Ligne de Front n°99 (Caraktère, 2022)

Home » Magazines » Ligne de Front » Ligne de Front (2022) » Ligne de Front n°99 (Caraktère, 2022)
Publicités

Présentation

Voir un auteur présenter ses travaux et expliquer sa démarche apporte toujours un regard original sur un nouvel ouvrage que la seule publication de « bonnes feuilles ». Une vraie démarche complémentaire sans risque de doublon pour les lecteurs qui achètent finalement en double les mêmes pages entre leur magazine et le livre en question. Nouvelle preuve dans ce numéro de Ligne de Front avec l’interview d’Ivan CADEAU pour son Cao Bang 1950, premier désastre français en Indochine.

Ukraine 2022 et guerres post-1945

Même si ce numéro présente un sommaire encore largement dominé par la Seconde Guerre mondiale, la place laissée aux conflits post-1945 s’élargit à la fois pour des raisons d’actualité pure (avec un article sur le Himars en Ukraine) ou pour donner un peu de perspective à l’image de l’étude historique sur les lance-roquettes multiples soviétiques et russes.

Au-delà de la revue chronologiques des matériels et de leurs améliorations techniques progressives, le conflit ukrainien révèle cependant de véritables différences dans les approches opérationnelles qui impactent également la logistique et la masse pour une efficacité réelle. Une dimension que malheureusement l’article ne survole que trop peu, tout comme l’analyse des unités équipées de tels systèmes. Le texte conviendrait mieux à un support type Trucks & Tanks Magazine.

Même si le conflit vietnamien demeure toujours très peu abordé dans la littérature francophone, il faut là aussi apprécier l’article paru dans ce numéro au sujet de l’approche « Search & Destroy » menée de 1965 à 1968.

A la découverte des unités « délaissées »

Si le Troisième Reich met en ligne plus de deux cent divisions au cours de la Seconde Guerre mondiale au sein des unités terrestres (voir l’article de Benoît RONDEAU dans Batailles98 au sujet de la crise des effectifs de la Wehrmacht en 1943), force est de constater que ce sont très souvent les mêmes qui bénéficient d’études qui leur sont dédiées.

Si les historiques de divisions blindées allemandes affluent régulièrement, là aussi elles ne concernent que globalement toujours les mêmes au point de laisser à penser que la Troisième Reich n’en a finalement que relativement peu mises en œuvre. Pourtant, aux côtés des « block-busters » que sont celles de la Waffen-SS, la 7. Panzer-Division quand Erwin ROMMEL la commande, la 130. Panzer-Lehr-Division ou encore la Panzergrenadier-Division Grossdeutschland, plusieurs dizaines d’autres jouent des rôles particulièrement importants, notamment en URSS.

C’est notamment le cas de la 8. Panzer-Division qui a donc les honneurs de ce numéro pour ses actions au cours de l’hiver 1941/1942 où elle permet de sauver la garnison encerclée de Cholm (Kholm). Face aux opérations périphériques de l’Armée rouge autour de l’opération Mars fin 1942 contre le saillant de Rjev, elle échoue cependant à délivrer la garnison isolé de Velikié Louki tout en limitant la progression soviétique (voir aussi l’article de Didier LAUGIER, La capture de la forteresse de Velikié Louki, paru dans Batailles & Blindés n°99 en 2020).

Si le récit est limpide et comprend un intéressant encart sur les limites atteintes par le Panzer 38(t), il aurait cependant être complété par une infographie au sujet de l’attrition des matériels et des hommes de la division. Un détail loin d’être négligeable pour la compréhension des capacités opérationnelle d’une unité.

Une dose de Koursk et de Cherbourg

A travers le rôle des unités soviétiques et allemandes, Nicolas PONTIC revient sur la bataille de Koursk. Le sujet lui permet d’insister sur leurs rôles dans l’établissement des plans de défense, dans la percée de ceux-ci, mais également dans la lutte antichar, la reconnaissance et la « déception ». Tout est question d’entrainement, mais également de matériels adaptés… Un article qui donne en tout cas envie de redécouvrir celui paru dans Trucks & Tanks Magazine n°56 et intitulé Wehrmacht versus Armée Rouge, les mythes d’une confrontation de titans, moins dilué et plus incisif sur la forme.

L’étude sur la bataille de Cherbourg revient de façon assez classique sur cette phase de la bataille de Normandie quand les Américains parviennent à s’extraire de leur tête de pont d’Utah Beach et aéroportée pour couper le Cotentin puis s’emparer de la ville portuaire. Un succès allié indéniable et un échec allemand aux répercussions à la fois immédiate avec la perte de plusieurs unités amenées justement en renfort, mais aussi plus long terme avec un port qui peut être assez facilement réutilisé par les Alliés pour leurs besoins logistiques sans que les Allemands n’aient les moyens de menacer d’une quelconque façon la liaison avec la Grande-Bretagne. Avant d’en arriver aux opérations elles-mêmes, l’auteur prend soin de détailler la préparation préalable des deux camps, ce qui est l’occasion de rappeler le renforcement entrepris par les Allemands dans les semaines qui précèdent le Débarquement.

Voir aussi…

Thèmes abordés

Sommaire détaillé

  • Nicolas PONTIC, La bataille autour du Himars
  • Nicolas PONTIC, 5 questions à Ivan Cadeau pour Cao Bang, premier désastre français en Indochine
  • Acutalités
  • Actus du livre (40e Régiment d’artillerie, Cao Bang 1950, Gengis Khan, Les opérations de déception, La 4e Brigade d’Aérocombat)
  • Louis FORTEMPS, La 8. Panzer-Division à la rescousse, à l’assaut des Kessel de Kholm et de Velikié Louki
  • Nicolas PONTIC, Au pays des roquettes, le lance-roquettes multiple, spécificité russe
  • Nicolas PONTIC, Opération Search & Destroy, l’erreur de Westmoreland ?
  • Nicolas PONTIC, Sapery contre Pionere, les sapeurs soviétiques et allemands à Koursk
  • Nicolas PONTIC, La chute de Cherbourg, une erreur fatale allemande ?

Caractéristiques

  • Nombre de pages : 82
  • Langue : Français
  • Couverture : souple
  • Reliure : agrafée
  • Dimensions : 21 x 29,7 cm
  • Prix conseillé France à la date de parution : 7,80 € TTC

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.