Batailles & Blindés n°106 (Caraktère, 2022)

Home » Magazines » Batailles & Blindés » Batailles & Blindés (2022) » Batailles & Blindés n°106 (Caraktère, 2022)
Publicités

Recension

Des chars investissent le théâtre urbain

Si le sommaire continue d’être majoritairement consacré à la Seconde Guerre mondiale, deux articles se penchent sur l’entre-deux-guerres. Une période généralement peu abordée dans l’historiographie mais pourtant passionnante et riche d’enseignements. Ainsi Loïc BECKER évoque (rapidement) le déploiement de chars britanniques dans les rues de Glascow pour contribuer à assurer l’ordre face à des troubles sociaux début 1919.

Cette première côté britannique ouvre le chemin du recours à la force armée en Irlande. Au même moment, les corps francs allemands rétablissent l’ordre à Berlin en s’appuyant sur des chars britanniques capturés durant la Première Guerre mondiale. Conçus pour forcer les systèmes de tranchées, les chars investissent désormais les villes annonçant de nombreux engagements en milieu urbain plus ou moins heureux (Varsovie en 1939, Stalingrad, Berlin en 1945, etc.).

La Guerre d’Espagne, la grande répétition générale en Europe

La Guerre d’Espagne demeure probablement le conflit de l’entre-deux-guerres le plus connu du grand public, en tout cas de nom. En écho à l’excellent Ligne de Front hors-série n°43, Sylvain FERREIRA revient sur la bataille de l’Ebre de 1938. Après avoir rappelé les objectifs diplomatiques et politiques de l’offensive républicaine, l’auteur décrit les opérations elles-mêmes. L’assaut s’enlise et ne permet pas d’inverser la situation.

La carte utilisée pour présenter les opérations parait plus dynamique que celle du numéro hors-série et possède l’avantage de comprendre des « bulles » explicatives qui donnent un peu de consistance aux flèches des principaux mouvements d’unités. Comme quoi, la cartographie est tout un art.

Panzer et Panzertruppen, de la théorie…

Ce numéro conclue l’étude de Yannis KADARI sur les tactiques employées par l’arme blindée allemande au cours de la Seconde Guerre mondiale. Après avoir rappelé quelques principes (notamment dans la culture stratégique allemande) et l’importance du terrain, il détaille les différents types d’attaque (de rencontre, brusquée, préparée), ce qui rappelle certain système de jeu de wargames qui tentent de les distinguer.

L’attaque n’est cependant pas un acte isolé et conclue une phase de déplacement et de regroupement. Ensuite se déclenche un ballet savamment agencé dans laquelle chacun doit jouer sa propre partition.

La logistique, si décisive, est brièvement abordée en conclusion sous le prisme du carburant. Un sujet qui mériterait cependant de plus amples développement avec celui également des munitions, tant ce facteur peut brider voire ruiner le potentiel de combat d’unités comme le montrent par exemple les premiers engagements des divisions cuirassées françaises.

… à la pratique!

Dans les faits, tout ne se passe pas aussi bien. Trois articles se proposent de revenir quelques engagements soit d’un point de vue micro-tactique, soit d’un point de vue un peu plus opérationnel.

Le premier concerne la bataille de Gazala. D’une architecture presque parfaite, il introduit le contexte opérationnel puis les forces et matériels en présence avant de détailler les combats. La conclusion et l’analyse posent un regard mesuré sur les faits et les acteurs. Malgré la défaite, les tactiques britanniques montrent du potentiel (notamment avec l’instauration des boxes). Malgré sa victoire, le style de ROMMEL montre également des fragilités : prise de risque énorme sur la logistique, style de commandement l’isolant parfois de son état-major, sans parler de ses interférences tactiques qui peuvent être démobilisatrices pour ses échelons subalternes. De façon plus générale, la victoire de Gazala repose aussi sur la culture tactique allemande qui repose sur l’initiative et l’agressivité, permettant aux hommes de parfaitement réagir aux situations chaotiques et imprévues (voir Robert CITINO, The German Way of War). A noter, là aussi, une cartographie efficace.

Wintergewitter vue de l’intérieur, futures bonnes pages !

Le témoignage d’un vétéran de la 6. Panzer-Division intégrée dans la tentative de dégagement de la 6. Armee encerclée à Stalingrad (opération Wintergewitter) est d’une rare qualité. Il détaille son quotidien du 3 au 14 décembre 1942, occasion de croiser de Franz BÄKE dans son char de commandement. Une plongée dans les opérations de combat mais aussi la vie des hommes et des machines d’une compagnie de Panzer. Ce journal retrouvé par Robin SCHÄFER qui vient de quitter Iron Cross fera l’objet d’une publication chez Caraktère (et non pas chez Overlord – toujours un peu difficile les fils conducteurs éditoriaux !). Quelques clichés originaux proviennent des collections du vétéran dont quelques beaux portraits. On apprécie également le recours à quelques photos d’origine soviétique qui changent du prisme germanique.

D’in point de vue historique, cet article permet aux lecteurs de comprendre les conditions d’engagement en hiver sous la neige, les prises de décision sur le terrain… Les radios ne fonctionnent pas toujours, il n’est pas facile d’identifier amis et ennemis, le vent dissipe rapidement les fumigènes, les distances de combat ne sont pas si éloignées que cela… Bref, un mélange d’Eclairs lointains et Dans les ventres d’acier, mais bien réel cette fois !

Eclairs lointains, la vie à l’intérieur de la poche de Stalingrad, saisissant !

Leibstandarte SS, Kurt MEYER et Michael WITTMANN, le retour

Une affiche digne d’un blockbuster hollywoodien ! Un ton enlevé pour le début de la légende de l’un des as de la Panzerwaffe qui fait ses début sur Sturmgeschütz (StuG) III Ausf. A… mais un énième article sur le sujet.

Bonnes pages (bis)

Ce numéro comprend également un extrait du livre de Max STEIN, Tiger de la 503, Normandie, Vexin normand, juin – août 1944, paru chez Maranes. L’épisode relaté concerne les combats de Colombelles et permet de croiser à nouveau quelques stars de la l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale en Europe : schwere Panzer-Abteilung 503, Richard von ROSEN, 21. Panzer-Division

Tiger de la 503, Normandie, Vexin normand, juin – août 1944, l’histoire de la schwere Panzer-Abteilung 503 avec une perspective très intéressante sur la consommation des Panzer VI Ausf. E et Panzer VI. Ausf. B ou comment passer d’un appétit relativement modeste en un ogre.

Interview !

Si les bonnes pages peuvent être redondantes aux propriétaires des livres en question, il n’en est pas de même pour les interviews d’auteurs qui présentent leurs travaux. En l’occurrence, celle de Maurizio SERRA procure un résumé de son Mystère Mussolini… A lire et à acheter ensuite !

Un bon équilibre

En conclusion, ce numéro qui recèle quelques articles bien originaux sur un sujet qui peut paraître pourtant bien usé, à savoir la Panzerwaffe. On attend avec impatience un tel niveau de détails et de profondeur pour les armes blindées des autre belligérants. L’Entre-deux-guerres montre aussi tout son intérêt et se révèle un sujet inexploré et assez inépuisable (y compris la révolution bolchévique). Il n’y a qu’à lire Les guerres des années folles pour s’en convaincre. Le récit des grandes manœuvres de ces époques peut également servir de support et fournir un excellent point de comparaison avec le retour en force de ces exercices en Europe avec la résurgence de la probabilité de conflits de haute intensité.

Le soin apporté à l’iconographie est toujours aussi efficace. Il ne reste plus qu’à se lancer dans l’infographie sur les effectifs et ne pas négliger des dessins couleurs en complément des habituels profils couleurs d’engins qui finissent par plus n’apporter grand chose de neuf.

Thèmes abordés

Entre-deux-guerres 1919/1939 (Glascow 1919, Espagne 1936/1939, Ebre 1938), Seconde Guerre mondiale 1939/1945, Europe 1939/1945 (URSS 1941/1945, Opération Barbarossa 1941, Melitopol 1941, SS-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler, Michael WITTMANN, Stalingrad 1942/1943, Opération Wintergewitter 1942, 6. Panzer-Division, Ouest 1944/1945, Normandie 1944, Caen 1944, Colombelles 1944, schwere Panzer-Abteilung 503, Divisions blindées allemandes, Arme et cavalerie blindée allemande)

Afrique du Nord 1940/1943 (Gazala 1942, Tobrouk 1942, Opération Aberdeen 1942)

Sommaire détaillé

  • Actualités
  • Maurizio SERRA, Etudier la vie de Mussolini, c’est découvrir un dédoublement impressionnant
  • Actualité du livre (Sturmtiger, La guerre antique, Le mystère Mussolini)
  • Loïc BECKER, La bataille de George Square, des tanks en Ecosse
  • Matthias ANDRE & Pierre MULLER, Gazala-Knightsbridge, le chaudron de Rommel
  • Yannis KADARI, Les tactiques des Panzertruppen (3ème partie), l’assaut blindé
  • Robin SCHÄFER, Au secours de Stalingrad ! Les carnets de Friedrich Sander
  • Sylvain FERREIRA, La bataille de l’Ebre, la dernière chance des Républicains
  • Yannis KADARI, Cauchemar à Melitopol, assaut de nuit pour « vautour »
  • Max STEIN, Premier choc sur Colombelles, 11 juillet 1944, les fauves sont lâchés !

Caractéristiques

  • Nombre de pages : 82
  • Langue : Français
  • Reliure : souple et agrafée
  • Dimensions : 21 x 29,7 cm
  • Prix conseillé France à la date de parution : 7,50 € TTC

Boutique

Liens externes