Normandie 1944 Magazine n°44 (Heimdal, 2022)

Home » Magazines » Normandie 1944 Magazine » Normandie 1944 Magazine n°44 (Heimdal, 2022)
Publicités

Présentation

Construit autour d’un nombre réduit d’articles mais plutôt bien fournis pour chacun d’entre eux, ce numéro de Normandie 1944 Magazine propose notamment trois dossiers particulièrement intéressants.

Le premier concerne l’entremêlement des civils dans les zones de combat en s’appuyant sur l’exemple d’une famille dans la Cotentin à Vierville lors des premières heures et des premiers jours de la bataille de Normandie en plein cœur de la tête de pont aéroportée américaine. Ce témoignage permet de réaliser la difficulté pour les militaires de faire la différence entre l’adversaire et les civils. Et pour ces derniers de vivre dans une zone où les combats viennent de les surprendre dans leur quotidien. La fluidité et l’imbrication des lignes n’aident pas non plus.

Côté iconographie, l’article propose de nombreux photos couleurs des lieux au moment de sa rédaction qui permettent de les comparer avec les clichés issus des archives.

Le dossier central (près de la moitié des pages du magazine) concerne l’engagement de la 21. Panzer-Division. En apparence, rien de particulièrement original puisque cette unité fait l’objet de très nombreuses études. Sauf que ces dernières se penchent généralement sur son rôle le 6 juin 1944 et lors des combats contre la tête de pont aéroportée britannique, ou encore sur actions au moment de l’opération Goodwood au point d’oublier qu’elle joue aussi un rôle important face à l’opération Bluecoat permettant de tenir quelque peu le flanc Nord de la poche de Falaise/Trun/Chambois en cours de formation. L’essentiel des écrits s’appuyant sur les mémoires de Hans von Luck, le rôle de la 21. Panzer-Division passe relativement inaperçu puisque celui-ci se retrouve à l’extérieur au moment des faits.

En effet, la division se retrouve coupée en deux avec la Kampfgruppe von Luck qui se trouve à l’extérieur de la poche tandis que la Kampfgruppe Rauch.

Après avoir évoqué le glissement de la 21. Panzer-Division de la Vire au secteur de Falaise, l’auteur décrit jour par jour du 17 au 23 août 1944 son parcours opérationnel sous un triple regard : celui de l’état-major divisionnaire, celui de la Kampfgruppe von Luck et celui de la Kampfgruppe Rauch.

Cette vision éclaire intelligemment les conditions dans lesquelles se retrouvent les unités allemandes coincées dans la poche mais également l’état de délabrement matériel dans lesquels elles en sortent. En toute fin d’article, on appréciera une étonnant photo d’un Panzer IV sur une barge avec un équilibre bien précaire franchissant un coupure humide.

Faute d’accès aux journaux de la 21. Panzer-Division saisis par l’Armée rouge, moins d’une page est consacrée au rôle de la division dans la poche de Falaise/Trun/Chambois dans l’ouvrage de Jean-Claude PERRIGAULT. Celui de Werner KORTENHAUS reste également très sommaire sur le sujet, les sources s’appuyant notamment sur les mémoires de Hans von LUCK qui se trouve à l’extérieur du chaudron. Voilà qui montre le potentiel que recèlent les archives disponibles en Russie, qu’elles soient issues des documents capturés ou du côté soviétique.

Le matériel de base concernant la rédaction de l’article repose sur les journaux de marche de la 21. Panzer-Division capturés par l’Armée rouge et accessibles partiellement en ligne sur le site German Docs in Russia. Celui-ci représente une base indispensable d’archives qui complètent celles saisies par les Américains et disponibles auprès des National Archives.

Enfin, le dernier article du numéro revient sur la Pointe du Hoc à l’occasion de l’effondrement de sa fameuse dent. Le texte décrit plus spécifiquement le site lui-même, ses caractéristiques géologiques ainsi que son aspect symbolique utilisé lors des différentes commémorations tandis que l’iconographie propose quelques clichés des combats le 6 juin 1944 et reprend plusieurs plans des installations allemandes de l’époque. Un peu comme ses articles sur la Crimée et l’Île aux serpents (voir 39/45 Magazine n°373 et 374), Georges BERNAGE n’hésite pas à remonter aussi le temps, ce qui est l’occasion d’élargir les horizons historiques tout en conservant un lien avec les lieux de la Seconde Guerre mondiale.

Haut lieu du Débarquement allié en Normandie, la Pointe du Hoc reste l’un des symboles du 6 juin 1944 et un lieu de mémoire important. D’où le traumatisme lorsque sa pointe s’effondre partiellement sous l’érosion du temps et des éléments… Normandie 1944 Magazine propose ici une approche historico-géologique qui complète parfaitement bien les habituelles productions davantage centrées sur les opérations (voir par exemple 39/45 Magazine hors-série Normandie 1944 n°19 et 20).

Plus anecdotique, le numéro présente également un lot d’une vente aux enchères par Hermann Historica. Il s’agit de la bande bras « Hitlerjugend » offerte à la veuve de Fritz WITT par Heinrich HIMMLER (avec le courrier associé) qui document ainsi l’instauration de cet élément distinctif après la bataille de Normandie.

Thèmes abordés

Sommaire détaillé

  • Gael TOUBLET, Le destin tragique d’un civil normand dans l’incertitude des combats
  • Matthieu LONGUE, Le casque du Sergeant Jack Shea, vestige d’un destin tragique
  • François ROBINARD, Le 366th F.G., premier Group de l’USAAF entièrement basé en France (1ère partie), jusqu’au Jour-J
  • Frédéric DEPRUN, La 21. Pz.Pz.Div. dans la poche de Falaise, KGr. von Luck et Rauch, 16 au 23 août 1944
  • Georges BERNAGE, Objets d’exception
  • Georges BERNAGE, Effondrement à la Pointe du Hoc, état de la question

Caractéristiques

  • Nombre de pages : 96
  • Langue : Français
  • Couverture : souple
  • Reliure : collée
  • Dimensions : 21 x 29,7 cm
  • Prix conseillé France à la date de parution : 12,50 € TTC

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.