Osttruppen

Publicités

Historique :

Les Osttruppen (unités de l’Est) sont des unités supplétives levées par les Allemands au cours de la Seconde Guerre mondiale en puisant dans les centaines de milliers de prisonniers faits sur le Front de l’Est qui souhaitent ainsi échapper aux terribles conditions de détention qui les attendent ou pour lutter contre le pouvoir soviétique (pour des motivations politiques et/ou ethniques).

Ces volontaires sont utilisés soit comme auxiliaires (Hillswillige ou Hiwis) dans les unités de ligne allemandes, soit dans des unités de combat spécifiques. La Waffen-SS les utilise également.

Au total, ce sont plus d’un million de volontaires qui combattent aux côtés des Allemands jusqu’au bout, jusqu’à la capitulation du 8 mai 1945. Leur sort est tragique. Prisonniers des Soviétiques, ils sont massacrés ou déportés. Prisonniers des Alliés occidentaux, ils sont livrés aux Soviétiques pour finalement connaître un sort identique.

Bibliographie :

Georges BERNAGE & Guy LALANNE, Osttruppen, in 39/45 Magazine n°8 (Heimdal, 1985) : article de vingt-cinq pages sur les Osttruppen, de leur formation à partir de la 162. Infanterie-Division, de leurs origines ethniques, de leurs journaux, insignes et grades propres, des unités stationnées en France – Texte, photos, cartes.

Kamen NEVENKIN, Bloody Vienna (PeKo Publishing, 2020) : livre de deux cent quatorze pages très largement illustré de clichés originaux et inédits sur les combats en Hongrie et en Autriche dans les deux derniers mois de la Seconde Guerre mondiale en Europe présentant une analyse de l’impact de l’opération Frühlingserwachen sur la tête de pont de Gran (Esztergom) près du lac Balaton, l’attaque du 3ème Front d’Ukraine en direction de Wiener-Neustadt, Vienne et Sankt-Pölten, comprenant des informations sur l’état des forces de plusieurs unités allemandes (1. Panzer-Division, 3. Panzer-Division, 6. Panzer-Division, 23. Panzer-Division, 1. SS-Panzer-Division, 2. SS-Panzer-Division, 3. SS-Panzer-Division, 5. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division et 12. SS-Panzer-Division, 3. Kavallerie-Division, 4. Kavallerie-Division, 44. Infanterie-Division, 96. Infanterie-Division, 356. Infanterie-Division, 711. Infanterie-Division), hongroises (1ère Division de Hussards, 2ème Division blindée, 20ème Division d’infanterie, 25ème Division d’infanterie) et soviétiques (3ème Front d’Ukraine, 4ème Armée de la Garde, 9ème Armée de la Garde, 6ème Armée de Chars de la Garde) et évoquant la participation britannique ainsi que la rétrocession aux Soviétiques des prisonniers cosaques du XV. SS-Kosaken-Kavallerie-Korps ainsi que l’exécution des prisonniers croates par les partisans yougoslaves – Texte, cartes, photos.

Claude QUETEL, Dictionnaire du Débarquement (Ouest-France, 2011)