Ligne de Front hors-série n°47 (Caraktère, 2022)

Home » Magazines » Ligne de Front » Ligne de Front numéros hors-série » Ligne de Front hors-série n°47 (Caraktère, 2022)
Publicités

Présentation

Avec un titre faisant référence au célèbre ouvrage d’Erwin ROMMEL paru Entre-deux-guerres, Ligne de Front livre ici un numéro bien plus intéressant qu’il peut y paraître au premier abord. En effet, le sujet peut a priori sembler éculé. Le lecteur peut légitimement se dire, encore un hors-série sur l’armée allemande de la Seconde Guerre mondiale même s’il ne s’agit pas cette fois de la Panzerwaffe. et soupirer à la lecture du titre qui reprend la notion d’élite pour parler de certaines divisions. Pourtant, à y regarder de plus près, ce numéro mérite de l’attention…

En effet, le nombre de livres et de périodiques consacrés à l’infanterie allemande dans son ensemble ne sont pas nombreux en français. D’autant qu’il ne s’agit pas ici d’une succession de fiches présentant chacune des divisions (à l’exception de quelques exemples d’unités), ni d’un dictionnaire des armements utilisés, mais d’une analyse qui se veut thématique.

Infanterie, au sens large du terme

Le premier chapitre, qui couvre la période allant de 1870 à 1935, permet de se plonger dans les racines de l’armée allemande dont « l’unification » reste tardive par rapport aux grandes nations du continent. Finalement, la Reichswehr permet de tourner définitivement la page des anciennes dénominations qui se rapportent encore aux états d’avant la proclamation de l’empire et qui perdure encore au cours de la Première Guerre mondiale.

Ce fédéralisme se retrouve cependant dans le maillage territorial sur lequel repose également la gestion des réserves et des remplacements à travers le district militaire (Wehrkreis).

Ensuite, le champ d’étude ne s’arrête pas à la seule infanterie de la Heer, mais bien à l’ensemble des grandes unités d’infanterie déployées durant la Seconde Guerre mondiale qu’elle que soit leur arme d’appartenance (Luftwaffe ou Waffen-SS). Ce choix correspondant ainsi à celui que nous faisons également sans oblitérer certaines spécificités. Seules manquent à l’appel les divisions levées par la Kriegsmarine à la toute fin du conflit bien que leur apport soit dans les faits anecdotique.

Mais des coquilles malheureuses…

Côté infographie, ce numéro propose quelques tableaux synthétiques sur la structure des unités ou les vagues de mobilisation ainsi que quelques organigrammes. La tableau sur les différents types de divisions d’infanterie en page 33 est malgré tout parcellaire (rien entre 1939 et 1944) et fait apparaître une structure à trois bataillons pour la division type 1944 (ce qui est une coquille) et deux pour celle type 1945 alors que trois sont indiqués en entrée de ligne. Dommage, car l’idée est bonne, même si en lieu et place des effectifs globaux, il aurait été plus intéressant de comparer quelques armements pour visualiser le renforcement (théorique) de la puissance de feu alors que le nombre d’hommes diminue, ainsi que différencier les combattants des fonctions de soutien.

Dans le domaine de coquilles faisant mauvais effet, la carte en page 39 situe l’action de l’IR 490 (129. Infanterie-Division) les 13 et 14 septembre 1941 à proximité de… Stalingrad au lieu de Leningrad.

Le choix des profils couleurs peut également interroger comme en page 38 où sont présentés des matériels qui à l’évidence ne concernent pas des divisions d’infanterie (quitte à mettre des blindés, des canons d’assaut seraient mieux appropriés que des engins de reconnaissance de divisions blindées). Dommage de ne pas avoir profité du sujet pour mettre en avant des dessins de fantassins en action.

Une occasion perdue de renvoyer à d’autres publications des Editions Caraktère ?

Alors que les Editions Caraktère multiplient parfois les doublons pour les lecteurs avec les bonnes feuilles promotionnelles dans leurs magazines, elles ratent ici l’occasion d’inciter les lecteurs à acquérir des publications ou des livres traitant plus en profondeur certains sujets abordés plus superficiellement ici. En effet, l’auteur du numéro ne fait ni mention de l’ouvrage de Didier LAUGIER, L’encyclopédie du Panzer-Grenadier, ni des articles consacrés à la 78. Sturm-Division ou la 1. Skijäger-Division et encore moins aux précédents hors-série consacrés notamment aux divisions de la campagne de Luftwaffe (hors-série n°32), aux parachutistes allemands ou encore au Guide du Landser dont l’ébauche est posée avec le hors-série n°27.

En conclusion, sans être une référence absolue, un numéro pertinent dans son approche et son champ d’investigation, à conserver précieusement aux côtés des numéros mentionnés plus haut ainsi que des Dictionnaire historique de la Heer et Dictionnaire historique de la Luftwaffe et de la Waffen-SS parus respectivement en 1997 et 1998 chez Heimdal.

Voir aussi…

Thèmes abordés

Sommaire détaillé

  • Introduction
  • Court historique de l’infanterie allemande de 1870 à 1935
  • Wehkreise et Welle, un système de mobilisation à toute épreuve
  • Anatomie de l’Infanterie6division, adaptation et évolution
  • Missions et tactiques de l’Infanterie-Division
  • Infanterie-Divisionen, l’infanterie « de ligne » allemande
  • Reserve et Sicherungs-Divisionen, sécurité et réserve endivisionnées
  • Les divisions spécialisées, l’élite de la Heer
  • Les divisions d’infanterie de la Luftwaffe, de l’élite aux divisions « bouche-trou »
  • Infanterie-Divisionen (mot.) et Panzergrenadier-Divisionen, l’infanterie portée allemande
  • Conclusion

Caractéristiques

  • Nombre de pages : 98
  • Langue : Français
  • Couverture : souple
  • Reliure : collée
  • Dimensions : 21 x 29,7 cm
  • Prix conseillé France à la date de parution : 11,50 € TTC

Historique de la page

  • 18/11/2022 : création