schwere Panzer-Abteilung 503

La schwere Panzer-Abteilung 503 est une unité allemande de chars lourds engagée durant la Seconde Guerre mondiale en Europe.

Publicités

Elle est formée le 16 avril 1942. Initialement prévue pour intervenir en Afrique du Nord, elle connaît finalement son baptême du feu en janvier 1943 en URSS où elle expédiée en urgence suite à l’effondrement du front allemand consécutivement à l’encerclement de la 6. Armee à Stalingrad et à la rupture des lignes sur le Don. Elle protège avec succès le repli des unités allemandes sur Rostov-sur-le-Don. Elle absorbe la 2./schwere Panzer-Abteilung 502 envoyée également dans cette région alors que le reste de l’unité se trouve dans le secteur de Leningrad ainsi que des éléments prévus initialement pour la schwere Panzer-Abteilung 504.

En juillet 1943, la schwere Panzer-Abteilung 503 participe à l’opération Zitadelle sur Koursk au sein de l’Armee-Abteilung Kempf. Elle soutient ensuite les différents engagements défensifs lors de la retraite vers le Dniepr jusqu’à Krementchouk. Décimée, elle doit être équipée de matériel neuf et complétée. En janvier 1944, elle forme avec la II./Panzer-Regiment 23 le Panzer-Regiment Bäke en support du III. Panzer-Korps avec lequel il participe aux opérations de dégagement de la poche de Cherkassy-Korsun puis aux combats pour Tarnopol.

Fin mai, la schwere Panzer-Abteilung 503 est transférée à l’Ouest pour être de nouveau équipée de matériel neuf composé de Panzer VI Ausf. E Tiger et de Panzer VI Ausf. B Königstiger. A la suite du Débarquement allié, elle est transférée en Normandie pour participer aux engagements autour de Caen. Elle participe activement à briser l’opération Goodwood. En position dans le secteur du Mont Pinçon, les derniers éléments échappent à l’encerclement de la poche de Falaise/Trun/Chambois et peuvent rallier la Seine par Vimoutiers tandis qu’une partie de l’unité se reconstitue à Mailly-le-Camp et est engagée contre la tête de pont américaine de Mantes-Gassicourt.

En octobre 1944, la schwere Panzer-Abteilung 503 intervient en Hongrie (opération Panzerfaust) à Budapest pour empêcher la défection du pays. Elle participe ensuite aux différents engagements dans ce pays sans pouvoir empêcher l’encerclement de la capitale.

Le 4 janvier 1945, l’unité est renommée schwere Panzer-Abteilung Feldherrnhalle.

Bibliographie :

Georges BERNAGE, Sherman contre Tiger II, le lieutenant Gorman a-t-il menti ?, in Normandie 1944 Magazine14 (Heimdal, 2015) : article de six pages analysant l’épisode les faits qui aboutissent à un Panzer VI Ausf. B Königstiger de la schwere Panzer-Abteilung 503 et un M4 Sherman de la 11th Armoured Division à s’encastrer l’un dans l’autre au moment de l’opération Goodwood – photos.

Georges BERNAGE, Les Panzers dans la bataille de Normandie, 5 juin – 20 juillet 1944 (Heimdal, 1999) : livre de cent soixante-dix pages sur les unités blindées allemandes engagées en Normandie face aux Alliés jusqu’à l’opération Goodwood (21. Panzer-Division, Panzer-Ersatz-und-Ausbildungs-Abteilung 100, 12. SS-Panzer-Division, 130. Panzer-Lehr-Division, schwere SS-Panzer-Abteilung 101, 2. Panzer-Division, 17. SS-Panzergrenadier-Division, 2. SS-Panzer-Division, 1. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division, SS-Panzer-Abteilung 102schwere Panzer-Abteilung 503, 4./Panzer-Abteilung (Funklenk FKL) 301) incluant les combats du 6 juin 1944 (contre-attaque sur Luc-sur-Mer et La Fière, Kampfgruppe von Luck face aux aéroportés britanniques), les combats autour de Caen de la 12. SS-Panzer-Division (Authie, Buron, Rots, Bretteville-l’Orgueilleuse, Norrey-en-Bessin, Mesnil-Patry, Putot-en-Bessin, Carpiquet, opération Charnwood) la bataille de Tilly-sur-Seulles avec la contre-attaque de la 130. Panzer-Lehr-Division sur Ellon pour chercher à reprendre Bayeux, l’arrêt infligé aux Britanniques à Villers-Bocage lors de l’opération Perch, les combats pour Lingèvres, Evrecy et Hottot), la bataille de l’Odon (opération Martlet, opération Epsom, Tessel, Fontenay-le-Pesnel, Cheux, Gavrus, Rauray, Cote 112), dans le bocage à Sainteny et à Saint-Jean-de-Daye, pour terminer sur les combats défensifs face à l’opération Goodwood – Photos, profils couleurs, dessins couleurs, cartes.

Stéphane JACQUET, opération Matador, 7 août 1944, objectif Le Plessis-Grimoult, in Normandie 1944 Magazine n°5 (Heimdal, 2012) : article de seize pages sur l’Opération Matador pour Le Plessis-Grimoult au sud du Mont-Pinçon où la 43rd (Wessex) Infantry Division s’oppose à la 276. Infanterie-Division que vient de renforcer la schwere Panzer-Abteilung 503 avec quelques Panzer VI Ausf. B Königstiger dont l’un est détruit – Photos, profils couleurs.

Eric LEFEVRE, s.Pz.Abt. 503, in Les Panzers en Normandie (Heimdal, 1978) : chapitre de cinq pages sur l’engagement de la schwere Panzer-Abteilung 503 dans la bataille de Normandie, qui est alors la seule unité allemande à aligner une compagnie de Panzer VI Ausf. B Königstiger sur ce front, comprenant le récit des combats défensifs face à l’opération Goodwood – Photos, ordre de bataille.

Jean RESTAYN, Tigre I sur le Front de l’Est (Histoire & Collections, 1999) : album de près de cent-cinquante pages très largement illustrées de photos d’archive et de profils couleurs (les notices historiques sont très brèves) sur l’engagement des différentes unités dotées de Panzer VI Ausf. E Tiger au cours de la Seconde Guerre mondiale à l’Est (schwere Panzer-Abteilung 424, schwere Panzer-Abteilung 501, schwere Panzer-Abteilung 502,  schwere Panzer-Abteilung 503, schwere Panzer-Abteilung 505, schwere Panzer-Abteilung 506, schwere Panzer-Abteilung 507, schwere Panzer-Abteilung 509, schwere Panzer-Abteilung 510, compagnie lourde de la SS-Panzergrenadier-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler puis schwere SS-Panzer-Abteilung 101/501, compagnie lourde de la SS-Panzergrenadier-Division Das Reich puis schwere SS-Panzer-Abteilung 102/502, compagnie lourde de la SS-Panzergrenadier-Division Totenkopf puis schwere SS-Panzer-Abteilung 103/503, compagnie lourde de la Panzergrenadier-Division Groβdeutschland) – Photos, cartes, profils couleurs.

Bruno RENOULT, Tigers à Mantes (1ère partie), l’engagement de la 3./schwere Panzer-Abteilung 503 au nord-ouest de Paris (20-30 août 1944), in 39/45 Magazine n°313 (Heimdal, 2013) : article d’onze pages sur l’engagement d’éléments de la schwere Panzer-Abteilung 503 et de la schwere SS-Panzer-Abteilung 101 avec leurs Panzer VI Ausf. B Königstiger en appui de la 18. Luftwaffen-Feld-Division contre la tête de pont américaine de Mantes-Gassicourt tenue par la 79th US Infantry Division (transfert via Paris, contre-attaque du 23 août 1944, la défense américaine, l’odyssée de Richard von ROSEN, les ordres du I. SS-Panzer-Korps le 25 août 1944 pour contre-attaquer avec le support de la 49. Infanterie-Division) – Photos, cartes.

Richard von ROSEN, Avec nos Tiger !, in 39/45 Magazine hors-série Historica n°97 (Heimdal, 2019) : numéro de cent soixante pages faisant suite au n°96 et relatant le parcours de Richard von ROSEN après sa transformation sur Panzer VI Ausf. E Tiger pour la schwere Panzer-Abteilung 502 qui est finalement envoyé avec sa compagnie dans le sud de l’URSS (en raison de la contre-offensive soviétique sur le Don et à Stalingrad qui menace tout le front allemand) et absorbé par la schwere Panzer-Abteilung 503 pour combattre dans la région de Kharkiv puis à Koursk lors de l’opération Zitadelle, en Normandie en juillet 1944 face à l’opération Goodwood notamment, avant d’être transformé sur Panzer VI Ausf. B Königstiger à Mailly-le-Camp puis être envoyé en Hongrie à l’automne 1944 – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Laurent TIRONE, La bataille de Koursk, les Tiger à la pointe de la Panzerwaffe, in Trucks & Tanks Magazine n°18 (Caraktère, 2010) : article de seize pages sur l’engagement du Panzer VI Ausf. E Tiger à Koursk avec des illustrations de ses actions au sein des schwere Panzer-Abteilung 503, Panzergrenadier-Division Großdeutschland, SS-Panzergrenadier-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler, SS-Panzergrenadier-Division Das Reich, SS-Panzergrenadier-Division Totenkopf, mettant en avant la puissance et l’efficacité du char allemand mais son nombre insuffisant face aux divisions blindées soviétiques – Photos, profils couleurs.