Ligne de Front hors-série n°46 (Caraktère, 2022)

Home » Magazines » Ligne de Front » Ligne de Front numéros hors-série » Ligne de Front hors-série n°46 (Caraktère, 2022)
Publicités

Présentation

L’éternel débat du front décisif de la Seconde Guerre mondiale en Europe

Sous un titre un peu racoleur, Nicolas PONTIC propose une étonnante réflexion sur la guerre en URSS en étudiant les impacts des fonts « périphériques ». Au menu : Norvège, Laponie, Carélie, Baltique, Arctique, Méditerranée, Afrique du Nord, Irak, mais aussi Lend Lease ! Evidemment, ceux qui attribuent à l’Armée rouge le seul mérite de la victoire contre l’Allemagne nazie durant la Seconde Guerre mondiale en Europe pourront voir une tentative de redorer le blason des Alliés occidentaux.

Ce serait cependant faire un faux procès à l’auteur, qui propose une anthologie de l’Armée rouge en deux volumes chez Caraktère après plusieurs articles dans ses précédentes revues dont 2e Guerre mondiale. Il amène plutôt ses lecteurs à prendre du recul et à réaliser la vraie dimension du conflit en Europe qui ne se limite ni à l’Ouest en 1940 ou en 1944/1945 ni à l’URSS. Après avoir rappelé l’importance que peuvent représenter dans des conflits l’importance des théâtres d’opérations et leur aspect parfois décisif à condition d’y consacrer un minimum de moyens pour un maximum de résultats, il balaye sept théâtre d’opérations essentiellement basés sur le « flanc Nord », la Méditerranée et le « flanc Sud étant plus rapidement survolés (voir Science & Vie Guerres & Histoire n°53).

La défaite ou la victoire, l’addition d’une série de facteurs

Chaque chapitre bénéficie d’une conclusion qui mise bout à bout avec celle de tous les autres et de celle en fin de numéro donne une perspective originale et globale. Les lecteurs ont la possibilité de découvrir quelques théâtres d’opérations généralement peu abordés et qui sont ainsi remis dans une perspective plus globale. Ainsi, les lecteurs intéressés par les combats navals dans le Grands Nords peuvent compléter leur lecteur avec Les batailles arctiques.

Evidemment, le texte s’appuie sur une analyse après-coup des faits. Il est donc facile de dire que tel ou tel aspect représente une erreur. Nicolas PONTIC est particulièrement conscient des limites de l’exercice puisqu’il ne cache pas que la réponse à laquelle il tente de répondre « est évidemment des plus complexes, et repose en partie sur des conjectures et des analyses a posteriori« .

Une escalade incompatible avec les moyens et une posture qui favorise l’isolement

Mais au final, ce qui transpire tout au long des pages, c’est la démesure des opérations par rapport aux moyens de la Wehrmacht même complétés par l’apport de quelques alliés qui s’avèrent d’ailleurs plutôt des poids que de réels atouts, hormis peut-être l’armée finlandaise. La culture allemande de l’époque basée sur son sentiment de suprématie absolue l’empêche de toute façon de s’appuyer réellement sur eux et de les développer, au point de ne les considérer que comme des supplétifs (voir l’illustration dans le domaine aérien dans Allies In Air Power, An History of Multinational Air Operations).

Adolf HITLER n’a donc pas tellement perdu la guerre sur ses flancs stratégiques, mais surtout en se lançant dans un conflit sans savoir limiter ses ambitions et gérer le temps.

Thèmes abordés

Sommaire détaillé

  • La guerre périphérique, front secondaire ou essentiel ?
  • Intérêts stratégiques du flanc nord pour Hitler, géostratégie de la Scandinavie
  • La Norvège, sécuriser le flanc nord, mais à quel prix ?
  • La Finlande, un allié trop indépendant, Hitler perd le flanc nord
  • Les convois de l’Arctique, une artère vitale à couper
  • Flanc sud, Mussolini, un allié encombrant ?
  • Le pétrole et le corridor persan, les enjeux du Moyen-Orient
  • Conclusion

Caractéristiques

  • Nombre de pages : 98
  • Langue : Français
  • Reliure : souple et collé
  • Dimensions : 21 x 29,7 cm
  • Prix conseillé France à la date de parution : 11,50 € TTC