Magazines

Home » Magazines

Historique

Les précurseurs

L’historiographie de la Seconde Guerre mondiale repose jusqu’à la fin des années 1970 repose principalement sur l’édition de livres et de rares magazines spécialisés dans l’Histoire en général comme Historia. Le marché des périodique commence à s’ébrouer avec la sortie de Connaissance de l’Histoire Hachette, richement illustré en couleurs, dont le premier numéro sort en 1978.

Le début des années 1980 marque un véritable décollage avec le lancement en décembre 1983 d’une première revue entièrement dédiée à la Seconde Guerre mondiale : 39/45 Magazine. Le marché parait porteur et les commémorations du quarantième anniversaire du Débarquement en Normandie témoignent d’un formidable engouement pour cette période. Les tensions sont désormais apaisées et de nombreux vétérans peuvent témoigner, échanger et se retrouver, y compris entre adversaires.

Cette période représente également l’âge d’or de la presse magazine qui bénéficie d’innovations technologiques, d’un circuit de distribution alors particulièrement dense et qui ne souffre pas à l’époque de l’arrivée des contenus numériques (le seul danger est des photocopies, mais le prcédés reste peu pratique – il faut se déplacer dans des enseignes spécialisées dans la reproduction, dans les guichets de poste ou les gares – et assez cher comparé à l’achat au numéro). En 1984 sort Militaria Magazine suivi ensuite la revue encyclopédique Troupes d’élite chez Atlas. En 1987, Histoire & Collections lance également Hommes de guerre.

Dans les années 1990, Heimdal et Histoire & Collections se partagent donc globalement le marché francophone et développent leur gamme de produits en termes de livres et de magazines. Cependant, le dynamisme du marché attire inévitablement de nouveaux acteurs d’autant que les techniques d’impression permettent rapidement d’introduire davantage de couleurs dans les pages. VéMil apparait en 1990 et Militaria Magazine lance sa collection de hors-série Les grandes batailles de la Seconde Guerre mondiale.

Les vingt années qui précèdent les années 2000 posent quelques recettent essentielles comme le recours aux profils couleurs et à l’édition de numéros hors-série thématiques, déclinés en version reliée ou non.

Nouveaux venus dans les années 2000

Exactement vingt ans après le lancement de 39/45 Magazine, Yannis KADARI lance le premier périodique des Editions Caraktère : Batailles & Blindés. Recourant à l’utilisation intensive de profils couleurs rendus plus accessibles aux technologiques numériques.

Le marché a cependant atteint son apogée et même si le nombre de lecteurs potentiels reste encore à un niveau élevé, il ne préjuge pas de la pérennité économique. Histoire de Guerre lancé en 1999 ne parvient jamais à trouver un réel équilibre économique malgré un contenu éditorial de qualité mais sans réelle innovation sur la forme. Champs de Bataille et ses différentes versions commence son aventure en 2004 tout comme le dernier des Editions Histoire & Collections et d’Yves BUFFETAUT, Batailles. En 2005, 2e Guerre Mondiale sort à son tour. Il y a donc engorgement, l’offre se multiplie alors que le nombre de passionnés se réduit et que le numérique commence à présenter une sérieuse concurrence.

Ces nouveaux titres, quelles que soient leurs bonnes volontés éditoriales, connaissent des difficultés financières chroniques qui amènent des changements de formule réguliers et parfois des disparitions. La qualité peut parfois s’en ressentir, certains sujets étant repris plus que régulièrement car assurant un certain succès de diffusion, mais qui à long terme accélère la baisse d’intérêt pour cette période où il reste encore tant à découvrir, à traiter, voire à corriger.

Même les anciennes maisons d’éditions que sont Heimdal et Histoire & Collections tanguent. Tank Zone, la réponse des Editions Histoire & Collections à Batailles & Blindés et Trucks & Tanks Magazine arrive trop tard. Quant aux Editions Caraktère, la croissance devient vite exponentielle, montrant ainsi que les lecteurs sont attentifs au fond et à la forme, ce qui n’empêche pas quelques échecs comme ceux d’Histoire(s) de la dernière guerre ou Tenues de campagne.

Des marchés de niche

La généralisation de contenus accessibles gratuitement par internet réduit l’intérêt des publications trop généralistes surtout quand les mêmes sujets reviennent périodiquement. Pour parer à cet écueil, les éditeurs vont rechercher des niches où ils peuvent s’appuyer sur un noyau de passionnés davantage captifs. Normandie 1944 Magazine ou la transformation d’Histoire de Guerre en GBM représentent deux exemples typiques de cette ultra-spécialisation.

Le marché de niche cumulé aux nouvelles techniques d’impression donne également naissance au format Mook, mi-magazine, mi-livre. Le Mook 1944 est ici un véritable précurseur, tant sur la forme que sur le fond.

Un avenir hors de la Seconde Guerre mondiale ?

Alors que le marché de l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale se rétrécit, l’attrait pour l’Histoire militaire reste toujours aussi vivace. Le retour des grandes expéditions militaires au Moyen-Orient avec les conflits liés à la lutte contre le terrorisme islamique et l’émergence de nouveaux équilibres géopolitiques avec le retour de la Russie et l’émergence de la Chine souligne la permanence de la nature guerrière de l’espèce humaine.

Après les conflits asymétriques, la haute intensité refait son apparition sur l’ensemble des dimensions traditionnelles (terre, air, mer) et investit de nouveaux champs (espace, cyber). Autant d’occasion de tisser des liens avec la Seconde Guerre mondiale qui demeure le conflit de référence tant d’un point militaire, que technique, politique et géostratégique. Une belle opportunité de se renouveler et d’attirer de nouveaux lecteurs tout en revisitant ou en redécouvrant avec un nouveau regard des aspect de la période 1939/1945…

Magazines et périodiques

En français

En anglais

En allemand