LOS ! n°65 (Caraktère, 2023)

Home » Magazines » LOS ! » LOS ! (2023) » LOS ! n°65 (Caraktère, 2023)

Ce nouveau de LOS ! condense à la fois les efforts éditoriaux du magazine en direction de la marine à voile et l’impact du retour de conflits inter-étatiques entre armées modernes. En effet, le sommaire offre un champ chronologique particulièrement large entre la bataille de Chesapeake (1781) qui annonce l’indépendance des Etats-Unis et la perspective dans un futur proche d’un affrontement avec la Chine qui mettrait en œuvre ses plans d’invasion de Taïwan… Sans oublier l’éternelle Seconde Guerre mondiale avec notamment un retour sur Pearl Harbor !

Publicités

Présentation

Retour réussi de l’uchronie

Avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, plus rien ne semble désormais impossible dans le domaine des conflits à haute intensité modernes. Alors que les alliances et les influences s’en retrouvent bousculées avec un axe Russie/Chine/Iran (le cauchemar d’Andrew WATTS dans les six volumes de sa palpitante saga Les Planificateurs de guerre), LOS ! renoue avec l’uchronie contemporaine à l’image de celle publiée au sujet du porte-avions Charles de Gaulle en Méditerranée face aux Russes parue dans le n°46.

Tout à fait par hasard, cet exercice est concomitant à la publication d’un rapport sur le sujet par le Center for Strategic & International Studies (CSIS) ! Finalement, les conséquences et le déroulé se ressemblent assez. Mais la lecture de l’exercice réalisé par Simon LE BOUCHE dans le magazine se lit bien plus facilement et tient le lecteur en haleine jusqu’au bout.

Le jour de l’infamie vu côté japonais

Yann MAHE revient sur l’attaque japonaise sur Pearl Harbor en présentantant les décisions et les actions minute par minute. L’opération, même si parfaitement planifiée et exécutée, contient son lot de « frictions » et d’imprévus qui en minimisent l’impact malgré l’ampleur des dégâts occasionnés à la flotte américaine. Le fait que les porte-avions américains ne soient alors pas présents est bien connu. Le fait que NAGUMO annule la troisième vague considérant le travail comme accompli et les risques désormais trop élevés pour ses avions, la surprise ayant disparu, l’est beaucoup moins. De fait, les installations techniques et logistiques demeurent intactes ou presque…

Le Pacifique toujours !

Décidément, le Pacifique attire l’attention de ce numéro avec la deuxième partie de l’engagement naval britannique sur ce théâtre d’opérations. Le texte couvre la période d’avril à septembre 1945. Les engagements en support des combats pour Okinawa sont plutôt sporadiques contrairement à ceux menés par les Américains, même si les Britanniques doivent faire face à quelques attaques de la part des pilotes kamikazes japonais. Les préparatifs de l’invasion du Japon (opération Downfall) laissent finalement place à la paix et aux cérémonies de la capitulation nippone.

L’intérêt de l’article réside davantage à la compréhension des contraintes d’engagement de ce type de flotte aéronavale et à sa complexité de mise en œuvre. Déjà, les Américains paraissent avoir acquis une expertise inégalée et surtout, le diable se cache dans les détails : nature du pont (bois ou acier), composition des équipes de maintenance, soutien logistique, etc. Cependant, les navires britanniques possèdent quelques avantages, dont celui de mieux résister à l’impact des kamikazes…

La BPF est la force la plus puissante rassemblée par la Royal Navy durant la Seconde Guerre mondiale.

Des Sturmgeschütze et des Panzergenadiere à la guerre sur mer !

Didier LAUGIER, bien connu pour ses travaux sur les canons d’assaut allemands et son dernier ouvrage aux Editions Caraktère à propos des Panzergrenadiere propose un article sur un champ totalement différent.

Il relate ici le combat naval entre le pauvre HMS Glowworm qui rencontre le Berndt von Arnim rejoint ensuite par l’Admiral Hipper qui participent à l’opération Weserübung et appuient l’invasion de la Norvège.

L’auteur décrit l’engagement également minute par minute, mais dans un style plus rédactionnel et en procédant moins par entrée horaire comme le font Yann MAHE ou Pascal COLOMBER dans son livre Les grandes batailles navales & aéronavales de la guerre du Pacifique. Il reprend également plusieurs témoignages issus des rangs allemands, ceux côté britannique étant plutôt absents en raison des conditions de l’affrontement et de son dénouement…

Conclusion

Avec ce numéro, LOS ! parvient à procurer encore un sommaire riche et varié qui regorge de découvertes. Il faut également ajouter le Suborama sur les sous-marins australiens et le rendez-vous manqué de l’U-556 avec le Bismarck. Même s’il sort de notre champ d’intérêt proprement dit, l’article sur la bataille de Chesapeake mérite également grandement le détour.

Voir aussi…

Sommaire

  • En bref
  • Mouillez l’encre ! (Par le fer et par le feu, combattre dans l’Atlantique, XVIe-XVIIe siècles, Les grandes batailles navales, les cardinaux, La grande pêche)
  • Pascal FRANCQUEVILLE, La bataille de Chesapeake, les Etats-Unis scellent leur indépendance
  • Yann MAHE, Tora, tora, tora ! Le raid sur Pearl Harbor
  • Simon LE BOUCHE, Objectif Taïwan ! Et si la flotte chinoise devait affronter l’US Navy ?
  • Luc VANGANSBEKE, L’épopée de la Task Force 57, la flotte britannique du Pacifique (2ème partie)
  • Didier LAUGIER, Sale rencontre dans la brume, le HMS Glowworn face aux Bernd von Arnim et Hipper
  • Jean DESSOLY, U-556, le U-Boot qui aurait pu sauver le Bismarck
  • Salim HAFIK, Suborama, Australie

Thèmes abordés

Caractéristiques

  • Nombre de pages : 82
  • Langue : Français
  • Couverture : souple
  • Reliure : agrafée
  • Dimensions : 21 x 29,7 cm
  • Prix conseillé France à la date de parution : 7,80 € TTC

Historique de la page

  • 15/01/2023 : création

2 réflexions sur « LOS ! n°65 (Caraktère, 2023) »

  1. Anecdote amusante, j’ai récemment trouvé en librairie le hors-série n°13 de LOS sur Pearl Harbor daté de janvier 2017. Ce fut une passionnante lecture!
    Ps: merci d’avoir réactivé la fonction commentaires.

    1. Un numéro précieux ! Pour les commentaires, faut surtout que je n’oublie pas de les activer sur les pages présentant magazines et livres. Mais je pense avoir trouvé le bon process…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.