9. Panzer-Division

La 9. Panzer-Division est une division blindée allemande. Une première unité est formée et combat au cours de la Seconde Guerre mondiale en Europe qui est dissoute à la fin du conflit. Une nouvelle 9. Panzer-Division est constituée au sein de la Nationale Volksarmee (NVA) durant la Guerre froide puis dissoute après la réunification allemande.

Publicités

Arbre encyclopédique

IndexUnités (Seconde Guerre mondiale) – Unités allemandes – Unités terrestresDivisions blindées

Historique

Seconde Guerre mondiale

La 9. Panzer-Division est formée le 3 janvier 1940 au sein du Wehrkreis XVII à partir de la 4. Leichte Division compte tenu des leçons tirée de l’invasion de la Pologne et dans la perspective des prochaines opérations à l’Ouest.

Elle rejoint tardivement la Normandie. Initialement prévue pour participer à l’opération Lüttich, elle arrive néanmoins trop tard. Elle est engagée face au XV US Army Corps et à la 2ème Division Blindée. Elle se retrouve enfermée dans la poche de Falaise/Trun/Chambois.

Ouest 1940

Au moment du déclenchement de l’opération Fall Gelb le 10 mai 1940, son objectif est de traverser la Hollande pour rejoindre les hommes de la 7. Flieger-Division et de la 22. Infanterie-Division largués et aérotransportés. elle remplit sa mission et empêche la 1ère Division Légère Mécanique (DLM) de faire sa jonction avec les troupes néerlandaises dans le de cadre de la manœuvre Dyle-Breda.

Elle participe ensuite aux combats en Belgique jusqu’à Dunkerque puis à l’opération Fall Rot en France où elle pousse jusqu’à Lyon.

Balkans

En avril 1941, la 9. Panzer-Division prend part aux opérations dans les Balkans dans le cadre de l’opération Marita en Yougoslavie puis en Grèce.

URSS

Elle rejoint ensuite la Panzergruppe 1 en URSS lors de l’opération Barbarossa où elle participe à l’encerclement de Kiev puis rejoint la Panzergruppe 2 pour l’opération Taïfun en direction de Moscou. Elle prend part en 1942 à l’opération Fall Blau avec la 4. Panzer-Armee.

En juillet 1943, elle fait partie de la pince nord avec la 9. Armee lors de l’opération Zitadelle à Koursk et participe ensuite à différents engagements défensifs jusqu’à son transfert en France fin mars 1944 pour être reconstituée en absorbant la 155. Reserve-Panzer-Division, mais certains de ses éléments restent encore en URSS jusqu’en juin 1944.

France 1944

Elle stationne dans le secteur de Nîmes quand les Alliés débarquent en Normandie. Son Abteilung équipée de Panzer V est alors en cours d’entraînement à Mailly-le-Camp. La 9. Panzer-Division part pour la Normandie fin juillet 1944 et n’arrive que début août 1944 alors que les Américains ont déjà percé le front allemand avec l’opération Cobra. Elle arrive trop tard pour participer à la contre-offensive sur Mortain (opération Lüttich) et ses unités sont engagées en ordre dispersé. Une partie combat dans les secteur d’Alençon et d’Ecouves contre la 2ème Division Blindée (DB), une autre en Mayenne, une autre vers Chambois / Vimoutiers sous le contrôle de la 116. Panzer-Division. Quelques Panzer V sont engagés à Paris.

Elle se replie sur le Westwall et combat dans les secteur d’Aix-la-Chapelle (Aachen) avant d’être mise en réserve et reconstituée pour retourner ensuite dans le secteur de Peel et Geilenkirchen où elle s’oppose à l’opération Clipper. De nouveau retirée des premières lignes et rafraîchie pour participer à l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel, elle est engagée en second échelon dans les Ardennes. Certains de ses éléments combattent dans le secteur de Bastogne tandis qu’elle échoue dans sa mission de recoller à la 2. Panzer-Division avancée et isolée en direction de la Meuse.

Elle réussit à échapper à la tentative alliée d’encerclement autour de Houffalize en janvier 1945.

La 9. Panzer-Division prend part aux combats défensifs pour le Rhin et contre-attaque à Remagen. Ses restes sont détruits dans la poche de la Ruhr.

Dotation au cours de la Seconde Guerre mondiale

Guerre froide

La Nationale Volksarmee forme une nouvelle 9. Panzer-Division en septembre 1956 qui est dissoute après la réunification allemande.

Bibliographie

Publications générales

Georges BERNAGE & François de LANNOY, Dictionnaire historique Heer (Heimdal, 1997)

Vincent BERNARD, Panzerwaffe, les fauves de la Wehrmacht, tour d’horizon des divisions blindées du Heer, in 2e Guerre Mondiale n°75 (Mars & Clio, 2018)

Dennis OLIVER, SdKfz 250/9 and 251/22 Kanonenwagen German Army and Waffen-SS, Western and Eastern Fronts, 1944-1945 (Pen & Sword, 2020) : livre de soixante-quatre pages sur le SdKfz 251/9 et le SdKfz 251/22 présentant l’origine, le développement, les caractéristiques techniques et les dotations par unité (1. Panzer-Division, 2. Panzer-Division, 3. Panzer-Division, 4. Panzer-Division, 5. Panzer-Division, 6. Panzer-Division, 7. Panzer-Division, 8. Panzer-Division, 9. Panzer-Division, 11. Panzer-Division, 12. Panzer-Division, 13. Panzer-Division, 14. Panzer-Division, 16. Panzer-Division, 17. Panzer-Division, 19. Panzer-Division, 20. Panzer-Division, 21. Panzer-Division, 23. Panzer-Division, 24. Panzer-Division, 25. Panzer-Division, 116. Panzer-Division, 130. Panzer-Lehr-Division, Panzer-Division Feldherrnhalle 1, Panzer-Division Feldherrnhalle 2, Panzer-Division Jüterborg, Panzer-Division Schlesien, Panzer-Division Clausewitz, Führer-Begleit-Division, Führer-Grenadier-Division, Panzer-Brigade 101, Panzer-Brigade 102, Panzer-Brigade 103, Panzer-Brigade 104, Panzer-Brigade 105, Panzer-Brigade 106, Panzer-Brigade 107, Panzer-Brigade 108, Panzer-Brigade 109, Panzer-Brigade 110, Panzer-Brigade 111, Panzer-Brigade 112, Panzer-Brigade 113, 3. Panzergrenadier-Division, 10. Panzergrenadier-Division, 18. Panzergrenadier-Division, 20. Panzergrenadier-Division, 25. Panzergrenadier-Division, Panzergrenadier-Division Grossdeutschland, Panzergrenadier-Division Brandenburg, Panzergrenadier-Division Kurmark, 1. SS-Panzer-Division, 2. SS-Panzer-Division, 3. SS-Panzer-Division, 5. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division, 11. SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Division, 12. SS-Panzer-Division, Infanterie-Division Ulrich von Hutten, Sturmpanzer-Abteilung 217, Heeres-Sturmpionier-Brigade 627, Fallschirm-Panzer-Division 1, Panzer-Aufklärungs-Abteilung Speer de la Kampfgruppe 1001 Nachte) – Texte, photos, organigrammes, profils couleurs.

Seconde Guerre mondiale

Erik BARBANSON, La 1ère DLM dans les combats de 1940 (1ère partie), de la Hollande à Dunkerque, in 39/45 Magazine n°150 (Heimdal, 1998) : article de vingt pages sur l’engagement de la 1ère Division Légère Mécanique (DLM) en mai 1940 lors de la manœuvre Dyle-Breda, son premier contact avec la 9. Panzer-Division sur le canal de Turnhout avant de se replier derrière le canal Albert, son rappel en France pour s’opposer aux 5. Panzer-Division et 7. Panzer-Division entre la Sambre et l’Escaut avant de parvenir à nouveau à se replier, son engagement au Mont Saint-Eloi dans le secteur d’Arras toujours face aux mêmes divisions allemandes, sa défense des abords de Lille puis sur la Lys avant le repli sur Dunkerque et l’évacuation lors de l’opération Dynamo – Texte, photos, cartes.

Miguel BEUVIER, 2ème DB, l’histoire du char Valois exposé à la Croix de Médavy, in Normandie 1944 Magazine n°20 (Heimdal, 2016) : article de  neuf pages sur le parcours du Medium Tank M4A2 Sherman Valois de de la 2ème Division Blindée (DB) qui part d’Alençon et est détruit dans la forêt d’Ecouves par la 9. Panzer-Division comprenant des témoignages des deux côtés – Texte, photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Miguel BEUVIER, L’incroyable renaissance du char Montereau (1ère partie), in Normandie 1944 Magazine15 (Heimdal, 2015) : article de douze pages sur le parcours du Medium Tank M4A2 Sherman Montereau de de la 2ème Division Blindée (DB) qui part d’Alençon et est détruit dans la forêt d’Ecouves par la 9. Panzer-Division – Texte, photos, cartes.

Frédéric DEPRUN, L’enfer de Saint-Lambert-sur-Dives (3ème partie), les ponts, les passerelles et l’église, 20-22 août 1944, in Normandie 1944 Magazine n°7 (Heimdal, 2012) : article de vingt pages sur le repli des troupes allemande de la poche de Falaise/Trun/Chambois par Saint-Lambert-sur-Dives évoquant le passage des 1. SS-Panzer-Division, 2. Panzer-Division, 9. Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division, 116. Panzer-Division, 84. Infanterie-Division, 275. Infanterie-Division, 326. Infanterie-Division – Texte, photos, reproductions couleurs d’objets d’époque, cartes.

Eric LEFEVRE, Pz. Rgt. 33, in Les Panzers en Normandie (Heimdal, 1978) : chapitre de deux pages sur l’engagement du Panzer-Regiment 33 de la 9. Panzer-Division dans la bataille de Normandie – Texte, photos, ordre de bataille.

Dennis OLIVER, StuG III & IV, German Army, Waffen-SS and Luftwaffe, Western Front, 1944-1945 (Pen & Sword, 2019) : livre de soixante-quatre pages de la série Tank Craft recensant l’ensemble des unités utilisant des canons d’assaut Sturmgeschütz (StuG) III et Sturmgeschütz (StuG) IV parmi les différentes composantes de l’armée allemande à l’Ouest dans les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale en Europe (Sturmgeschütz-Abteilung 200 / Sturmgeschütz-Brigade 200, Sturmgeschütz-Brigade 243 / Heeres-Sturmartillerie-Brigade 243, Sturmgeschütz-Brigade 244, Sturmgeschütz-Brigade 280, Sturmgeschütz-Brigade 341, Sturmgeschütz-Brigade 394, Sturmgeschütz-Brigade 667, Sturmgeschütz-Brigade 902, Sturmgeschütz-Brigade 905 / Heeres-Sturmartillerie-Brigade 905, 2. Panzer-Division, 116. Panzer-Division, 9. Panzer-Division, 11. Panzer-Division, 3. Panzergrenadier-Division, 15. Panzergrenadier-Division, Panzer-Division Clausewitz, 25. Panzergrenadier-Division, Panzer-Brigade 111, Panzer-Brigade 112, Panzer-Brigade 113, schwere Panzerjäger-Abteilung 519, schwere Panzerjäger-Abteilung 559, Panzer-Abteilung (Funklenk FKL) 301, Panzer-Abteilung (Funklenk FKL) 302, Panzer-Kompanie (Funklenk FKL) 315, Panzer-Kompanie (Funklenk FKL) 316, Panzer-Kompanie (Funklenk FKL) 319, Führer-Grenadier-Brigade, Panzer-Brigade 150, 12. Volksgrenadier-Division, 36. Volksgrenadier-Division, 19. Grenadier-Division / 19. Volksgrenadier-Division, 176. Infanterie-Division, 84. Infanterie-Division, 85. Infanterie-Division / Infanterie-Division Döberitz / Infanterie-Division Potsdam, 212. Volksgrenadier-Division, 198. Infanterie-Division, 243. Infanterie-Division, 245. Infanterie-Division, 256. Volksgrenadier-Division, 276. Volksgrenadier-Division, 326. Infanterie-Division, 331. Infanterie-Division,340. Volksgrenadier-Division, 346. Infanterie-Division, 348. Infanterie-Division, 352. Infanterie-Division / 352. Volksgrenadier-Division, 353. Infanterie-Division, 361. Volksgrenadier-Division, 553. Grenadier-Division, 712. Infanterie-Division, 189. Infanterie-Division, 559. Volksgrenadier-Division, 338. Infanterie-Division, Minenkommando Dänemark, 1. SS-Panzer-Division, 2. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division, 17. SS-Panzergrenadier-Division, Fallschirm-Sturmgeschütz-Brigade 11, Fallschirm-Sturmgeschütz-Brigade 12, 16. Luftwaffen-Feld-Division, 17. Luftwaffen-Feld-Division, 18. Luftwaffen-Feld-Division, Fallschirm-Panzer-Ersatz- und Ausbildungs-Regiment Hermann Göring) ainsi que les différentes évolutions techniques introduites sur les lignes de production de décembre 1942 à mai 1945 – Texte, photos, reproductions couleurs de maquettes, ordres de bataille, organigrammes véhicule par véhicule, profils couleurs [Sturmgeschütz (StuG) III Ausf. F/8 (11. Panzer-Division), Sturmgeschütz (StuG) III Ausf. G (Fallschirm-Sturmgeschütz-Brigade 11, Sturmgeschütz-Brigade 280, Sturmgeschütz-Brigade 341, Sturmgeschütz-Brigade 394, Heeres-Sturmartillerie-Brigade 667, Führer-Grenadier-Brigade, 243. Infanterie-Division, 348. Infanterie-Division, 353. Infanterie-Division3. Panzergrenadier-Division, 2. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division) et Sturmgeschütz (StuG) IV (17. SS-Panzergrenadier-Division)].

Steven J. ZALOGA, Mortain 1944, Hitler’s Normandy Panzer offensive (Osprey, 2019) : livre de de près de cent pages sur l’opération Lüttich menée par le XXXXVII. Panzer-Korps (1. SS-Panzer-Division, 2. SS-Panzer-Division, 2. Panzer-Division, 116. Panzer-Division, restes de la 17. SS-Panzergrenadier-Division) pour tenter de rétablir le front percé par l’opération Cobra en attaquant sur quatre axes en direction d’Avranches et Pontaubault (Mortain/Abbaye Blanche, Saint-Barthélémy, Le Mesnil-Tôve/Le Mesnil-Adelée, Chérencé-Le-Roussel), la défense américaine du VII US Corps (30th US Infantry Division, éléments de la 9th US Infantry Division, 823rd US Tank Destroyer Battalion, 746th US Tank Battalion) notamment sur la Cote 314 et l’intervention finale de l’aviation alliée, la réorientation de l’effort offensif vers Alençon et Argentan avec la 9. Panzer-Division et la 116. Panzer-Division, la controverse de l’arrêt du XV US Corps qui ne permet pas de boucler à temps la poche qui se dessine autour de Falaise/Trun/Chambois – Texte, photos, cartes, dessins.

Profils couleurs :

Seconde Guerre mondiale

Guerre froide

Jeux d’Histoire :

The Battle of the Bulge (Avalon Hill, 1981) : jeu d’Histoire (wargame) sur carte (hexagones) avec pions simulant l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel dans les Ardennes au niveau régimentaire du 16 décembre 1944 au 2 janvier 1945 incluant les appuis d’artillerie ainsi que les opérations Greif et Stösser – Livret des règles, aides de jeu, scenarii (2), cartes, pions (377) et dé.