39/45 Magazine n°375 (Heimdal, 2022)

Home » Magazines » 39/45 Magazine » 39/45 Magazine (2022) » 39/45 Magazine n°375 (Heimdal, 2022)
Publicités

Présentation

39/45 Magazine continue de revisiter quelques moments forts de la Seconde Guerre mondiale à l’Est de l’Europe. Après avoir abordé la question du pacte germano-soviétique, l’Ukraine et la Crimée dans le conflit, Georges BERNAGE revient sur la bataille pour Lviv (Lemberg) dans les jours qui suivent le début de l’invasion de l’URSS par son ancien allié, le Troisième Reich. Les anciens lecteurs se rappelleront que le sujet a déjà été abordé dans le numéro 10 (en 1986 !), mais l’auteur a fait l’effort de le réécrire et de proposer une iconographie renouvelée.

Ressortir le sujet des batailles pour Lviv (Lemberg) en pleine invasion de l’Ukraine par la Russie permet aux contemporains de rembobiner quelque peu le fil de l’Histoire. Cette ville, en arrière du front ukrainien en 2022 fait partie de la région polonaise cédée à l’URSS au nom du dépeçage inclus dans le pacte germano-soviétique. Avec ses massacres et ses prisons, elle illustre parfaitement la compromission des deux régimes qui font régner la terreur à l’Est de l’Europe en 1939 et en 1940 avant de s’entretuer à partir du 22 juin 1941 et l’opération Barbarossa. Un dépoussiérage factuel bien utile et une illustration bien concrète des biais de l’historiographie officielle qui depuis cette époque cherche à minimiser le rôle agressif de l’URSS au début de la seconde Guerre mondiale au même titre que le Troisième Reich. Cette légende est soigneusement entretenue par les différents partis communistes durant la Guerre froide et reprise abondamment dans la lecture orientée faite par le régime de Vladimir POUTINE.

Heureusement traduit en français, Le Pacte des diables de Roger MOORHOUSE est un livre clef pour comprendre la compromission du régime soviétique dans la terreur qui s’abat sur l’Est de l’Europe sous la férule des deux dictatures qui finissent par s’affronter. Cette page minimisée à l’Ouest de l’Europe pour des raisons essentiellement politiques est au contraire bien présente à l’Est du continent.

La questions des Ardennes dans les états-majors français

Dans un sommaire varié dans ses thèmes et ses périodes, le lecteur trouve ainsi un article concernant la question des Ardennes pour les Français. Si les principales têtes pensantes tricolores de l’Entre-deux-guerres (Philippe PETAIN et Maurice GAMELIN notamment) voient ce secteur comme peu propice au développement d’un axe stratégique ennemi, d’autres sont plus perplexes, voire plus clairvoyants. François de LANNOY dépoussière ainsi les positions de deux généraux (André-Gaston PRETELAT et Joseph HASSLER) qui tentent vainement de ramer à contre-courant. A l’image de sa biographie sur Pierre HERING, François de LANNOY révèle ainsi un corps de généraux bien moins homogène qu’il n’y parait avec de nombreuses individualités aux vues dissonantes. Malheureusement, leurs avis ne percent pas et se retrouvent étouffés.

A noter également le débat, en plus de celui du positionnement des réserves, celui sur la synergie des armes. Cette sclérose intellectuelle est toute autant celle de la pensée et celle de l’expression de la pensée. D’où l’importance, toujours d’actualité, de créer les conditions nécessaire d’un débat permanent pour nourrir les décisions sans pour autant les neutraliser, que ce soit sur la stratégie ou l’adaptation aux armes. L’Ukraine en fournir d’ailleurs un parfait exemple.

Les opinions des généraux français sont loin d’être unanimes sur la doctrine et la stratégie à mener. De nombreux profils finalement assez peu connus apparaissent cependant petit à petit, notamment grâce aux travaux d’auteurs comme François de LANNOY (voir par exemple Pierre Héring, un général antconformiste avec Pétain et de Gaulle) et Max SCHIAVON (y compris dans son Gamelin, la tragédie de l’ambition). La défaite met tous les responsables dans le même sac et la légende gaullienne laisse peu de place aux figures divergentes de la doxa prônée par Maurice GAMELIN et Philippe PETAIN.

Le Panther vu de l’équipage

Depuis quelques temps, il existe une certaine tendance à n’aborder que les engins et plus particulièrement les chars, sous un angle davantage humain que technique. Ainsi, Hugues WENKIN explore les rôles et responsabilités de chacun des membres d’un Panzer V Panther. Il parvient à parfaitement expliquer les liens qui relient la machine et son équipage. Le tout a des conséquences sur la performance au combat de l’engin mais aussi sur sa durabilité et sa fiabilité. L’un des meilleurs textes sur le sujet !

On apprécie également les quelques vues de l’assemblage industriel. La production, la logistique industrielle et de maintenance restent encore des sujets pas ou très peu explorés dans l’historiographie des matériels de la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, comme le montrent les conséquences de l’invasion russe de l’Ukraine, ces sujets sont primordiaux dans le maintien des capacités de combat.

L’illustration d’époque en écorché de Hans LISKA d’un Panzer V Panther en pleine action peut servir de modèle à de nombreux illustrateurs dont les œuvres essentiellement numériques ne possèdent ni le relief ni la force.

Bastogne, l’une des batailles les plus méconnues de la Seconde Guerre mondiale ?

Bastogne est probablement l’archétype d’un nom ultra connu du grand public, mais dont la perception est totalement erronée. En fait, son appréciation repose sur les mêmes biais que celle portée sur la contre-offensive allemande des Ardennes dont l’historiographie s’intéresse globalement qu’à la première phase quand les Allemands foncent vers la Meuse avant d’être stoppés à Stoumont, Hotton et Celles / Foy-Notre-Dame. Cette vision fait fi justement des combats particulièrement intenses qui se déroulent fin décembre 1944 et tout début janvier 1945 quand les Allemands reportent leurs ambitions sur la seule ville de Bastogne, puis de la contre-attaque alliée à partir du 3 janvier 1945 qui ramène progressivement et douloureusement les Allemands sur leurs bases de départ en plus de trois semaines.

A l’occasion d’un débat sur l’utilisation mémorielle et touristique de cette bataille portée au rang de symbole de la résistance américaine, Hugues WENKIN se penche sur les combats de la 101st US Airborne Division au Bois Jacques entre Bizory et Recogne. L’auteur réalise ici un véritable travail d’analyse, croisant les sources, y compris les photos de reconnaissance aérienne. Bien loin donc d’un simple article qui reprend ce que les historiques officiels fournissent déjà et dupliqués avec plus ou moins de bonheur par des générations d’auteurs. Un excellent travail de Hugues WENKIN qui, encore une fois, peut servir d’inspiration à bien d’autres.

Les combats pour Bastogne demeurent finalement très méconnus, peu maîtrisés dans leur chronologie et leur géographie. Hugues WENKIN s’attelle à donner une vision exhaustive, loin des banalités maintes fois redites et pas toujours exactes. Son article complète parfaitement son tome 1 et son tome 2 de l’étude sur Bastogne qu’il mène pour le compte de Weyrich Edition.

Militaria

39/45 Magazine poursuit sa présentation de nombreux objets d’époque grâce à la collaboration avec la maison de ventes aux enchères Hermann Historica. Un atout qui ne se dément pas…

En conclusion, un numéro encore robuste qui se distingue à la fois par la qualité de ses articles – bien plus que des sempiternelles redites – et surtout ses références abondantes qui ont pour mérite d’éclairer les sources des auteurs.

Thèmes abordés

Sommaire détaillé

  • Georges BERNAGE, Ukraine 1941, massacres de Lemberg, Allemands et Ukrainiens, des relations complexes
  • François de LANNOY, Les généraux Prételat et Haasler et l’attaque allemande à travers les Ardennes
  • Hugues WENKIN, Combattre dans un Panther
  • Hugues WENKIN, Recherche des positions de la Easy Company du 506th PIR dans le bois Jacques
  • Matthieu LONGUE, Johannes Wohninsland, l’un des « Frères W » de la 7. Kompanie du SS-Panzer-Regiment 1
  • Georges BERNAGE, Objets d’exception
  • Philippe GUIMBERTEAU & Cyril LE TALLEC, Les insignes des Jeunesses nationales populaires
  • Nicolas BUCOURT, Bruneval 1942-2022, 80e anniversaire
  • Alain TAUGOURDEAU, Les décorations de Gau de la NSDAP (2ème partie)
  • Bibliothèque 39/45 (Bir Hakeim, Français, libre, Pierre de Chevigné, La Seconde Guerre mondiale sous le regard de la presse)

Caractéristiques

  • Nombre de pages : 112
  • Langue : Français
  • Couverture : souple
  • Reliure : collée
  • Dimensions : 21 x 29,7 cm
  • Prix conseillé France à la date de parution : 12 € TTC

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.