Panzer Kommandeur (Overlord, 2021)

Overlord Press poursuit son travail de traduction et de mise à disposition d’un public francophone de textes et témoignages sur la Seconde Guerre mondiale bien des années après leur rédaction dans leurs langues d’origine (voir ainsi La mort rouge ou Des tigres dans la boue). Etonnement, certains, comme ce récit autobiographique de Hans von LUCK, n’ont jamais été traduits, bien que dans le cas présent, les lecteurs en connaissent de larges extraits, directement ou indirectement. En effet, ces sources se révèlent parfois être les seules et/ou les plus accessibles à de nombreux autres auteurs plus contemporains. Ce n’est pour autant pas une raison de bouder ce type de document, même des années après les faits et leur écriture. Car cela permet d’apprécier le texte comme un tout et, chose non négligeable, de découvrir des pans entiers du témoignage qui sont restés peu ou pas diffusés.

Publicités
Lire la suite « Panzer Kommandeur (Overlord, 2021) »

France 1940, Rommel en Normandie (Les choucas, 2020)

Format A5, un peu plus de deux cent pages, ce livre de Thierry CHION se propose de revenir sur le parcours de la 7. Panzer-Division dans la seconde phase de la bataille de France quand les Allemands déclenchent l’opération Fall Rot en s’élançant de leurs positions sur la Somme et l’Aisne pour percer la Ligne Weygand. Une période généralement moins abordée que la traversée des Ardennes, la percée de la Meuse et la cours à la Manche. Après s’être élancée de Picardie, la 7. Panzer-Division profite de la prise de Rouen par la 5. Panzer-Division puis remonte la Seine vers l’aval de concert avec elle pour prendre au piège les unités franco-britanniques chargées de la défense de la Somme d’Amiens à la mer. Après la victoire de Saint-Valéry-en-Caux, c’est la course jusqu’en dans le Cotentin et la prise de Cherbourg. C’est donc un peu la suite de l’ouvrage de Hugues WENKIN, Rommel en pointe de la Blitzkrieg de l’Ardenne à la Manche

Publicités
Lire la suite « France 1940, Rommel en Normandie (Les choucas, 2020) »