Normandie 1944 n°20 (Heimdal, 2016)

normandie-1944-020Le principal dossier de ce numéro est consacré aux combats de la 2. SS-Panzer-Division « Das Reich » pour sortir de la poche de Roncey et plus particulièrement à la colonne qui tente de se frayer un passage dans la nuit du 29 au 30 juillet 1944 dans la « Lande des Morts » face à la 2nd US Armored Division « Hell on Wheels ». Cet article est le troisième consécutif consacré sur le sujet et détaille minutes par minute, presque véhicule par véhicule l’engagement nocturne. Un vrai travail d’historien et de recherche illustré d’une riche iconographie dont une cartographie des véhicules détruits. Lire la suite « Normandie 1944 n°20 (Heimdal, 2016) »

Ligne de Front n°63 (Caraktère, 2016)

ligne-de-front-063Après un premier article d’actualité sur le conflit en Ukraine et un reportage sur l’armée de la République Populaire du Donesk, les séparatistes en conflit avec Kiev avec l’appui de la Russie, ce numéro est entièrement consacré à la Seconde Guerre mondiale. Lire la suite « Ligne de Front n°63 (Caraktère, 2016) »

Batailles & Blindés hors-série n°31 (Caraktère, 2016)

batailles-et-blindes-hs-031Dans la littérature spécialisée, et plus particulièrement francophone, l’armée allemande est abondamment couverte. Idem pour la Waffen-SS. Néanmoins, les parutions se suivent mais ne ressemblent pas. Pour preuve, ce numéro hors-série de l’excellente revue Batailles & Blindés des Editions Caraktère consacré au trois régiments blindés de la SS-Panzerwaffe qui composent les divisons Leibstandarte SS Adolf Hitler, Das Reich et Totenkopf. Ce ne sont pas les seuls de la garde prétorienne du régime nazi mais ils forment le creuset de l’arme blindée SS. Lire la suite « Batailles & Blindés hors-série n°31 (Caraktère, 2016) »

Normandie 1944 Magazine n°17 (Heimdal, 2015)

Normandie 1944 017

Le 17ème numéro du « magazine inédit de la bataille de Normandie » proposé par les Editions Heimdal reste conforme aux précédents. La couverture titre sur la bataille de Cahagnes qui voit s’affronter les hommes de la 43rd (Wessex) Infantry Division à ceux de la 326. Infanterie-Division allemande fin juillet 1944 lors de l’opération Bluecoat. Cet épisode tactique peu connu a le mérite d’être présenté à l’aide de nombreuses photos, dont certaines contemporaines à l’article permettent de situer les événements quelques 70 ans après les faits. Malheureusement, l’angle retenu est exclusivement britannique et ne fait que suggérer le dispositif adverse dans un texte très narratif et peu analytique. Intéressant donc, mais sans plus…

Retour donc aux premières pages du numéro. Illustré de photos de vétérans, le premier article présente quelques témoignages de l’occupation d’Argentan vue par les Allemands.

 

Sommaire :

Tristan RONDEAU, Sous l’œil de l’occupant, Argentan à l’heure allemande (1942-1944), in Normandie 1944 Magazine17 (Heimdal, 2015) : article de dix pages sur Argentan durant l’Occupation, pendant la bataille de Normandie jusqu’à la Libération, comprenant des clichés pris par des vétérans de la SS-Panzergrenadier-Division à Noël 1942, de la schwere SS-Panzer-Abteilung 102 début 1944, de la leichte Eisenbahn-Transportschutz-Flak-Abteilung 957 dépendant du Flak-Regiment 157 – Photos.

Jean-Charles STASI, De Douala à Ouistreham, l’odyssée d’Alexandre Lofi jusqu’au Jour-J, in Normandie 1944 Magazine17 (Heimdal, 2015) : article de seize pages sur le parcours d’Alexandre LOFI qui participe au Débarquement avec le No. 4 Commando sur Sword Beach et remplace Philippe KIEFFER blessé qui doit être évacué – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque, profils couleurs.

Frédéric DEPRUN, Flakkolonne, souvenirs d’un Kradmelder, Calais, Evrecy, Cagny, avril-juillet 1944, in Normandie 1944 Magazine17 (Heimdal, 2015) : article de vingt-six pages sur les unités de défense antiaérienne allemandes (Flak) en Normandie en particulier à travers le témoignage d’un vétéran de la Heeres-Flak-Artillerie-Abteilung 291 qui se retrouve dans le Flak-Sturm-Regiment 2 du III. Flak-Korps qui intervient à Cagny lors de l’opération Goodwood – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque, ordres de bataille.

Stéphane JACQUET, 31 juillet 1944, le 7 Hampshire et les Sherwood Rangers libèrent Cahagnes, in Normandie 1944 Magazine17 (Heimdal, 2015) : article de 21 pages sur les combats pour Cahagnes entre la 43rd (Wessex) Infantry Division et la 326. Infanterie-Division lors de l’opération Bluecoat – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Miguel BEUVIER, L’incroyable renaissance du char Montereau (2ème partie), in Normandie 1944 Magazine17 (Heimdal, 2015) : article de cinq pages sur la restauration du Medium Tank M4A2 Sherman de la 2ème Division Blindée (DB) détruit dans la forêt d’Ecouves – Photos.

Jean-Bernard FRAPPE, I./Schnell-Kampf-Geschwader, in Normandie 1944 Magazine17 (Heimdal, 2015) : article de dix pages sur l’engagement de la I./Schnell-Kampf-Geschwader 10 dans les opérations aériennes en Normandie – Photos, profils couleurs.

Georges BERNAGE, Fred Zilles dans la bataille de Normandie, in Normandie 1944 Magazine17 (Heimdal, 2015) : article de six pages présentant quelques clichés d’un vétéran de la 8th US Infantry Division en Normandie – Photos.

Boutique :

Heimdal logo A paraître ! 39/45 Magazine Hors Série Normandie 1944, les prochaines parutions 3945magazine

Heimdal 2011 BERNAGE Georges Normandie Album memorial Heimdal 2014 JACQUET Stephane La percee du bocage volume 1 Heimdal 2017 JACQUET Stephane La percee du bocage volume 2.jpg Maranes 2017 CAZENAVE Stephan Panzers Normandie 44 SS-Panzer-Regiment LAH  


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

 

 

Tank & Military Vehicles n°23 (mai/juin 2015)

revue_tmv_023Sommaire :

– News

– Pascal DANJOU, Le char FT (3ème partie), le char de Renault s’exporte, in Tank & Military Vehicles n°23, Histoire & Collections, 2015

– Raymond GIULIANI, Sherman dans le Pacifique, un océan pour champ de bataille, in Tank & Military Vehicles n°23, Histoire & Collections, 2015

– Pierre GRASSER, Du T-60Z au ZSU-37, vers une DCA automotrice, in Tank & Military Vehicles n°23, Histoire & Collections, 2015

– Alain AUBRAT, Les Kübelwagen de la Wehrmacht (11ème partie), le Mercedes 260 Stuttgart, in Tank & Military Vehicles n°23, Histoire & Collections, 2015

– Didier GRIFFOULIERE, Allumeur blindé 24V, in Tank & Military Vehicles n°23, Histoire & Collections, 2015

– Nouveautés miniatures

– Frédéric GARNIER, Schifflersgrund Museum, in Tank & Military Vehicles n°23, Histoire & Collections, 2015

– Alain VERWICHT, La I./Panzer-Regiment 35 à Kowel, 29 mars – 5 avril 1944, in Tank & Military Vehicles n°23, Histoire & Collections, 2015

– Alain AUBRAT, Studebaker US6, l’autre camion 2,5 tonnes, in Tank & Military Vehicles n°23, Histoire & Collections, 2015

– Petites annonces


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Luftwaffe 1939/1945 : une conception pas si mauvaise que cela… (2e Guerre mondiale n°58, Mars & Clio Editions, février/mars 2015)

revue_2gm_058Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la Luftwaffe, l’armée de l’air allemande, est tout d’abord considérée comme l’un des facteurs clefs des victoires de la première partie du conflit en Europe (Pologne en 1939, Ouest en 1940, Balkans en 1941, Opération « Barbarossa » à l’été 1941) avant d’être identifiée comme étant le maillon faible du III. Reich face à la montée en puissance des aviations alliées et aux bombardements stratégiques sur l’Europe occupée. De là à dire que la Luftwaffe a été mal conçue et a souffert dès le début de vices cachés, il n’y a qu’un pas…

Pourtant, en de nombreux points, la Luftwaffe est en avance : doctrine, art opératif, coopération avec les forces terrestres, bombardement stratégique, supériorité aérienne, organisation du soutien logistique à terre pour mettre en œuvre des terrains d’aviation les plus proches des zones d’opérations…

En fait, la Luftwaffe rencontre les mêmes difficultés que la Panzerwaffe et plus encore la Kriegsmarine. Si le Traité de Versailles n’empêche pas le développement d’une pensée militaire extrêmement aiguisée et en avance sur son temps, il neutralise pendant plus d’une décennie la production et la mise en œuvre d’équipements modernes. A cela s’ajoute la neutralisation de tous les armements lourds.

Quand la Wehrmacht se réarme au grand jour à partir de 1933, tout est à reconstruire, même si les bases sont saines. La mise sur pied d’une armée moderne, nombreuse et bien équipée s’effectué en quelques années seulement à marche forcée. Quand s’ouvre la Seconde Guerre mondiale, le III. Reich n’est de toute façon pas prêt militairement à soutenir un conflit de cette ampleur, même si les deux premières années font illusion. Très vite, des contraintes apparaissent. Les premières générations de matériels souffrent de nombreux défauts et sont en nombre trop restreint. Pourtant, les bases sont saines et les générations de matériels qui éclosent au cours du conflit puisent leurs racines dans les études menées dans les années 30 complétées des retours d’expérience des différents fronts.

L’industrie du Reich est cependant incapable à la fois de fournir des modèles en nombre suffisant pour équiper les forces levées, remplacer les pertes au combat et lancer des modèles plus performants.

Le dossier proposé par 2e Guerre mondiale n°58 de Mars & Clio Editions permet de revisiter la montée en puissance de la Luftwaffe et de constater la cohérence des concepts et de leur aspect novateur, même si les moyens et le temps ont manqué. Il met aussi en lumière la grande continuité dans laquelle s’inscrit la Luftwaffe depuis les premiers pas de l’aviation militaire.


www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

 

 

Après les combats, le ménage… (Normandie 1944 n°14, Editions Heimdal, février/mars/avril 2015)

revue_normandie1944_014La littérature spécialisée s’intéresse majoritaire sur comment sont menées et parfois préparées les guerres. Rares sont les contributions à propos de la gestion de l’après-guerre. Le magazine Normandie 1944 n°14 (février/mars/avril 2015) des Editions Heimdal propose une étude richement illustrée et inédite sur le dépôt de Saint-Lambert-sur-Dives dans lequel sont entreposés les matériels allemands capturés. Situé au point de sortie de la poche de Falaise, cet endroit est idéalement choisi puisque les armées allemandes en retraite laissent sur le champ de bataille une très grande quantité de matériels (et de cadavres) sur le terrain.

Le matériel ainsi stocké sera ferraillé et « digéré » en plusieurs années. Si certains matériels sont remis en état et utilisés notamment par l’armée française, ils seront également une manne dans le marasme d’après-guerre pour tous ceux qui voient une opportunité de récupérer « gracieusement » ce qui leur fait défaut (roues, pneus, moteurs, ferraille, etc.).

La guerre ne s’arrête pas une fois les combats terminés. Au-delà des impacts politiques et économiques, le nettoyage du terrain et l’exploitation des « restes » sont pour quelques temps encore le quotidien de millions d’Européens…


www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

 

 

Sturmgeschütz-Abteilungen / Panzer-Divisionen : concurrence ou complémentarité ? (Batailles & Blindés n°65, Editions Caraktère, février/mars 2015)

revue_bataillesetblindes_065

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les armées du III. Reich révolutionnent incontestablement l’utilisation de l’arme blindée. Tout d’abord en repensant le concept d’emploi des chars et leur interaction avec les autres armes, notamment l’aviation, puis en développant la notion de char de bataille (« Main Battle Tank ») qui préfigure les futures générations de tanks. Présents en petit nombre lors des opérations de mai et juin 1940, le canon d’assaut (« Sturmgeschütz ») voit son emploi de plus en plus élargi au point de devenir une partie intégrante des Panzer-Divisionen à la fin du conflit. De concurrent, le Sturmgeschütz s’est hissé au rang de meilleur allié du Panzer.

En fait, les deux engins sont complémentaires et en fonction de la situation et des terrains, l’un ou l’autre est plus approprié. En milieu urbain ou des compartiments de combat très cloisonnés comme le bocage normand ou les routes étroites et enlacées des Ardennes enneigées, le Sturmgeschütz est plus à son aise. Dans les grandes plaines, les steppes ou le désert, le Panzer est davantage dans son élément surtout s’il possède une excellent puissance de feu et une allonge de tir avantageuse, qui plus est servie par une optique dernier cri.

Le débat n’est pas d’opposer l’un à l’autre mais de comprendre que la victoire, ou a contrario la défaite, dépend certes de la qualité intrinsèque des engins employés, mais surtout de l’environnement dans lequel ils évoluent. L’économie de moyens n’est pas seulement de libérer un maximum de forces au « Schwerpunkt », mais aussi de dégager les « bonnes » forces.

En poussant le raisonnement un peu plus loin, la Wehrmacht aurait été mieux inspirée de déployer davantage d’unités de Sturmgeschütz en Normandie en 1944 pour libérer ses précieuses Panzer-Divisionen à l’Est ou les garder en réserve pour les utiliser dans de meilleures conditions géographiques.

L’article paru dans le magazine Batailles & Blindés n°65 (février/mars 2015) des Editions Caraktère invite le lecteur à mieux connaître ces blindés qui semblent être en apparence des Panzer atrophiés mais dont les Allemands eux-mêmes n’ont pas su tirer pleinement les avantages d’une telle idée, pourtant géniale, et d’un concept d’emploi transformé par les combats, les impératifs économiques et industriels qui en firent un Panzer comme un autre et non plus une seule arme de soutien de l’infanterie…


www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

 

 

P-47 « Thunderbolt » : artisan de la Victoire, bâtisseur de l’armée américaine d’après-guerre… (Le Fana de l’Aviation n°543, Editions Larivière, février 2015)

revue_fanaaviation_543

L’impressionnante montée en puissance de l’industrie d’armement américaine au cours de la Seconde Guerre mondiale permet la mise sur pied de forces de combat terrestres, aériennes et maritimes particulièrement bien équipées et dotées d’une logistique qui ne peut rivaliser avec aucune autre nation en guerre. Ces deux qualités de l’instrument militaire US sont toujours d’actualité aujourd’hui, même si elles ne permettent pas de gagner tous les types de guerre auxquels les Etats-Unis doivent faire face.

A l’issue de la victoire en 1945, tant en Europe qu’en Asie « libère » pléthore d’hommes et de matériels, les pertes ayant été globalement assez minimes comparées aux autres nations engagées (ce qui ne signifie pas qu’aucun sacrifice n’a été consenti par les Etats-Unis, bien au contraire) et la mobilisation atteignant son apogée à la fin du conflit.

La réussite de cette démobilisation est pourtant essentielle dans le redécollage économique, le dynamisme technologique et le maintien d’un outil militaire particulièrement puissant mis en « veille active ».

L’exemple fourni par le Fana de l’Aviation n°543 des Editions Larivière avec le reclassement des P-47 « Thunderbolt » dans l’Air National Guard est particulièrement marquant. Grâce à la Garde Nationale, équipée de matériels encore capables de s’opposer à tous les adversaires potentiels des Etats-Unis, l’armée américaine se dote d’un outil lui permettant de renforcer très vite ses unités d’active et d’en faire un réservoir de troupes aguerries et équipées pour toutes ses opérations. Cela se verra dans tous les conflits dans lesquels l’Amérique est engagée depuis la guerre : Vietnam, Golfe, Irak, Afghanistan…

L’article propose également de superbes clichés de cet avion légende dans des décors auxquels les lecteurs sont moins habitués que ceux fournis par le théâtre des opérations en Europe.


www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

 

 

Mai 1940 : « Beute » à la française au sein de la 999/6 (GBM n°111, Editons Histoire & Collections, janvier/février/mars 2015)

revue_gbm_111

Paradoxalement, le détail des combats en France de mai et juin 1940 est encore très largement méconnu. Depuis quelques années, des historiens et des passionnés s’attachent à renouveler notre connaissance des évènements de cette période. Il faut rendre grâce au travail énorme et bienfaiteur de François VAUVILLIER et de son équipe qui font de GBM « LE » magazine de l’armée française de 1914 à 1940, un exercice salvateur de réhabilitation des combattants de l’époque et surtout un exemple de travail historique irrigué par une passion sans borne.

Dans le numéro 111, la découverte du parcours et de l’équipement de la Compagnie Autonome de Protection Antiaérienne 999/6 de l’arme du Train en est une parfaite illustration. Cette unité destinée à protéger les convois routiers des attaques aériennes est équipée d’un curieux mélange d’attelages faits de camionnettes Chevrolet et mitrailleuses Maxim M-4 récupérées sur les unités de l’armée républicaine espagnole qui s’étaient réfugiées en France en février 1939. Ce montage est digne des bricolages dont les Allemands feront une de leur spécialité au cours de la guerre quand leur production nationale sera incapable de pourvoir aux besoins du front.

Ses hommes se voient crédités de cinq avions de Luftwaffe abattus.

Les quelques pages de l’article montrent aussi cruellement le désarroi dans lequel se trouvent les unités françaises et leurs hommes sur les routes de la retraite quand la défaite est consommée. Il n’y a qu’à subir, ce qui n’empêche quelques derniers sacrifices… pour l’Honneur.

Qui a dit que « Ceux de 40 » n’ont pas fait preuve d’initiative, de courage et de volonté ?


www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !