Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Sous-marins japonais’

2e Guerre Mondiale n°81 (Mars & Clio, 2019)

31 décembre 2018 1 commentaire

Beaucoup de fantasmes et quelques pépites ! C’est ce qui pourrait caractériser ce numéro de 2e Guerre Mondiale.

Le dossier principal est consacré aux armes miracles du III. Reich mises en avant par la propagande pour faire espérer un hypothétique renversement de tendance à la fin de conflit. Premier constat, ces armes nouvelles ne concernent pas uniquement les V1 et les V2 ou les avions à réaction. La marine bénéficie également des avancées technologiques et les premiers missiles font leur apparition. Certes, trop peu, trop tard… Mais l’armée allemande de la fin de la Seconde Guerre mondiale possède clairement une avance sur ses adversaires, parfois gaspillée au profit de quelques projets délirants alors que la rationalisation et la concentration des moyens étaient particulièrement indispensables face aux géants industriels et économiques qu’étaient les Etats-Unis et l’URSS. Les armes de l’après-guerre sont clairement l’héritage technologique du III. Reich, ce qui permet à de nombreux scientifiques de se recycler auprès de l’un ou l’autre des vainqueurs malgré leur engagement passé. Sans oublier que la bombe nucléaire n’est pas maîtrisée, et de loin. La synthèse est encore une fois bonne et ne se perd pas dans les détails techniques. Lire la suite…

Publicités

Forteresse de Brest, maillon du Mur de l’Atlantique (Histoire & Fortifications, 2018)

9 septembre 2018 1 commentaire

Dans l’esprit des autres ouvrages de Editions Histoire & Fortifications (cf. par exemple, Granville – Occupation, Libération, le raid), ce livre s’appuie sur une abondante iconographie très bien légendée pour aborder le contenu proposé. Il s’agit ici de passer au crible les fortifications de Brest durant la Seconde Guerre mondiale établies par les Allemands dans le cadre du Mur de l’Atlantique (Atlantikwall).

Plusieurs pages de textes permettent ainsi de couvrir dans le détail le rôle multiple et crucial de Brest pour la Kriegsmarine dès sa prise en 1940. Les sous-marins allemands s’installent (leur base est abondamment décrite – à compléter avec Les bases de sous-marins et de vedettes du Mur de l’Atlantique), mais aussi les croiseurs lourds Gneisenau, Scharnhorst et Prinz Eugen qui y font relâche après l’Admiral Hipper. Cibles des bombardiers britanniques qui visent régulièrement et massivement la ville et ses installations portuaires, ces bâtiments réussissent à franchir la Manche lors de l’opération Cerberus.

Le rôle de la résistance française et la présence de sous-marins japonais à Brest font partie des détails intéressants fournis également dans l’ouvrage. Le sommaire est en effet un peu tortueux, mais il est très agréable de s’y perdre ! Lire la suite…