Archive

Posts Tagged ‘Many SOUFFAN’

Intense programme de souscriptions en 2020 chez Heimdal !

5 février 2020 Laisser un commentaire

Intense programme de souscriptions chez Heimdal  !

Les amateurs d’aéronautique tricolore peuvent se régaler d’avance avec un ouvrage sur l’une des cinq compagnies qui donna naissance à Air France : la CFRNA / CIDNA. Côté aviation toujours, Many SOUFFAN (voir le magazine Aces) prépare deux ouvrages sur l’aviation française libre (en Normandie et escadrille Normandie-Niemen). Sans compter les mémoires de l’as des FAFL, André COURVAL…

Après les succès de ses incontournables ouvrages sur mai / juin 1940, Jean-Yves MARY prépare un nouvel opus empruntant un titre célèbre, « l’inexorable défaite ». Lire la suite…

AceS n°13 (Heimdal, 2019)

aces-013.png« Une nation se nourrit de vie exemplaire »… En effet ! Et ce numéro d’AceS en donne un nouvel exemple en mettant en avant un héros peu connu des FAFL en la personne de Georges DENIS, dit « James », qui croise le chemin d’un certain Hans-Joachim MARSEILLE au-dessus du désert. L’article est également très intéressant pour la compréhension du développement des forces aériennes françaises durant l’Entre-Deux-Guerres. A noter également un très intéressant article sur la Croix de Lorraine portée par les FAFL. Lire la suite…

AceS n°12 (Heimdal, 2019)

19 septembre 2019 Laisser un commentaire

AceS 012Pour conclure ses trois années d’existence, le magazine AceS propose comme un son habitude un sommaire resserré de six articles : bien denses, magnifiquement illustrés avec photos, profils couleurs et reproductions d’objets d’époque. Sur le fond, les sujets amènent toujours un régal de découvertes et des surprises.

En témoigne l’enquête réalisée autour d’une photo issue d’une collection privée qui permet de replonger dans le quotidien des premiers pilotes français des FAFL et de René MOUCHOTTE en particulier. La Seconde Guerre mondiale regorge de clichés officiels ou privés. Tirer le fil de l’Histoire est la meilleure façon de leur donner du sens et faire revivre les héros connus ou anonymes qu’ils contiennent. Et cela permet de publier des photos que les lecteurs ont déjà vues maintes et maintes fois. Lire la suite…

AceS n°11 (Heimdal, 2019)

5 juin 2019 1 commentaire

AceS 011Même AceS ne pouvait pas passer à côté des célébrations du 75ème Anniversaire du débarquement allié en Normandie ! Alors ce n’est pas ici un as qui est mis en avant mais la descente aux enfers de la Zerstörgeschwader (ZG) 1 dans le ciel normand. De quoi tordre le coup à quelques légendes tenaces et à quelques interprétations un peu hâtives… Tout d’abord, non, la Luftwaffe n’est pas inactive au-dessus des plages de débarquement (cf. le livre de Jean-Bernard FRAPPE, La Luftwaffe face au Débarquement) et ce ne sont pas les deux uniques avions allemands mis en vedette dans le Jour le plus long qui sont les seuls à prendre l’air pour s’opposer à l’armada alliée. S’il peut paraître facile de dire plusieurs décennies après que la supériorité aérienne alliée (cf. 2e Guerre Mondiale thématique n°45) représente une débauche de moyens superflus, elle se justifie cependant pourtant bien. Quelques appareils bien placés et capables d’ajuster leurs tirs sans être menacés sur de telles concentrations de troupes peuvent provoquer des ravages. Dans les airs comme sur mer, la cloche de protection alliée reste hermétique. Maintenir son intégrité n’a pas de prix et vaut tous les moyens possibles, l’échec du Débarquement étant proscrit et les risques non nuls (loin d’un hypothétique complot pour la paix qui offrirait la victoire sur plateau aux Alliés – cf. 39/45 Magazine n°355 et Normandie 1944 Magazine n°31). Lire la suite…

AceS n°10 (Heimdal, 2019)

Quatre as sont au sommaire de ce numéro d’AceS qui voit aussi la pagination augmenter de seize vraies pages… De quoi en profiter un peu plus !

Le premier est l’Allemand Walter OESAU avec des détails très intéressants sur son passage en Espagne avec la Legion Condor. Les photos qui illustrent l’article méritent également le détour, notamment celles issues des archives privées. Le second est le Français Jean DEMOZAY avec la deuxième partie de l’étude qui lui est consacrée (voir AceS n°9). La période couverte va de janvier 1942 à sa mort dans un accident d’avion le 19 décembre 1945 et permet de rentrer dans le détail de la reconstruction des forces aériennes françaises dans laquelle il joue un rôle prépondérant. Lire la suite…

AceS n°9 (Heimdal, 2018)

10 décembre 2018 2 commentaires

En deux années pleines d’existence, AceS s’est construit autour de l’épopée des pilotes de la Première et de la Seconde Guerre mondiale. De nombreux portraits ont déjà été brossés : Français, Américains, Allemands… Mais il reste tant à découvrir ! L’aviation à piston ne se limite pas aux chasseurs. Pilotes de bombardiers ou d’avions de transport peuvent avoir aussi leur place, même si par nature, les ennemis abattus sont moins nombreux. Des rubriques complémentaires sont apparues et assurent le dynamisme du concept éditorial : moins de maquettes, mais des actualités tournant autour de l’aviation à piston et une rubrique bibliothèque. Les sommaires se sont un peu réduits, mais les articles se sont renforcés. Sans compter l’apparition (logique) de numéros hors-série (cf. AceS hors-série n°1).

Quoiqu’il en soit, l’as reste toujours au cœur du schéma éditorial.

Au menu de ce numéro, la première partie de l’étude sur le Français Jean DEMOZAY. A nouveau, l’article ne s’intéresse pas uniquement aux exploits du pilote, mais explore l’homme, comment il est devenu un aviateur, un as, une célébrité. Comment il se transforme au contact des événements, des combats et du succès. C’est au sein des Forces Françaises Libres et aux côtés de la RAF face à la Luftwaffe qu’il se révèle pleinement. C’est donc naturellement que la rubrique maquettisme se penche sur son Supermarine Spitfire Mk Vb. Lire la suite…

AceS n°8 (Heimdal, 2018)

17 novembre 2018 Laisser un commentaire

Trois as de l’aviation militaire sont au menu de ce numéro d’AceS : l’Allemand Heinz BÄR, le Français René FONCK et le Néo-Zélandais Edgar KAIN.

Débutant sa carrière opérationnelle dès septembre 1939 sur Bf 109, Heinz BÄR traverse toute la Seconde Guerre mondiale qu’il termine aux manettes de Me 262 et à la tête du Jagdverband JV 44 à la suite d’Adolf GALLAND. Crédité d’un palmarès éloquent de deux-cent-vingt-et-une victoires, dont plus de la moitié obtenues à l’Ouest, c’est un pilote brillant qui survit au conflit pour mourir dans un accident d’avion le 28 avril 1957 en testant l’un des prototypes de l’étonnant Langsamflugzeug LF-1. L’article décrit son parcours militaire qui offre finalement un aperçu de la grandeur et de la chute de la Luftwaffe des jours de gloire du début du conflit, à l’opération Barbarossa, en Tunisie avant de combattre les bombardiers et chasseurs alliés en France puis en Allemagne. Au-delà des exploits militaires, les problématiques de burn-out sont évoquées et avec elles l’attitude constructive ou non de certains de ses chefs, et pas les moins célèbres. De la difficulté de gérer et de ménager les talents, soumis à des très fortes contraintes et parfois au bord de la rupture. L’article est complété par la présentation du kit du Me 262 A-1 de Hobby Boss. Lire la suite…