Brigades blindées allemandes (Panzer-Brigaden)

Les brigades blindées voient le jour à partir de 1935 lors de la mise en place des premières divisions blindées allemandes. Avant le démarrage de la Seconde Guerre mondiale, deux autres brigades sont mises sur pied mais non endivisionnées (Panzer-Brigade 5 et Panzer-Brigade 8). Les régiments de ces dernières sont utilisés à l’issue de l’invasion de la Pologne pour former de nouvelles divisions blindées (1. leichte Division, 2. leichte Division, 10. Panzer-Division).

Lors de la réorganisation des divisions blindées à partir de l’été 1940, les premières grandes unités à deux régiments de chars (1. Panzer-Division, 2. Panzer-Division, 3. Panzer-Division, 4. Panzer-Division et 5. Panzer-Division) en perdent un au profit de la constitution de nouvelles unités. Cette réorganisation amène la dissolution des brigades existantes.

L’arme blindée ne met alors plus qu’en oeuvre soit des divisions blindées, soit des bataillons autonomes de chars (comme ceux destinés à être équipés de chars lourds Panzer VI Ausf. E Tiger puis Panzer VI Ausf. B Königstiger).

Au cours du conflit, des brigades ponctuelles sont constituées pour répondre à un besoin tactique particulier. La Panzer-Brigade 10 est par exemple formée et utilisée pour encadrer les deux premiers bataillons de Panzer V Panther lors de la bataille de Koursk.

La situation stratégique, notamment en URSS, voit progressivement les divisions blindées allemandes intervenir pour boucher les trous et sont souvent morcelées. Face à ce constat, Adolf HITLER estime en été 1944 qu’il est nécessaire de préserver le potentiel des divisions blindées proprement dites pour les utiliser conformément à leur doctrine d’emploi. Pour ce faire, il propose de constituer des brigades plus souples destinées à intervenir pour rétablir localement les situations périlleuses.

Si la réflexion est pertinente, le manque de ressources humaines et matérielles réclame des choix dans les priorités qui ne seront pas réellement faits. Les divisions existantes sont maintenues alors qu’elles ont très affaiblies et demandent des renforts conséquents. La création de nouvelles divisions se poursuit même. Dans le même temps, la création de brigades est lancée, absorbant de fait d’importants moyens humains et matériels qui manquent par ailleurs, sans pour autant bénéficier de l’apport de personnels expérimentés. En août et septembre 1944, ce sont treize brigades qui sont ainsi mises sur pied (Panzer-Brigade 101, Panzer-Brigade 102, Panzer-Brigade 103, Panzer-Brigade 104, Panzer-Brigade 105, Panzer-Brigade 106, Panzer-Brigade 107, Panzer-Brigade 108, Panzer-Brigade 109, Panzer-Brigade 110, Panzer-Brigade 111, Panzer-Brigade 112 et Panzer-Brigade 113). La plupart d’entre elles ne passent pas l’épreuve des premiers engagements. Seule la Panzer-Brigade 106 termine presque la guerre puisqu’elle capitule dans la poche de la Ruhr.

Bibliographie :

 

Boutique :

 


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !