Publicités

Archive

Posts Tagged ‘artillerie’

Ligne de Front n°55 (Editions Caraktère – mai/juin 2015)

27 mai 2015 1 commentaire

Ligne_de_Front_055

Sommaire :

– Alexandre THERS, Les canons à air pulsé (2ème partie), in Ligne de Front n°55, Editions Caraktère, texte, profils couleurs, plans filaires [, , , Armée allemande, Vielfältigwindkanone, Luftwirbelkanone]

– Pierre DUFOUR, Le Groupement d’Hélicoptères n°2,  in Ligne de Front n°55, Editions Caraktère, texte, photos N&B [Guerre d’Algérie, , , Aviation Légère de l’Armée de Terre ALAT, Groupement d’Hélicoptères n°2]

– Alexandre SANGUEDOLCE, La Reichs-Grenadier-Division « Hoch-und-Deutschmeister » en Italie,  in Ligne de Front n°55, Editions Caraktère, texte, photos N&B, cartes, profils couleurs [, Italie 1943/1945, , Armée allemande, 44. Infanterie-Division, Batailles]

– Oliver ANTOINE, Opération « Nordwind », un vent du Nord souffle sur l’Alsace, in Ligne de Front n°55, Editions Caraktère, texte, photos N&B et couleurs, cartes, profils couleurs [, Ouest 1944/1945, Alsace 1944/1945, Opération Nordwind 1944/1945, Batailles]

– Alexandre THERS, Le siège de Sebastopol, victoire sur le fil pou Manstein, in Ligne de Front n°55, Editions Caraktère, texte, photos N&B et couleurs, cartes, profils couleurs [, , , , Batailles]

– Guy FRANCOIS, Le canon 80cm K (E) Dora, in Ligne de Front n°55, Editions Caraktère, texte, photos N&B [, Armée allemande, , , 80cm K (E) Dora, Artillerie Lourde sur Voie Ferrée ALVF]

– Alexandre SANGUEDOLCE, La Decima Mas, per l’onore d’Italie, in Ligne de Front n°55, Editions Caraktère, texte, photos N&B, cartes [, , Armée italienne, Decima Mas, Batailles, Italie 1943/1945, Tarnova 1945, Junio Valerio BORGHESE]

– Didier LAUGIER, Les Nebelwerfer en Normandie, la mort stridente, in Ligne de Front n°55, Editions Caraktère, texte, photos N&B, profils couleurs [, Armée allemande, , , Ouest 1944/1945, , Werfer-Brigade 7, Werfer-Brigade 8, Werfer-Brigade 9, schweres Stellungs-Werfer-Regiment 101, SS-Werfer-Abteilung 102, 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler, 12. SS-Panzer-Division Hitlerjugend]

– Recensions

 


www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

 

Publicités

GBM n°112 (Histoire & Collections – avril/mai/juin 2015)

revue_gbm_112

Sommaire :

– Le manifeste français

– Pierre-François AUJAS, Le 95 de Lahitolle tirait aussi contre ballons, in GBM n°112, Editions Histoire & Collections, avril 2015, texte, photos N&B [Première Guerre mondiale, Matériels, Artillerie, Armée française, Canon Lahitolle 95mm modèle 1875]

– François VAUVILLIER, Stéphane Ferrard, une vie dévouée à 1940… et à la suite, in GBM n°112, Editions Histoire & Collections, avril 2015, texte, photos couleurs [Stéphane FERRARD]

– Jean-Claude LATOUR, Les voitures du service de santé, in GBM n°112, Editions Histoire & Collections, avril 2015, texte, photos N&B, profils couleurs, plans filaires [Première Guerre mondiale, Matériels, Voitures, Armée française, Service de Santé français]

– Guy FRANCOIS, 1916/1917, les VIes groupes des 86e et 87e RALT, in GBM n°112, Editions Histoire & Collections, avril 2015, texte, photos N&B, plans filaires [Première Guerre mondiale, Matériels, Artillerie, Canon 14cm modèle 1891, Armée française, Unités, 86ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (RALT), 87ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (RALT)]

– Jean-Pierre FOUCHE, Louis Renault adopte la chenille, in GBM n°112, Editions Histoire & Collections, avril 2015, texte, photos N&B, profils couleurs, plans filaires [Première Guerre mondiale, Matériels, Chars, Chars français, Armée française, Caterpillar Porteur Renault FP, Renault FT, Saint-Chamond 90 HP, Louis RENAULT]

– Erik BARBANSON, Au 1er GAM dans les années trente, in GBM n°112, Editions Histoire & Collections, avril 2015, texte, photos N&B, profils couleurs [Entre-Deux-Guerres, Armée française, Cavalerie blindée française, Unités, 1er Groupe d’Automitrailleuses (GAM), 1ère Division de Cavalerie (DC), 3ème Division Légère Mécanique (DLM)]

– Aimé SALLES, La radio dans les chars (7ème partie), ER 54 contre ER 28, un match vraiment nul, in GBM n°112, Editions Histoire & Collections, avril 2015, texte, photos N&B, profils couleurs [Entre-Deux-Guerres, Seconde Guerre mondiale, Matériels, Armée française, Transmissions, ER 54, ER 28]

– Stéphane BONNARD, Le 47e BCC (1ère partie) se prépare au feu, in GBM n°112, Editions Histoire & Collections, avril 2015, texte, photos N&B, profils couleurs [Seconde Guerre mondiale, Ouest 1940, France 1940, Unités, Armée française, 47ème Bataillon de Chars de Combat (BCC)]

– Eric DENIS, Quel format pour nos forces mécaniques après l’été 1940 ?, in GBM n°112, Editions Histoire & Collections, avril 2015, texte, photos N&B, profils couleurs [Seconde Guerre mondiale, Ouest 1940, France 1940, Matériels, Chars, Chars français, Armée française, Cavalerie blindée française, Arme blindée française]

– Paul MALMASSARI, Les maxi-chars (4ème partie), du choix à l’abandon, in GBM n°112, Editions Histoire & Collections, avril 2015, texte, photos N&B, profils couleurs, plans filaires [Seconde Guerre mondiale, Matériels, Chars, Chars français, Armée française, Char C, Char F1 FCM, Char ARL, Char AMX Tracteur C, Char SEAM, Arme blindée française]


www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

 

 

Sturmgeschütz-Abteilungen / Panzer-Divisionen : concurrence ou complémentarité ? (Batailles & Blindés n°65, Editions Caraktère, février/mars 2015)

2 février 2015 Laisser un commentaire

revue_bataillesetblindes_065

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les armées du III. Reich révolutionnent incontestablement l’utilisation de l’arme blindée. Tout d’abord en repensant le concept d’emploi des chars et leur interaction avec les autres armes, notamment l’aviation, puis en développant la notion de char de bataille (« Main Battle Tank ») qui préfigure les futures générations de tanks. Présents en petit nombre lors des opérations de mai et juin 1940, le canon d’assaut (« Sturmgeschütz ») voit son emploi de plus en plus élargi au point de devenir une partie intégrante des Panzer-Divisionen à la fin du conflit. De concurrent, le Sturmgeschütz s’est hissé au rang de meilleur allié du Panzer.

En fait, les deux engins sont complémentaires et en fonction de la situation et des terrains, l’un ou l’autre est plus approprié. En milieu urbain ou des compartiments de combat très cloisonnés comme le bocage normand ou les routes étroites et enlacées des Ardennes enneigées, le Sturmgeschütz est plus à son aise. Dans les grandes plaines, les steppes ou le désert, le Panzer est davantage dans son élément surtout s’il possède une excellent puissance de feu et une allonge de tir avantageuse, qui plus est servie par une optique dernier cri.

Le débat n’est pas d’opposer l’un à l’autre mais de comprendre que la victoire, ou a contrario la défaite, dépend certes de la qualité intrinsèque des engins employés, mais surtout de l’environnement dans lequel ils évoluent. L’économie de moyens n’est pas seulement de libérer un maximum de forces au « Schwerpunkt », mais aussi de dégager les « bonnes » forces.

En poussant le raisonnement un peu plus loin, la Wehrmacht aurait été mieux inspirée de déployer davantage d’unités de Sturmgeschütz en Normandie en 1944 pour libérer ses précieuses Panzer-Divisionen à l’Est ou les garder en réserve pour les utiliser dans de meilleures conditions géographiques.

L’article paru dans le magazine Batailles & Blindés n°65 (février/mars 2015) des Editions Caraktère invite le lecteur à mieux connaître ces blindés qui semblent être en apparence des Panzer atrophiés mais dont les Allemands eux-mêmes n’ont pas su tirer pleinement les avantages d’une telle idée, pourtant géniale, et d’un concept d’emploi transformé par les combats, les impératifs économiques et industriels qui en firent un Panzer comme un autre et non plus une seule arme de soutien de l’infanterie…


www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

 

 

2e Guerre Mondiale hors-série n°35 (Mars & Clio Editions, juillet / août / septembre 2014)

20 juillet 2014 1 commentaire

revue_2gm_hs035**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

A l’occasion du 70ème anniversaire du Débarquement et de la bataille de Normandie, le magazine 2e Guerre Mondiale des Editions Mars & Clio propose un numéro hors-série consacré aux chances de succès des Allemands de rejeter les Alliés. Ecrit par Benoît RONDEAU, auteur d’un livre sur le débarquement vécu par les Allemands paru en 2014 (voir son interview), ce numéro est divisé en cinq articles.

Le premier analyse ce qui se passe le 6 et 7 juin 1944 du côté des forces allemandes où finalement tout va travers. Les plans prévus sont inapplicables, les rares renforts disponibles à proximité immédiate des plages du débarquement sont gaspillés, le commandement complètement désorganisé et est incapable de percevoir correctement les faits tant au niveau local que dans leur globalité.

Une fois les Alliés à terre, le poids de toute contre-attaque repose sur les Panzer-Divisionen. C’est le sujet du deuxième article qui montre que les deux stratégies qui se sont affrontées avant le 6 juin au sein du haut commandement allemand (dispersion des unités blindées à proximité des plages pour contre-attaquer immédiatement ou mise en action ultérieurement d’une masse de manœuvre coordonnée et puissante) sont toutes deux des échecs tant la supériorité alliée est imposante. Jamais l’armée allemande n’est capable de sortir de la toile d’araignée dans laquelle elle est progressivement enfermée et asphyxiée.

Si la Wehrmacht est incapable de se mobiliser et reprendre l’ascendant sur le front normand, c’est en raison notamment de la faiblesse des renforts et des délais excessifs de mise à disposition. Le troisième article insiste ainsi sur l’impact de l’aviation alliée, souvent minimisée dans les études modernes, mais qui fut réel dans l’encombrement des axes routiers, la paralysie du trafic ferroviaire, l’isolement de la zone des opérations et la raréfaction du ravitaillement tant en essence, en nourriture qu’en munitions.

Dans son quatrième article, l’auteur analyse plus classiquement la complexité de la chaîne de commandement allemand à l’Ouest et en Normandie ainsi que les tiraillements d’autant plus que le succès du Débarquement allié devient rapidement évident et que les conséquences sur la suite du conflit sont évidentes.

Le cinquième article est peut-être le plus original car il analyse les carences de l’artillerie allemandes en Normandie. Rarement étudiée, aux dépends des blindés et de l’infanterie, cette arme est pourtant essentielle dans l’appui offensif et défensif des troupes au contact. Elle souffre à ce stade de la guerre de graves carences. Très peu mobile, elle fait appel à la traction hippomobile, les pièces d’artillerie ont beaucoup de mal à se déplacer aux points critiques et à s’esquiver pour éviter les tirs de contre-batterie, dont ceux des navires alliés au large, ou une attaque aérienne. La diversité des pièces engagées issues pour une grande part des prises de guerre aurait déjà rendu la chaîne logistique particulièrement compliquée dans des conditions favorables. En Normandie, c’est rédhibitoire.

Malgré des succès tactiques finalement assez relatifs, les hésitations alliées, la Wehrmacht est dans l’incapacité de résister au rouleau compresseur allié et encore moins de rejeter les « envahisseurs » à la mer.

=> Sommaire détaillé


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

 

Militaria hors-série n°90 (Editions Histoire & Collections, avril / mai / juin 2014)

6 avril 2014 1 commentaire

revue_militaria_hs_090**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

Le 70ème anniversaire du Débarquement en Normandie apporte son lot de nouvelles publications, livres ou revues. Nul doute que le meilleur côtoiera le pire.

C’est avec un peu d’appréhension que j’ai ouvert ce numéro hors-série en me disant, « quoi de neuf ? ».

Rapidement, la qualité de l’exercice est apparue. Tout d’abord, sur le fond, Yves BUFFETAUT apporte une synthèse de l’histoire du Mur de l’Atlantique et sa genèse après le renoncement des projets d’invasion de la Grande-Bretagne à l’arrivée de ROMMEL les mois qui précèdent le Débarquement en passant par une description de l’Organisation Todt qui reste indissociable du Mur même si ce ne fut pas là sa seule activité.

Sur la forme, la mise en page est soignée, les photos issues des archives officielles sont très belles même si globalement très connues.

Ce qui rend ce numéro véritablement excellent, ce sont la qualité et l’originalité des dessins et profils couleurs de Jean RESTAYN. Le numéro s’ouvre sur un dessin sur deux pages du canon « Leopold » sur voie ferrée qui sort de son tunnel de protection. Au-delà des profils relativement classiques de canons et de tracteurs blindés, le dessinateur nous propose également des profils de canons de 15 cm sous tourelle tels qu’ils ont été installés à Longues-sur-Mer ou à Vasouy. L’artillerie lourde sur voie ferrée n’est pas en reste avec ses canons de 21 et 24 cm.

Un article dédié aux mines allemandes du Mur de l’Atlantique est également présent. Il aborde la façon dont elles sont utilisées et les contraintes liées à leur usure compte tenu de l’environnement dans lequel elles sont posées (mer, sable).

Enfin, la partie reportage se concentre sur les trois batteries opérées par la Kriegsmarine dans la zone du Débarquement (Crisbecq, Longues-sur-Mer et Vasouy) avec de belles photos couleurs actuelles. Seul regret, des cartes et des plans en coupe des ouvrages de ces ouvrages auraient été bienvenus !

En conclusion, un numéro à recommander les yeux fermés !


 

=> Sommaire détaillé

=> Militaria Magazine hors-série n°90, Editions Histoire & Collections, avril / mai / juin 2014, 11,50 € (prix à parution, France métropolitaine), 84 pages

=> Texte, photos N&B et couleurs, profils couleurs


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

 

GBM Hitsoire de Guerre, Blindés, Matériel n°104 (Editions Histoire & Collections, avril / mai / juin 2013)

gbm104Le numéro 104 du trimestriel GBM dédié à l’armée française de 1914 à 1940 est toujours aussi intéressant, plein de sujets inédits et de surprises.

La structure des articles est en phase avec les précédents numéros et ne désorientera pas les lecteurs fidèles.

Dans la rubrique « Images de l’armée française », ce numéro détaille la composition de la compagnie d’infanterie de 1914 après avoir présenté les évolutions qui se sont succédées les années précédentes. Tout est passé en revue: les hommes, l’armement, les différents postes nécessaires au bon fonctionnement de la compagnie, munitions et paquetage, les premiers mais rares moyens locomotion.

Dans ce numéro, l’artillerie est très présente avec trois articles qui lui sont consacrés. Deux concernent la Première Guerre mondiale (les canons de montagne Schneider, le canon Archer destiné aux tranchées qui illustre parfaitement les inconvénients de l’irruption de considérations civiles dans le développement de matériels militaires), un la Seconde. Ce dernier traite des canons de DCA Bofors utilisés pour la Défense Aérienne du Territoire et qui ne trouvent leur heure de gloire que lors des derniers mouvements de repli en juin 1940. Le sous-titre de l’article est un résumé de ce qui caractérise malheureusement l’armée française : « un matériel idéal, dans un contre-emploi parfait ». Très appréciable est la colonne de repli de la 190ème Batterie en juin 1940 dessinée véhicule par véhicule, canon par canon.

Côté technique, ce numéro poursuit l’analyse des transmissions et de la radio dans les chars français en s’attardant cette fois-ci sur les réseaux de commandement des bataillons de Char D.

S’il fallait en trouver un, l’article le plus étonnant est celui qui concerne la naissance de l’arme blindée tricolore et de l’artillerie d’assaut. En effet, s’appuyant sur des chars agricoles américains à chenilles, une équipe réunit par les circonstances de la guerre réalise le premier char d’assaut français. Cet article, première partie seulement d’une étude particulièrement originale, mérite à lui seul l’acquisition de ce numéro de GBM. Près d’un siècle après, que de sujets encore non connus du public ou à explorer par les historiens et passionnés !

ses évolutions dans les années avant-guerre. Ce numéro comprend la première partie d’une étude sur l’action du 1er RDP de la 2ème DLM dans la bataille d’Hannut / Gembloux durant laquelle le Corps de Cavalerie français s’oppose notamment aux 3. et 4. Panzer-Division.

Un article est consacré au 8ème BCC en action sur l’Oise qui perd vingt-deux chars en quatre jours. Comme toujours, GBM essaye d’identifier le sort de chaque char et procure un ordre de bataille char par char tous identifiés avec presque chacun des membres d’équipage répertorié.

En conclusion, GBM est une revue incontournable, écrite par des passionnés également très professionnels. Il faut apprécier l’effort d’identification des véhicules des unités abordées, de leurs équipages, la recherche des faits… Qu’il serait bon d’avoir de semblables revues sur les autres armées engagées dans la Seconde Guerre mondiale !

=> Sommaire détaillé…

*****************************************

www.3945km.com, l’accès aux sources d’information de la Seconde Guerre mondiale !

– Interviews – Objets d’époque – Livres d’occasion – Revues – Livres – Modélisme – Jeux – Dictionnaire historique –

Trucks & Tanks Magazine n°34 (novembre / décembre 2012)

23 octobre 2012 1 commentaire

La « Panzerwaffe » est une nouvelle fois à l’honneur du numéro 34 de Trucks & Tanks Magazine avec une étude sur la Panzer-Division Typ 1944 qui complète l’article paru dans Batailles & Blindés numéro 28.

Comme indiqué dans le sous-titre, cette nouvelle organisation est « la somme de toutes les expériences » mais aussi de (presque) toutes les contraintes qui s’imposent à l’armée allemande dans cette dernière partie de la guerre. L’article passe en revue les principales composantes de la division (le poing blindé formé par le Panzer-Regiment, l’appui des deux régiments de Panzer-Grenadier dont l’un est blindé tandis que l’autre est seulement motorisé avec une mobilité qui est dans les faits restreinte, l’appui-feu de l’Artillerie-Regiment, la mobilité et la puissance de l’unité de reconnaissance, les moyens de défense contre les avions avec la Flak et contre les chars avec la Panzerjäger-Abteilung). Les organigrammes théoriques sont en couleurs et dessinés véhicule par véhicule. Les textes sont accompagnés de très beaux profils couleurs et d’une iconographie d’époque bien mise en valeur. Comme le souligne l’auteur, il y a un écart entre la théorie et la pratique, le Reich n’ayant pas les moyens industriels à cette époque de la guerre pour subvenir aux besoins. Cette étude aurait été complète si elle s’attardait sur la compositions détaillées des unités blindées allemandes en 1944 et leur long déclin.

Pour continuer sur l’armée allemande, ce numéro propose aussi la première partie d’une étude sur les véhicules légers de la Wehrmacht. Une synthèse de qualité sur un sujet rarement abordé ainsi et qui permet de clarifier la situation. L’auteur a pris le partie d’analyser les véhicules constructeur par constructeur. Dans ce numéro sont donc traités Adler, Opel, Wanderer, Ford, Hanomag. La suite concernera BMW, Daimler-Benz, Horch, Phänomen, Steyr, Skoda, Tatra et Volkswagen.

Si les chars française utilisés comme « Beute Panzer » par les Allemands sont régulièrement traités par la presse magazine spécialisée, les chars allemands utilisés par les forces françaises le sont moins. C’est le cas d’un article assez court sur les quelques véhicules de prises utilisés par les FFI, notamment autour des poches de l’Atlantique. Les illustrations s’appuient essentiellement sur de très beaux profils couleurs qui inspireront probablement de nombreux maquettistes.

L’habituel comparatif oppose cette fois-ci le Jagdpanther au SU-100.

Le M24 Chaffee est aussi étudié à travers une synthèse qui allie texte clair et concis, photos d’archives, plans au 1/35ème et profils couleurs. Est particulièrement intéressante et originale la partie qui concerne la vie de M24 après la Seconde Guerre mondiale où des centaines d’exemplaires, voire quelques milliers d’ailleurs, sont exportés.

Les armées contemporaines sont abordées avec deux articles : l’un sur les nouveaux chars russes et l’autre sur l’hélicoptère de combat « Cobra » qui a servi une quarantaine d’années au sein des forces armées américaines.

*****************************************

Trucks & Tanks Magazine est la revue des Éditions Caraktère dédiée aux engins et véhicules militaires du XXème siècle. Au menu des numéros qui paraissent tous les deux mois, l’histoire d’un blindé ou d’un véhicule, l’engagement d’une unité blindée… Un comparatif de deux adversaires sur chenilles est une des rubriques phares de ce magazine.

La Seconde Guerre mondiale tient une place prépondérante dans chacun des sommaires qui proposent également un aperçu de véhicules des guerres plus récentes avec une rubrique apparue en 2012 sur les « voilures tournantes » autrement dit les hélicoptères de combat.

Les textes sont accompagnés de très nombreux plans et profils couleurs de très bonne qualité.

*****************************************

www.3945km.com, l’accès aux sources d’information de la Seconde Guerre mondiale !

Visitez notre Boutique Seconde Guerre mondiale !