17. Panzer-Division

La 17. Panzer-Division est formée le 1er novembre 1940 à partir de la 27. Infanterie-Division afin d’augmenter le nombre de divisions blindées allemandes en vue de l’opération Barbarossa. Elle est engagée en URSS avec la Panzergruppe 2 et pousse jusque dans la région de Moscou. En 1942, elle se trouve dans le secteur d’Orel avant d’être transférée en décembre vers le sud pour prendre part à l’opération Wintergewitter afin de tenter de dégager Stalingrad, en vain. Encerclée avec la 1. Panzer-Armee dans la poche de Kamianets-Podilsky (Kamenez-Podolsk), elle parvient à s’en dégager et rejoint la Pologne. Incapable de freiner l’opération Vistule-Oder à partir de la tête de pont soviétique de Sandomierz, elle se replie en Allemagne où elle termine la guerre.

Publicités

Bibliographie

Publications générales

Georges BERNAGE & François de LANNOY, Dictionnaire historique – La Luftwaffe, la Waffen-SS (Heimdal, 1998)

Vincent BERNARD, Panzerwaffe, les fauves de la Wehrmacht, tour d’horizon des divisions blindées du Heer, in 2e Guerre Mondiale n°75 (Mars & Clio, 2018)

Dennis OLIVER, SdKfz 250/9 and 251/22 Kanonenwagen German Army and Waffen-SS, Western and Eastern Fronts, 1944-1945 (Pen & Sword, 2020) : livre de soixante-quatre pages sur le SdKfz 251/9 et le SdKfz 251/22 présentant l’origine, le développement, les caractéristiques techniques et les dotations par unité (1. Panzer-Division, 2. Panzer-Division, 3. Panzer-Division, 4. Panzer-Division, 5. Panzer-Division, 6. Panzer-Division, 7. Panzer-Division, 8. Panzer-Division, 9. Panzer-Division, 11. Panzer-Division, 12. Panzer-Division, 13. Panzer-Division, 14. Panzer-Division, 16. Panzer-Division, 17. Panzer-Division, 19. Panzer-Division, 20. Panzer-Division, 21. Panzer-Division, 23. Panzer-Division, 24. Panzer-Division, 25. Panzer-Division, 116. Panzer-Division, 130. Panzer-Lehr-Division, Panzer-Division Feldherrnhalle 1, Panzer-Division Feldherrnhalle 2, Panzer-Division Jüterborg, Panzer-Division Schlesien, Panzer-Division Clausewitz, Führer-Begleit-Division, Führer-Grenadier-Division, Panzer-Brigade 101, Panzer-Brigade 102, Panzer-Brigade 103, Panzer-Brigade 104, Panzer-Brigade 105, Panzer-Brigade 106, Panzer-Brigade 107, Panzer-Brigade 108, Panzer-Brigade 109, Panzer-Brigade 110, Panzer-Brigade 111, Panzer-Brigade 112, Panzer-Brigade 113, 3. Panzergrenadier-Division, 10. Panzergrenadier-Division, 18. Panzergrenadier-Division, 20. Panzergrenadier-Division, 25. Panzergrenadier-Division, Panzergrenadier-Division Grossdeutschland, Panzergrenadier-Division Brandenburg, Panzergrenadier-Division Kurmark, 1. SS-Panzer-Division, 2. SS-Panzer-Division, 3. SS-Panzer-Division, 5. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division, 11. SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Division, 12. SS-Panzer-Division, Infanterie-Division Ulrich von Hutten, Sturmpanzer-Abteilung 217, Heeres-Sturmpionier-Brigade 627, Fallschirm-Panzer-Division 1, Panzer-Aufklärungs-Abteilung Speer de la Kampfgruppe 1001 Nachte) – Texte, photos, organigrammes, profils couleurs.

Seconde Guerre mondiale

Pologne 1944/1945

Vistule-Oder 1945

Yves BUFFETAUT, Et si Berlin était tombé en février 1945 ?, in Batailles n°91 (Ysec, 2020) : article de treize pages sur l’opération Vistule-Oder, l’écroulement du front allemand à l’image de la disparition de la 17. Panzer-Division puis la décision de Joseph STALINE de réorienter les efforts sur la Poméranie, l’Autriche et la Tchécoslovaquie à son retour de la conférence de Yalta pour s’assurer de positions plus avantageuses avant de mettre prématurément fin à la Seconde Guerre mondiale en Europe en s’emparant trop vite de Berlin – Texte, cartes, photos.

Profils couleurs

Chars

Véhicules blindés

SdKfz 251/22