS (pistolets, pistolets-mitrailleurs, fusils, fusils-mitrailleurs, fusils-antichars et mitrailleuses). L’histoire et le fonctionnement de chaque arme sont décrits de façon claire et succincte avec en complément des profils couleurs et photos. Les descriptifs des mécanismes de tir sont  indispensables pour comprendre ça marche. Les éventuelles déclinaisons sont également précisées.

Ce numéro complète utilement le hors-série n°24 consacré à l’infanterie allemande, américaine et soviétique de la Seconde Guerre mondiale. Les amateurs des armes allemandes peuvent également se tourner vers le numéro 27 (plus complet sur les armes uniquement allemandes mais dont sont issues les notices reprises dans le hors-série n°30) et Wehrmacht 46 volume 1 qui décrit également tous les projets en termes d’armement du III. Reich à la fin de la guerre. Lire la suite…

Publicités
Catégories :Magazines, Recension, Revues, Sommaire Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Wehrmacht 46, volume 1 , Heer & Panzerwaffe (Caraktère, 2016)

11 février 2018 2 commentaires

Si la Wehrmacht capte l’attention de nombreux passionnés de la Seconde Guerre mondiale, cela est dû en partie par le poids doctrinal et technologique que les forces armées du III. Reich ont fait peser sur la façon de mener le combat. L’un des paradoxes les plus frappants de la Seconde Guerre mondiale est que les Allemands remportent leurs plus grands succès alors qu’ils sont loin d’être parés pour un conflit d’une telle ampleur (Pologne 1939, Ouest 1940, Balkans 1941, début de l’opération Barbarossa), mais sont défaits alors qu’ils bénéficient d’une avance technologique indéniable en fin de conflit.

Les luttes intestines inhérentes à la nature même du pouvoir nazi tournent à la gabegie, des préjugés raciaux éloignent certains ingénieurs ou certaines thèses scientifiques, un système de commandement du plus en plus centralisé et coupé des réalités entraînent les III. Reich dans la défaite.

Les recherches et les technologies développées par les Allemands voient très souvent leur aboutissement, leur industrialisation et leur engagement au combat… sous les couleurs de leurs adversaires. La guerre achevée, ces derniers ne s’y sont pas trompés. Américain, Britanniques, Soviétiques, Français : tous ont cherché à mettre la main sur les plans, les prototypes et surtout les cerveaux qui en possèdent les secrets. Quitte à passer un pudique voile sur leur engagement auprès du régime nazi ou leur implication dans un système industriel reposant sur le travail forcé et exploitant les camps de la mort. Lire la suite…

Catégories :Livres, Recension, Sommaire Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,