6. Panzer-Division

La 6. Panzer-Division est une division blindée allemande ayant combattu au cours de la Seconde Guerre mondiale. Elle est formée après l’invasion de la Pologne par transformation de la 1. leichte Division. Seule unité équipée de Panzer 35(t), elle combat avec en Belgique, France puis URSS lors de l’opération Barbarossa. Elle est rééquipée et reconstituée en France en 1942 puis renvoyée d’urgence en URSS pour participer à l’opération Wintergewitter afin de tenter de dégager Stalingrad. Engagée à Koursk lors de l’opération Zitadelle, elle se replie sur le Dniepr. De nouveau retirée des premières lignes pour être reconstituée, elle est rappelée pour tenter d’endiguer l’avance de l’Armée Rouge lors de l’opération Bagration. Elle se retrouve en Hongrie et termine la guerre en Bohême-Moravie.

Publicités

Bibliographie

Publications générales

Georges BERNAGE & François de LANNOY, Dictionnaire historique Heer (Heimdal, 1997)

Vincent BERNARD, Panzerwaffe, les fauves de la Wehrmacht, tour d’horizon des divisions blindées du Heer, in 2e Guerre Mondiale n°75 (Mars & Clio, 2018)

Dennis OLIVER, SdKfz 250/9 and 251/22 Kanonenwagen German Army and Waffen-SS, Western and Eastern Fronts, 1944-1945 (Pen & Sword, 2020) : livre de soixante-quatre pages sur le SdKfz 251/9 et le SdKfz 251/22 présentant l’origine, le développement, les caractéristiques techniques et les dotations par unité (1. Panzer-Division, 2. Panzer-Division, 3. Panzer-Division, 4. Panzer-Division, 5. Panzer-Division, 6. Panzer-Division, 7. Panzer-Division, 8. Panzer-Division, 9. Panzer-Division, 11. Panzer-Division, 12. Panzer-Division, 13. Panzer-Division, 14. Panzer-Division, 16. Panzer-Division, 17. Panzer-Division, 19. Panzer-Division, 20. Panzer-Division, 21. Panzer-Division, 23. Panzer-Division, 24. Panzer-Division, 25. Panzer-Division, 116. Panzer-Division, 130. Panzer-Lehr-Division, Panzer-Division Feldherrnhalle 1, Panzer-Division Feldherrnhalle 2, Panzer-Division Jüterborg, Panzer-Division Schlesien, Panzer-Division Clausewitz, Führer-Begleit-Division, Führer-Grenadier-Division, Panzer-Brigade 101, Panzer-Brigade 102, Panzer-Brigade 103, Panzer-Brigade 104, Panzer-Brigade 105, Panzer-Brigade 106, Panzer-Brigade 107, Panzer-Brigade 108, Panzer-Brigade 109, Panzer-Brigade 110, Panzer-Brigade 111, Panzer-Brigade 112, Panzer-Brigade 113, 3. Panzergrenadier-Division, 10. Panzergrenadier-Division, 18. Panzergrenadier-Division, 20. Panzergrenadier-Division, 25. Panzergrenadier-Division, Panzergrenadier-Division Grossdeutschland, Panzergrenadier-Division Brandenburg, Panzergrenadier-Division Kurmark, 1. SS-Panzer-Division, 2. SS-Panzer-Division, 3. SS-Panzer-Division, 5. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division, 11. SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Division, 12. SS-Panzer-Division, Infanterie-Division Ulrich von Hutten, Sturmpanzer-Abteilung 217, Heeres-Sturmpionier-Brigade 627, Fallschirm-Panzer-Division 1, Panzer-Aufklärungs-Abteilung Speer de la Kampfgruppe 1001 Nachte) – Texte, photos, organigrammes, profils couleurs.

Seconde Guerre mondiale

Kamen NEVENKIN, Bloody Vienna (PeKo Publishing, 2020) : livre de deux cent quatorze pages très largement illustré de clichés originaux et inédits sur les combats en Hongrie et en Autriche dans les deux derniers mois de la Seconde Guerre mondiale en Europe présentant une analyse de l’impact de l’opération Frühlingserwachen sur la tête de pont de Gran (Esztergom) près du lac Balaton, l’attaque du 3ème Front d’Ukraine en direction de Wiener-Neustadt, Vienne et Sankt-Pölten, comprenant des informations sur l’état des forces de plusieurs unités allemandes (1. Panzer-Division, 3. Panzer-Division, 6. Panzer-Division, 23. Panzer-Division, 1. SS-Panzer-Division, 2. SS-Panzer-Division, 3. SS-Panzer-Division, 5. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division et 12. SS-Panzer-Division, 3. Kavallerie-Division, 4. Kavallerie-Division, 44. Infanterie-Division, 96. Infanterie-Division, 356. Infanterie-Division, 711. Infanterie-Division), hongroises (1ère Division de Hussards, 2ème Division blindée, 20ème Division d’infanterie, 25ème Division d’infanterie) et soviétiques (3ème Front d’Ukraine, 4ème Armée de la Garde, 9ème Armée de la Garde, 6ème Armée de Chars de la Garde) et évoquant la participation britannique ainsi que la rétrocession aux Soviétiques des prisonniers cosaques du XV. SS-Kosaken-Kavallerie-Korps ainsi que l’exécution des prisonniers croates par les partisans yougoslaves – Texte, cartes, photos.

Laurent TIRONE, Le Flammpanzer III ou un dragon d’acier sans ses griffes, in Trucks & Tanks Magazine n°4 (Caraktère, 2007) : article de huit pages sur le Flammpanzer III dont l’engagement au combat a lieu à Koursk au sein des Panzergrenadier-Division Großdeutschland, 6. Panzer-Division et 11. Panzer-Division et montre ses insuffisances – Texte, photos, plans, profils couleurs.

Profils couleurs

Chars

Panzer 35(t)

Véhicules blindés

SdKfz 251/9

Véhicules de servitude