Aérojournal n°77 (Caraktère, 2020)

Confrontée à une impasse opérationnelle face aux bombardement stratégiques alliés sur son territoire aux conséquences gravissimes sur son tissus industriel et logistique, la Luftwaffe n’a donc d’autre choix que de rechercher la rupture technologique. Plus que dans d’autres domaines, la puissance industrielle américaine apporte un avantage décisif que les armes traditionnelles ne parviennent pas à compenser. Il n’y a pas que dans son ciel que le III. Reich est en difficulté au cours de la Seconde Guerre mondiale. La lutte contre les flottes alliées et les masses de chars soviétiques peut aussi bénéficier de cette nouvelle donne technologique dans les airs…

Publicités
Lire la suite « Aérojournal n°77 (Caraktère, 2020) »

Aérojournal hors-série n°34 (Caraktère, 2019)

Aerojournal HS 034Avec brio, Aérojournal s’attaque ici à un appareil d’exception. Le défi est osé, mais parfaitement réussi. Véritable rupture technologique, le Messerschmitt Me 262 Schwalbe est le précurseur de l’avion de combat moderne à réaction. Symbole de l’avance technologique allemande lors de la Seconde Guerre mondiale, l’avion est cependant victime d’errements qui retardent son engagement opérationnel au point d’arriver bien trop tard pour espérer retourner la situation. Lire la suite « Aérojournal hors-série n°34 (Caraktère, 2019) »

2e Guerre Mondiale n°81 (Mars & Clio, 2019)

Beaucoup de fantasmes et quelques pépites ! C’est ce qui pourrait caractériser ce numéro de 2e Guerre Mondiale.

Le dossier principal est consacré aux armes miracles du III. Reich mises en avant par la propagande pour faire espérer un hypothétique renversement de tendance à la fin de conflit. Premier constat, ces armes nouvelles ne concernent pas uniquement les V1 et les V2 ou les avions à réaction. La marine bénéficie également des avancées technologiques et les premiers missiles font leur apparition. Certes, trop peu, trop tard… Mais l’armée allemande de la fin de la Seconde Guerre mondiale possède clairement une avance sur ses adversaires, parfois gaspillée au profit de quelques projets délirants alors que la rationalisation et la concentration des moyens étaient particulièrement indispensables face aux géants industriels et économiques qu’étaient les Etats-Unis et l’URSS. Les armes de l’après-guerre sont clairement l’héritage technologique du III. Reich, ce qui permet à de nombreux scientifiques de se recycler auprès de l’un ou l’autre des vainqueurs malgré leur engagement passé. Sans oublier que la bombe nucléaire n’est pas maîtrisée, et de loin. La synthèse est encore une fois bonne et ne se perd pas dans les détails techniques. Lire la suite « 2e Guerre Mondiale n°81 (Mars & Clio, 2019) »