2e Guerre Mondiale n°53 (Editions Astrolabe, mars / avril 2014)

revue_2gm_053**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

La couverture de ce numéro peut alimenter tous les fantasmes de certains et toute la haine des autres. Le principal dossier du numéro est consacré l’ésotérisme et à l’occultisme nazi. La première question qui peut se poser est : quoi de neuf ? En fait, sur le fond pas grand-chose. Les articles reviennent sur la société de Thulé, Heinrich HIMMLER, le château du Wewelsburg et les codes de la SS. Mais au-delà de cette synthèse bien faite, l’intérêt de ce dossier réside surtout sur le mythe et sa déclinaison dans les milieux néonazis ou d’extrême-droite ainsi que l’exploitation que le cinéma en a faite avec notamment Indiana Jones. En bref, passionnant et questionnant sur les propres interprétations qui peuvent être faites de l’Histoire.

Justement, les deux articles de la rubrique « comprendre l’Histoire » analysent d’un côté la pratique de la reconstitution (certains diront de l’histoire vivante) et ses questions morales, et de l’autre côté l’image des soldats de la Seconde Guerre mondiale dans l’esprit du grand public où les clichés jouent un rôle prépondérants, souvent entretenus par le cinéma et certains ouvrages loin d’être exemplaire d’un point de vue rigueur historique et scientifique.

Trois articles plus centrés sur les aspects militaires du conflit sont également présents et méritent tous une grande attention. Le premier est une très bonne synthèse des généraux limogés. Si les exemples allemands viennent le plus facilement à l’esprit, et sont les plus nombreux, des généraux américains et britanniques furent aussi l’objet de limogeage. L’article ne propose pas une succession de portraits, mais au contraire chercher à faire une synthèse des motivations (défaite, désobéissance, santés, difficultés relationnelles…) et des conséquences. Comme le rappelle son auteur, l’article est vraiment une construction originale qui n’est pas la transcription de tel ou tel ouvrage.

L’autre synthèse particulièrement bien réussie est celle qui analyse la réaction allemande face au Débarquement allié en 1944, non pas sous un angle purement militaire, mais sous celui des conséquences sur la répression qui s’instaure, notamment face à la multiplication des actes de résistance et de sabotage. Après quelques exemples, l’auteur essaye de comprendre l’origine de cette brutalité (idéologie nazie, expérience du Front de l’Est, lutte contre les partisans, priorité aux impératifs militaires).

Enfin, un article revient sur les combats dans la région d’Orel à l’automne 1941 lors de la course final vers Moscou. Les blindés allemands se font durement étrillés par les chars soviétiques à Mtsenk, bataille peu connue, mais qui est un épisode de plus qui va progressivement stopper, user et laminer les forces combattantes de la Wehrmacht à l’Est. Deux superbes profils couleurs de chars allemands aux couleurs pré-hivernales sur des pleines pages A4 accompagnent l’article.

=> Sommaire détaillé

=> 2e Guerre Mondiale n°53, Editions Astrolabe, mars / avril 2014, 6,95 € (prix à parution, France métropolitaine), 84 pages

=> Texte, photos N&B et couleurs, cartes, profils couleurs

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités

Militaria Magazine n°344 (Editions Histoire & Collections, mars 2014)

revue_militaria_344**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

Au-delà des habituelles rubriques d’annonces, d’informations et malheureusement de publicités, ce numéro de Militaria Magazine comprend un article très original sur les combats du bataillon du Mont-Blanc issu des forces de la Résistance dans les Alpes fin 1944 / début 1945 contre notamment les chasseurs alpins allemands de la 5. Gebirgs-Division. Anecdotique quant à son impact sur les opérations en général, cet épisode n’en démontre pas moins la vaste étendue de détails qu’il reste à découvrir et à explorer sur la Seconde Guerre mondiale. Les reproductions d’uniformes d’époque sont très belles.

Ce numéro poursuit l’imposante revue des insignes de la « Yeomanry » qui en est ici à sa 22ème partie et se concentre sur le 104 (Essex Yeomanry) Regiment Royal Horse Artillery (Palestine, Afrique du Nord, Italie, Autriche – Birmanie et Inde pour la 414 Battery) et sur le 147 (Essex Yeomnary) Regiment Royal Horse Artillery (Grande-Bretagne, Normandie, Pays-Bas, Allemagne). Bien plus que les présentations des insignes, cette série d’articles est une vraie encyclopédie de toutes les unités qui puisent leurs traditions dans les anciennes milices britanniques formées à la fin du XVIIIème siècle.

La suite de l’étude sur les sabres et épées de la Polizei sous le III. Reich est l’opportunité de découvrir de belles pièces et surtout la complexité de l’organisation policière à cette époque. Dans le même genre, un article poursuit son exploration des outils du soldat allemand de la Seconde Guerre mondiale avec ce sixième volet consacré aux cisailles et porte-pelles. Très spécialisé et construit comme une sorte d’inventaire, celui-ci se focalise surtout sur les caractéristiques visuelles des outils présentés. Comme pour les matériels plus lourds (canons, chars, etc.), l’armée allemande fait feu de tout bois également dans le domaine des petits équipements individuels en recyclant des stocks de la Première Guerre mondiale et de belligérants vaincus.

Particulièrement intéressant, un article présente sous toutes les coutures la tenue d’un fantassin soviétique en 1942 et commence une série d’articles sur l’officier belge en 1940.

La couverture pourrait laisser penser que le numéro contient un gros morceau consacré sur les hommes des U-Boot en Méditerranée. En fait, il n’y a que quatre pages consacrées au commandant de l’U-617, Albrecht BRANDI. Les photos et les pièces de collection sont néanmoins exceptionnelles. Dommage que l’article soit aussi réduit !

Plus contemporain, le second article consacré aux pilotes de l’US Navy au cours du Vitenam contient quelques belles reproductions d’uniformes. Les photos d’époque sont par contre un peu décevantes.

=> Sommaire détaillé

=> Militaria Magazine n°344, Editions Histoire & Collections, mars 2014, 7,50 € (prix à parution, France métropolitaine), 84 pages

=> Texte, photos N&B et couleurs, cartes, profils couleurs, reproductions couleurs d’objets d’époque

=> Rechercher un exemplaire à acheter sur eBay

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Sous le feu, la mort comme hypothèse de travail (Michel GOYA, Editions Tallandier, janvier 2014)

tallandier_goya_michel_sous_le_feu**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

Livre étonnant et original, Sous le feu du colonel Michel GOYA est une plongée dans les secondes et les minutes du soldat qui fait face au feu ennemi, peut être blessé ou mourir à tout instant et qui inversement peut ôter la vie de l’adversaire ou commettre un irréparable « dégât collatéral ».

A partir de témoignages recueillis auprès de vétérans de conflits contemporains ou dans la littérature des conflits plus anciens, mais toujours modernes, auxquels se mélangent des souvenirs personnels, les pages montrent en quoi l’homme doit être capable de sortir de son propre rôle pour combattre, se dépasser, et l’intérêt de l’entraînement, de la cohésion, etc.

Qu’ils soient officiers, sous-officiers ou simples soldats, les combattants sont tous soumis aux mêmes contraintes. La peur entraîne une surconsommation des munitions, des réactions irrationnelles et finalement apporte assez peu de résultats. Ceux qui font des « scores », réussissent une action impossible sont finalement assez peu nombreux. Le rôle des armées est de transformer et d’amener le plus d’hommes ordinaires à faire des choses extraordinaires en s’appuyant sur un noyau qui de toute façon fera plus. Le livre ramène le nombre de victoires de l’aviation au début du XXème siècle au nombre d’as, ou comment la majorité des victoires est issues d’une minorité d’hommes…

Le livre étudie également les conséquences traumatiques et psychiques du combat.

Enfin, dans un monde pétri d’individualisme et de recherche du confort personnel, Michel GOYA nous rappelle qu’un petit nombre d’entre nous se sacrifie et se dépasse au prix de son sang ou de sa santé psychique pour préserver notre bulle de prospérité et d’inconscience.

Brillant et incontournable pour tous ceux qui s’intéressent aux hommes et aux femmes qui font la guerre et nous garantissent de vivre en paix…

=> Sous le feu, Michel GOYA, Editions Tallandier, janvier 2014, 20,90 € (prix à parution, France métropolitaine), 274 pages

=> Texte.

www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Ligne de Front n°40 (Editions Caraktère, janvier 2013)

ldf040La livraison de « Noël » du magazine bimestriel Ligne de Front des Editions Caraktère propose tout au long de ses pages une succession d’articles réellement inédits et pertinents.

Le dossier central est la seconde partie de l’engagement de la 6. SS-Panzer-Armee dans les plaines de Hongrie pour tenter une nouvelle fois de dégager Budapest assiégé par l’Armée Rouge. L’article revient sur les conditions du transfert de l’armée des Ardennes, après son échec à forcer les lignes américaines et à atteindre la Meuse, vers le Front de l’Est dans un III. Reich dévasté et aux abois. Après un descriptif des opérations militaires proprement dites, la conclusion analyse les deux engagements de cette armée blindée, et au-delà d’elle sur les forces et faiblesses de la façon dont les Allemands mènent alors leurs opérations militaires. Les carences de planification sont criantes alors qu’une bonne préparation, une excellente maîtrise du tempo opérationnel et l’optimisation de la logistique sont devenus indispensables compte tenu de la supériorité adverse et de la situation stratégique. Jusqu’à la fin, la Wehrmacht privilégie la tactique et s’appuie sur une coopération interarmes très poussée.

Etude à lire absolument !

Autre article passionnant, celui sur le soldat japonais de la Seconde Guerre mondiale montre à quel les champs d’investigation et d’étude sont encore très nombreux sur ce conflit.

Ce numéro aborde également la Seconde Guerre mondiale vue du continent américain avec deux articles. Le premier sur les liens de l’Amérique Latine avec le III. Reich montre à quel point cet aspect a été très souvent surestimé. Le second également très intéressant étudient les plans de défense des Etats-Unis pour défendre leur territoire et les options allemandes pour frapper le territoire américain.

Deux courtes études valent également le détour : le mythe du réseau « Odessa » et l’exfiltration des nazis en Amérique du Sud et l’engagement des Pionniers allemands à Koursk lors de l’Opération « Zitadelle ».

Enfin, Ligne de Front revient sur la guerre en Afghanistan et l’engagement de l’armée française dans la lutte contre les Talibans.

*****************************************

www.3945km.com, l’accès aux sources d’information de la Seconde Guerre mondiale !

Visitez notre Boutique Seconde Guerre mondiale !

Complétez votre collection de Ligne de Front !