326. Infanterie-Division / Volkgrenadier-Division

La 326. Infanterie-Division est une division d’infanterie allemande ayant combattu au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Elle est mise sur pied le  dans le  dans le cadre de la quinzième vague de mobilisation (15. Welle) en tant que division statique afin de servir de troupe d’occupation dans les pays occupés par le III. Reich.

Elle est mise sur pied le 9 novembre 1942 dans le cadre de la vague de mobilisation Kriemhielde à partir d’unités de dépôt fournies par les Wehrkreis V, Wehrkreis VI et Wehrkreis XII en vue de l’occupation de la Zone Libre française. Elle est ainsi envoyée dans la région de Narbonne. En mai 1943, elle perd ses éléments mobiles pour devenir une division statique. En février 1944, elle est envoyée dans le Nord-Pas-de-Calais en arrière du Mur de l’Atlantique (Atlantikwall), où elle stationne encore lors du Débarquement allié en Normandie le 6 juin 1944, et recouvre progressivement une partie de sa mobilité.

En juin 1944, la 326. Infanterie-Division est composée de trois régiments d’infanterie (Grenadier-Regiment 751, Grenadier-Regiment 752 et Grenadier-Regiment 753), d’un régiment d’artillerie (Artillerie-Regiment 326 doté de douze canons allemands 10.5 cm leichte Feldhaubitze 16 et de vingt-quatre canons d’origine soviétique 12.2 cm leichte Feldhaubitze 388(r)), d’un bataillon de Fusiliers (Füsilier-Bataillon 326),  d’un bataillon antichar (Panzerjäger-Abteilung 326 doté de quatorze Panzerjäger 38(t) Marder III, de dix Sturmgeschütz StuG III et de douze pièces antiaériennes), d’un bataillon de génie (Pionier-Bataillon 326) et d’un bataillon de reconnaissance.

Mi-juillet, il lui est ordonné de faire route vers la Normandie afin de lutter contre l’invasion quand les Allemands sont enfin convaincus qu’il ne s’agit pas d’une opération de diversion. Elle est engagée dans la région de Caumont et subit des pertes importantes.

Le 4 septembre 1944, elle est transformée au 326. Volksgrenadier-Division en Hongrie par l’absorption de la 579. Volksgrenadier-Division. Fin novembre 1944, elle retourne à l’Ouest. Elle prend part à la contre-offensive des Ardennes où elle subit à nouveau d’importantes pertes. Elle est anéantit dans les combats de début 1945 et termine la guerre dans la poche de la Ruhr.

 

 

Bibliographie :

Georges BERNAGE & François de LANNOY, Dictionnaire historique – Les divisions de l’armée de terre allemande (Heimdal, 1997)

Alain CHAZETTE, Le Mur de l’Atlantique en Normandie (Heimdal, 2000)

Dennis OLIVER, StuG III & IV, German Army, Waffen-SS and Luftwaffe, Western Front, 1944-1945 (Pen & Sword, 2019) : livre de soixante-quatre pages de la série Tank Craft recensant l’ensemble des unités utilisant des canons d’assaut Sturmgeschütz (StuG) III et Sturmgeschütz (StuG) IV parmi les différentes composantes de l’armée allemande à l’Ouest dans les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale en Europe (Sturmgeschütz-Abteilung 200 / Sturmgeschütz-Brigade 200, Sturmgeschütz-Brigade 243 / Heeres-Sturmartillerie-Brigade 243, Sturmgeschütz-Brigade 244, Sturmgeschütz-Brigade 280, Sturmgeschütz-Brigade 341, Sturmgeschütz-Brigade 394, Sturmgeschütz-Brigade 667, Sturmgeschütz-Brigade 902, Sturmgeschütz-Brigade 905 / Heeres-Sturmartillerie-Brigade 905, 2. Panzer-Division, 116. Panzer-Division, 9. Panzer-Division, 11. Panzer-Division, 3. Panzergrenadier-Division, 15. Panzergrenadier-Division, Panzer-Division Clausewitz, 25. Panzergrenadier-Division, Panzer-Brigade 111, Panzer-Brigade 112, Panzer-Brigade 113, schwere Panzerjäger-Abteilung 519, schwere Panzerjäger-Abteilung 559, Panzer-Abteilung (Funklenk FKL) 301, Panzer-Abteilung (Funklenk FKL) 302, Panzer-Kompanie (Funklenk FKL) 315, Panzer-Kompanie (Funklenk FKL) 316, Panzer-Kompanie (Funklenk FKL) 319, Führer-Grenadier-Brigade, Panzer-Brigade 150, 12. Volksgrenadier-Division, 36. Volksgrenadier-Division, 19. Grenadier-Division / 19. Volksgrenadier-Division, 176. Infanterie-Division, 84. Infanterie-Division, 85. Infanterie-Division / Infanterie-Division Döberitz / Infanterie-Division Potsdam, 212. Volksgrenadier-Division, 198. Infanterie-Division, 243. Infanterie-Division, 245. Infanterie-Division, 256. Volksgrenadier-Division, 276. Volksgrenadier-Division, 326. Infanterie-Division, 331. Infanterie-Division, 340. Volksgrenadier-Division, 346. Infanterie-Division, 348. Infanterie-Division, 352. Infanterie-Division / 352. Volksgrenadier-Division, 353. Infanterie-Division, 361. Volksgrenadier-Division, 553. Grenadier-Division, 712. Infanterie-Division, 189. Infanterie-Division, 559. Volksgrenadier-Division, 338. Infanterie-Division, Minenkommando Dänemark, 1. SS-Panzer-Division, 2. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division, 17. SS-Panzergrenadier-Division, Fallschirm-Sturmgeschütz-Brigade 11, Fallschirm-Sturmgeschütz-Brigade 12, 16. Luftwaffen-Feld-Division, 17. Luftwaffen-Feld-Division, 18. Luftwaffen-Feld-Division, Fallschirm-Panzer-Ersatz- und Ausbildungs-Regiment Hermann Göring) ainsi que les différentes évolutions techniques introduites sur les lignes de production de décembre 1942 à mai 1945 – Photos, reproductions couleurs de maquettes, ordres de bataille, organigrammes véhicule par véhicule, profils couleurs [Sturmgeschütz (StuG) III Ausf. F/8 (11. Panzer-Division), Sturmgeschütz (StuG) III Ausf. G (Fallschirm-Sturmgeschütz-Brigade 11, Sturmgeschütz-Brigade 280, Sturmgeschütz-Brigade 341, Sturmgeschütz-Brigade 394, Heeres-Sturmartillerie-Brigade 667, Führer-Grenadier-Brigade, 243. Infanterie-Division, 348. Infanterie-Division, 353. Infanterie-Division3. Panzergrenadier-Division, 2. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division) et Sturmgeschütz (StuG) IV (17. SS-Panzergrenadier-Division)].

Niklas ZETTERLING, Normandy 1944, German Military Organization, Combat Power and Organizational Effectiveness (J.J. Fedorowicz Publishing, 2000)

Boutique :

Heimdal 1997 BERNAGE Georges de LANNOY Francois Dictionnaire historique Heer 1939-1945    Heimdal 1995 CHAZETTE Alain DESTOUCHES Alain PAICH Bernard Atlantikwall France

Crédits photos :

Les visuels présentés appartiennent à leurs éditeurs respectifs.


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

%d blogueurs aiment cette page :