716. Infanterie-Division

La 716. Infanterie-Division est une division d’infanterie allemande qui combat en Europe durant la Seconde Guerre mondiale. Elle est mise sur pied le 2 mai 1941 dans le Wehrkreis VI dans le cadre de la quinzième vague de mobilisation (15. Welle) en tant que division statique afin de servir de troupe d’occupation dans les pays occupés par le III. Reich. En juillet 1941, elle est transférée en Normandie dans la région de Rouen. Au premier semestre 1942, elle est positionnée vers Soissons puis en Belgique. Elle revient en Normandie dans la région de Caen en juin 1942. Elle y stationne jusqu’au Débarquement allié. Initialement positionnée entre la Dives à l’Est de Caen et la Vire à la base du Cotentin, la 352. Infanterie-Division prend en charge une partie de son secteur à partir de fin janvier 1944. Fin avril 1944, c’est la 21. Panzer-Division qui arrive de Rennes pour renforcer ses arrières immédiats dans le secteur de Caen.

Publicités

En juin 1944, la 716. Infanterie-Division est composée de deux régiments d’infanterie (Infanterie-Regiment 726 et, Infanterie-Regiment 736), d’un régiment d’artillerie (Artillerie-Regiment 1716 doté de canons d’origine française et tchèque), d’un bataillon antichar (Panzerjäger-Abteilung 716), d’un bataillon de génie (Pionier-Bataillon 716). Elle ne possède pas de bataillon de remplacement mais bénéficie de l’apport de bataillons de volontaires de l’Est (Osttruppen) : Ost-Bataillon 439 (intégré dans l’Infanterie-Regiment 726), Ost-Bataillon 441, Ost-Bataillon 642 (intégré dans l’Infanterie-Regiment 736). La côte est sous la protection de la Heeres-Küsten-Artillerie-Abteilung (HKAA) 1260 et de la Marine-Artillerie-Abteilung (MAA) 262. La schwere Artillerie-Abteilung 689 est également positionnée au centre du dispositif de la 716. Infanterie-Division.

D’Est en Ouest, la 716. Infanterie est chargée des positions défensives de Franceville, Merville, Ouistreham, Riva-Bella,  La Brèche, Hermanville, Colleville-sur-Orne, Lion-sur-Mer, Luc-sur-Mer, Langrune, Saint-Aubin-sur-Mer, Bernières, Courseulles-sur-Mer, Arromanches-les-Bains, Longues, Port-en-Bessin, Sainte-Honorine, Colleville-sur-Mer, Saint-Laurent-sur-Mer, Vierville-sur-Mer, Cricqueville-en-Bessin.

Son artillerie arme les batteries suivantes :

  • Merville (1./Artillerie-Regiment 1716)
  • Wn 16 Colleville-sur-Orne (2./Artillerie-Regiment 1716)
  • Bréville (3./Artillerie-Regiment 1716)
  • Wn 12 Ouistreham Château d’eau (4./Artillerie-Regiment 1716)
  • Wn 35b Crépon (5./Artillerie-Regiment 1716)
  • Mare-Fontaine (6./Artillerie-Regiment 1716)
  • Vaux-sur-Aure (7./Artillerie-Regiment 1716)

Les trois batteries de sa III. Gruppe (8., 9. et 10./Artillerie-Regiment 1716) semblent être positionnées près de Maisy, mais il y a des différences et des incohérences en fonction des sources. Le calibre et le nombre de canons ne correspondent pas avec les tables de dotation.

Le 6 juin 1944, elle est immédiatement engagée face aux parachutistes britanniques, à Sword Beach, à Juno Beach, à Gold Beach, à Omaha Beach et à la Pointe du Hoc. Certaines de ses unités sont entremêlées avec celles de la 352. Infanterie-Division entre Bayeux et la Vire. Sur l’ensemble de se ligne de front, la 716. Infanterie-Division fait face au Débarquement dès la nuit du 5 au 6 juin 1944 et à l’aube. Très affaiblie dans les vingt-quatre premières heures, elle est retirée de la ligne de front dès le 15 juin 1944, mais si certains de ses éléments restent encore au combat sous le commandement d’autres grandes unités. En juillet, elle est finalement transférée dans le Sud de la France au sein de la 19. Armee. Elle est de nouveau confrontée aux Alliés qui débarquent en Provence le 15 août 1944 et se replie dans les Vosges puis Alsace en empruntant par le couloir rhodanien. La 716. Infanterie-Division est partiellement anéantie dans la poche de Colmar début 1945 et doit être de nouveau reconstituée. Elle se rend aux Américains à la fin de la guerre.

Bibliographie :

Luc BOLLINGER & Xavier LEPLEY, Objectif Hillman, le Wn 17 face aux assauts du 1st Suffolk (Orep, 2017)

Alain CHAZETTE, Le Mur de l’Atlantique en Normandie (Heimdal, 2000)

Paul CHERRIER, Hauptmann Henry Kuhtz, un officier de la 716. Inf.-Div., vétéran de Russie sur la côte normande, in Normandie 1944 Magazine n°20 (Heimdal, 2016) : article de vingt pages relatant les souvenirs d’un vétéran de la 25. Infanterie-Division (mot.) en URSS muté au sein de la 716. Infanterie-Division avec laquelle il participe à l’édification et à la tenue du Mur de l’Atlantique (Atlantikwall) puis affronte le débarquement allié sur le Wn 17, comprend nombre de détails sur la vie quotidienne le long des côtes – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Paul CHERRIER, L’Obergrenadier Helmut Römer, tout premier soldat allemand confronté à l’Invasion du D-Day, in Normandie 1944 Magazine18 (Heimdal, 2016) : article de huit pages contenant le témoignage d’un soldat de la 716. Infanterie-Division en poste sur Pegasus Bridge au moment de l’attaque par les hommes de John HOWARD de la 6th Airborne Division – Photos, plan.

Ludovic FORTIN, Faire du neuf avec du vieux, 15cm sFH13 sur chenillette Lorraine, in Trucks & Tanks Magazine n°6 (Caraktère, 2008) : article de seize pages sur le canon automoteur Geschützwagen Lorraine-S(f) 15cm s.FH 13/1 formé d’un canon 15cm schwere FeldHaubitze (s.FH) 13 monté sur un châssis de Lorraine 37L par le Baukommando Becker décrivant les caractéristiques techniques et évoquant l’engagement en Afrique de Nord avec les 15. Panzer-Division et 21. Panzer-Division puis en Normandie avec la 21. Panzer-Division et possiblement la 716. Infanterie-Division – Photos, plans, profils couleurs.

Hubert GROULT, Bataille pour la Pointe du Hoc, l’assaut des Rangers, in 39/45 Magazine hors-série Normandie 194420 (Heimdal, 2020) : numéro de cent pages concernant l’assaut des 2nd US Rangers Battalion et 5th US Rangers Battalion sur la batterie de la Pointe du Hoc et à Omaha Beach ainsi que les contre-attaques des 352. Infanterie-Division et 716. Infanterie-Division pour tenter de repousser les Américains isolés avant qu’ils ne soient finalement rejoints par les hommes en provenance des plages – Texte, cartes, plans, photos.

Frederick JEANNE, Hold the OAK Line, histoire illustrée de la 7th Canadian Infantry Brigade (2014) : livre de cinq cent pages sur la formation et les combats en Normandie de juin 1944 de la 7th Canadian Infantry Brigade de la 3rd Canadian Infantry Division (débarquement à Juno Beach, Graye-sur-Mer 1944, Courseulles-sur-Mer 1944, Reviers 1944, Creully 1944, Secqueville-en-Bessin 1944, Putot-en-Bessin, Bretteville-l’Orgueilleuse, Rots, Norrey-en-Bessin et Le Mesnil-Patry) face  à la 716. Infanterie-Division et au cours desquels elle stoppe la contre-attaque de la 12. SS-Panzer-Division qui cherche à repousser les Alliés à la mer, les textes incluent de nombreux témoignages de vétérans canadiens – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque, cartes.

Niklas ZETTERLING, Normandy 1944, German Military Organization, Combat Power and Organizational Effectiveness (J.J. Fedorowicz Publishing, 2000)