Publicités

Archive

Posts Tagged ‘parti nazi’

2e Guerre Mondiale n°53 (Editions Astrolabe, mars / avril 2014)

22 mars 2014 1 commentaire

revue_2gm_053**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

La couverture de ce numéro peut alimenter tous les fantasmes de certains et toute la haine des autres. Le principal dossier du numéro est consacré l’ésotérisme et à l’occultisme nazi. La première question qui peut se poser est : quoi de neuf ? En fait, sur le fond pas grand-chose. Les articles reviennent sur la société de Thulé, Heinrich HIMMLER, le château du Wewelsburg et les codes de la SS. Mais au-delà de cette synthèse bien faite, l’intérêt de ce dossier réside surtout sur le mythe et sa déclinaison dans les milieux néonazis ou d’extrême-droite ainsi que l’exploitation que le cinéma en a faite avec notamment Indiana Jones. En bref, passionnant et questionnant sur les propres interprétations qui peuvent être faites de l’Histoire.

Justement, les deux articles de la rubrique « comprendre l’Histoire » analysent d’un côté la pratique de la reconstitution (certains diront de l’histoire vivante) et ses questions morales, et de l’autre côté l’image des soldats de la Seconde Guerre mondiale dans l’esprit du grand public où les clichés jouent un rôle prépondérants, souvent entretenus par le cinéma et certains ouvrages loin d’être exemplaire d’un point de vue rigueur historique et scientifique.

Trois articles plus centrés sur les aspects militaires du conflit sont également présents et méritent tous une grande attention. Le premier est une très bonne synthèse des généraux limogés. Si les exemples allemands viennent le plus facilement à l’esprit, et sont les plus nombreux, des généraux américains et britanniques furent aussi l’objet de limogeage. L’article ne propose pas une succession de portraits, mais au contraire chercher à faire une synthèse des motivations (défaite, désobéissance, santés, difficultés relationnelles…) et des conséquences. Comme le rappelle son auteur, l’article est vraiment une construction originale qui n’est pas la transcription de tel ou tel ouvrage.

L’autre synthèse particulièrement bien réussie est celle qui analyse la réaction allemande face au Débarquement allié en 1944, non pas sous un angle purement militaire, mais sous celui des conséquences sur la répression qui s’instaure, notamment face à la multiplication des actes de résistance et de sabotage. Après quelques exemples, l’auteur essaye de comprendre l’origine de cette brutalité (idéologie nazie, expérience du Front de l’Est, lutte contre les partisans, priorité aux impératifs militaires).

Enfin, un article revient sur les combats dans la région d’Orel à l’automne 1941 lors de la course final vers Moscou. Les blindés allemands se font durement étrillés par les chars soviétiques à Mtsenk, bataille peu connue, mais qui est un épisode de plus qui va progressivement stopper, user et laminer les forces combattantes de la Wehrmacht à l’Est. Deux superbes profils couleurs de chars allemands aux couleurs pré-hivernales sur des pleines pages A4 accompagnent l’article.

=> Sommaire détaillé

=> 2e Guerre Mondiale n°53, Editions Astrolabe, mars / avril 2014, 6,95 € (prix à parution, France métropolitaine), 84 pages

=> Texte, photos N&B et couleurs, cartes, profils couleurs

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités

1944 / 1950, une trilogie pour mieux comprendre la fin de la Seconde Guerre mondiale et ses conséquences immédiates…

4 mars 2013 1 commentaire

Le calme, la concorde et la paix ne règnent pas d’un seul coup le 8 mai 1945 en Europe. 1945 marque en quelque sorte un point haut dans l’horreur.
Trois livres d’auteurs différents et qui viennent d’être publiés proposent de revisiter cette période tragique dans laquelle s’effondre l’humanisme européen et d’où sortira le monde contemporain tel que le connaissons aujourd’hui.
seuil_kershaw_ian_la_finTout d’abord, le livre de Ian KERSHAW, « La Fin, Allemagne 1944-1945 » essaye d’expliquer comment le régime nazi continue la lutte jusqu’au bout alors que tout est perdu. A tel point que cette résistance allant jusqu’à l’autodestruction n’a que peu d’exemple similaire dans l’Histoire. Cet ouvrage ne s’attarde pas sur le détail des opérations militaires mais sur le fonctionnement du régime et de ses différentes composantes pour comprendre pourquoi aucune de ses composantes ne s’est rebellée contre le parti nazi et Hitler. Il permet de saisir les rouages de la répression et de la mise sous tutelle de toute la société qui se sont mises en place après l’échec de l’attentat du 20 juillet 1944. Il décrit aussi les dernières atrocités commises par le régime, notamment lors de l’évacuation des camps de prisionniers, d’extermination et de déportation avec de longues marches de la mort. Ian KERSHAW démontre également la responsabilité du régime dans l’incapacité d’évacuer à temps les populations à l’Est dont les femmes, les vieillards et les enfants sont transformés en sortes d’otages pour inciter les troupes combattantes à résister. En-dehors de Hitler, quatre hommes apparaissent dans ce tableau comme ayant une responsabilité personnelle : Bormann, Himmler, Goebbels et Speer. Les responsables militaires aussi sont bien moins innocents que leurs écrits peuvent le laisser penser dans les années après-guerre.
flammarion_douglas_rm_les_expulsesLa capitulation du III. Reich ne signifie pas la fin de ce cycle. Deux autres livres montrent à quel point les mois qui ont suivi sont aussi une tâche indélébile dans l’histoire de l’Europe. Quatorze millions d’Allemands sont chassés ou déportés, souvent des femmes, des enfants et des vieillards, les hommes dans la force de l’âge étant soit morts au combat, soit prisonniers. Cette politique de déplacement en masse dans des conditions atroces trouve sa source dans les conférences de Téhéran (novembre 1943) et de Yalta. Le livre de R. M. DOUGLAS « Les Expulsés » est indispensable pour saisir la face cachée de la victoire sur l’Allemagne et mieux saisir les tiraillements de la politique allemande avec près d’un quart de la population actuelle issue de ces populations déplacées.
perrin_lowe_keith_europe_barbareL’historien britannique Keith LOWE élargit l’analyse et poursuit l’exploration de l’après 8 mai 1945 jusqu’en 1950 dans « l’Europe barbare ». Au-delà de la déportation des Allemands qui habitent des dans des zones géographiques annexées par d’autres pays avec ce qu’il faut appeler un véritable « nettoyage ethnique », il se penche sur les guerres civiles qui se répandent. La France, l’Italie et la Grèce sont des exemples à des degrés divers de pays qui sombrent ou qui manquent de sombrer eux aussi. Sans compter sur les pays qui se retrouvent sous la coupe de l’URSS et à l’est du rideau de fer. Les populations juives n’ont pas terminé avec leur calvaire. En Europe centrale et de l’Est, des poussées antisémites se poursuivent.
Ces trois livres forment une trilogie involontairement assemblée mais indispensable pour mieux comprendre que la fin de la guerre en Europe ne signifie pas la fin de l’horreur…

Seul le recul de 70 ans d’Histoire nous permet aujourd’hui de bénéficier de telles analyses. A lire impérativement!

********************************************************************

www.3945km.com, l’accès aux sources d’information de la Seconde Guerre mondiale !

Visitez notre Boutique Seconde Guerre mondiale !

Commandez La fin, Allemagne 1944-1945 (Ian KERSHAW, Editions du Seuil, 2012) !

Commandez Les Expulsés (RM DOUGLAS, Editions Flammarion, 2012) !

Commandez l’Europe barbare, 1945-1950 (Keith LOWE, Editions Perrin, 2013) !

Catégories :Non classé Étiquettes : , , ,