Publicités

130. Panzer-Lehr-Division

La 130. Panzer-Lehr-Division est une division blindée allemande ayant combattu au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Elle est mise sur pied le 10 janvier 1944 dans le Wehrkreis XI à partir d’unités d’instruction des écoles des troupes blindées et absorbe le l’Infanterie-Lehr-Regiment 901 qui combat en tant qu’unité indépendante depuis 1941. Elle fait donc partie des divisions blindées allemandes formées dans la deuxième partie du conflit aux dépens du maintien en condition opérationnelle des unités existantes. Elle est cependant bien équipée et dotée de personnels de qualité compte tenu de ses origines.

Envoyée dans la région de Nancy pour parfaire sa formation, la 130. Panzer-Lehr-Division est envoyée en Hongrie dans le cadre de l’opération Margarethe destinée à prévenir tout changement d’alliance de la part de ce pays. En mai 1944, elle de retour en France afin de servir de réserve stratégique destinée à repousser le débarquement allié attendu à l’Ouest.

Le 6 juin 1944 quand les Alliés débarquent effectivement en Normandie, la 130. Panzer-Lehr-Division est stationnée dans la région dans la région du Mans et de Chartres, mais son bataillon de Panzer V Panther détaché de la 3. Panzer-Division a entamé son transfert vers l’Est.

Immédiatement appelée pour repousser les Alliés, la 130. Panzer-Lehr-Division quitte ses cantonnements pour rejoindre la Normandie dans la journée du 6 juin 1944. Ses convois sont attaqués par l’aviation alliée, ce qui provoque quelques pertes mais surtout de nombreux retards. Elle est engagée face aux Britanniques et participe au dispositif qui les empêche de s’emparer rapidement de Caen. Compte tenu de la pression alliée, elle est cependant incapable de participer à une contre-attaque coordonnée face aux Alliés.

En juillet 1944, elle est transférée face aux Américains. Ses tentatives de contre-attaques sont là-aussi des échecs. Lors de l’opération Cobra, elle est totalement écrasée par les bombardements alliées et disloquée par l’avance américaine.

Les restes de la division qui réussissent à quitter la Normandie et la poche de Falaise/Trun/Chambois puis à passer la Seine se replient vers l’Allemagne pour être reconstitués.

La 130. Panzer-Lehr-Division combat dans la Sarre en novembre 1944 face notamment aux assauts de la 3rd US Army qu’elle contribue à engluer avant d’être engagée dans la contre-offensive des Ardennes. Elle échoue à s’emparer de Bastogne dans les premiers jours de l’attaque avant que les Américains n’y établissent un solide verrou défensif.

En mars 1945, elle est engagée sur la Meuse face aux Britanniques et aux Canadiens avant de tenter de reprendre le pont de Remagen sur le Rhin aux Américains. La 130. Panzer-Lehr-Division finit la guerre encerclée dans la poche de la Ruhr où elle se rend en avril 1945.

Bibliographie :

Georges BERNAGE, Les Panzers dans la bataille de Normandie, 5 juin – 20 juillet 1944 (Heimdal, 1999) : livre de cent soixante-dix pages sur les unités blindées allemandes engagées en Normandie face aux Alliés jusqu’à l’opération Goodwood (21. Panzer-Division, Panzer-Ersatz-und-Ausbildungs-Abteilung 100, 12. SS-Panzer-Division, 130. Panzer-Lehr-Division, schwere SS-Panzer-Abteilung 101, 2. Panzer-Division, 17. SS-Panzergrenadier-Division, 2. SS-Panzer-Division, 1. SS-Panzer-Division, 9. SS-Panzer-Division, 10. SS-Panzer-Division, SS-Panzer-Abteilung 102schwere Panzer-Abteilung 503, 4./Panzer-Abteilung (Funklenk FKL) 301) incluant les combats du 6 juin 1944 (contre-attaque sur Luc-sur-Mer et La Fière, Kampfgruppe von Luck face aux aéroportés britanniques), les combats autour de Caen de la 12. SS-Panzer-Division (Authie, Buron, Rots, Bretteville-l’Orgueilleuse, Norrey-en-Bessin, Mesnil-Patry, Putot-en-Bessin, Carpiquet, opération Charnwood) la bataille de Tilly-sur-Seulles avec la contre-attaque de la 130. Panzer-Lehr-Division sur Ellon pour chercher à reprendre Bayeux, l’arrêt infligé aux Britanniques à Villers-Bocage lors de l’opération Perch, les combats pour Lingèvres, Evrecy et Hottot), la bataille de l’Odon (opération Martlet, opération Epsom, Tessel, Fontenay-le-Pesnel, Cheux, Gavrus, Rauray, Cote 112), dans le bocage à Sainteny et à Saint-Jean-de-Daye, pour terminer sur les combats défensifs face à l’opération Goodwood – Photos, profils couleurs, dessins couleurs, cartes.

Georges BERNAGE & François de LANNOY, Dictionnaire historique Heer (Heimdal, 1997)

Frédéric DEPRUN, Fontenay/Tessel/Rauray, quatre jours pour Martlet, 25-28 juin 1944, in Normandie 1944 Magazine n°29 (Heimdal, 2018) : article de trente pages décrivant comment a été élaborée l’étude sur l’opération Martlet et les combats pour Fontenay-le-Pesnel, Rauray et Tessel entre la 49th Infantry Division appuyée par le 8th Armoured Brigade face à la 12. SS-Panzer-Division épaulée par des éléments de la 130. Panzer-Lehr-Division puis par des éléments de la 1. SS-Panzer-Division – Photos, cartes, reproductions couleurs d’objets couleurs.

Frédéric DEPRUN & Baptiste FLOTTE, Fontenay-Rauray, autopsie d’une bataille (1ère partie), in 39/45 Magazine hors-série Normandie 1944 Magazine n°15 (Heimdal, 2018) : étude de cent-vingt-huit page sur la première journée de l’opération Martlet quand la 49th Infantry Division s’élance avec la 8th Armoured Brigade pour s’emparer de Fontenay-le-Pesnel défendue par la 12. SS-Panzer-Division épaulée par des éléments de la 130. Panzer-Lehr-Division détaillant l’attaque britannique, la résistance allemande, la prise du village et les tentatives infructueuses des chars du SS-Panzer-Regiment 12 pour reprendre le terrain perdu – Photos, cartes, reproductions couleurs d’objets d’époque, profils couleurs.

Frédéric DEPRUN & Baptiste FLOTTE, Fontenay-Rauray, autopsie d’une bataille (2ème partie), in 39/45 Magazine hors-série Normandie 1944 n°16 (Heimdal, 2018) : étude de cent-soixante-dix pages sur la poursuite et la fin de l’opération Martlet les 26, 27 et 28 juin 1944 relatant les combats des 49th Infantry Division et 8th Armoured Brigade face principalement à la 12. SS-Panzer-Division épaulée par des éléments de la 130. Panzer-Lehr-Division, de la schwere SS-Panzer-Abteilung 101 ainsi que des renforts de la 2. SS-Panzer-Division et de la 2. Panzer-Division à Tessel, Rauray et Brettevillette – Photos, cartes, reproductions couleurs d’objets d’époque, profils couleurs.

Stéphane JACQUET, Dimanche 11 juin 1944, la bataille pour Essex Wood, l’enfer du 2nd Essex Regiment devant Verrières, in 39/45 Magazine356 (Heimdal, 2019) : article de huit pages sur les combats pour le bois de Verrières les 11 et 12 juin 1944 entre le 2nd Essex Regiment de la 56th Infantry Brigade rattachée alors à la 7th Armoured Division et la 130. Panzer-Lehr-Division qui verrouille Tilly-sur-Seulles et ses abords – Photos.

Stéphane JACQUET, 8 juin 1944, objectif Cote 103 pour la 8th Armoured Brigade, les combats pour Loucelles et Audrieu, in Normandie 1944 Magazine n°30 (Heimdal, 2019) : article de douze pages sur l’assaut de la 8th Armoured Brigade les 7 et 8 juin 1944 sur Loucelles et Audrieu, ainsi que les impacts sur Brouay et Cristot, face à la 12. SS-Panzer-Division Hitlerjugend avant d’atteindre Saint-Pierre en direction de Tilly-sur-Seulles, ce qui entraîne le repli de la 130. Panzer-Lehr-Division qui attaque en direction de Bayeux – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Didier LODIEU, Le sacrifice des Fallschirmjäger, tome 1, du 26 juillet au 5 août 1944 (La Poche de Falaise – Chambois, 2019) : livre de plus de deux cent vingt pages sur les combats du II. Fallschirm-Korps d’Eugen MEINDL (3. Fallschirmjäger-Division et Fallschirmjäger-Regiment 15 de la 5. Fallschirmjäger-Division, 352. Infanterie-Division, 363. Infanterie-Division) lors du déclenchement de l’opération Cobra qui pulvérise les unités que se trouvent immédiatement à sa gauche (130. Panzer-Lehr-Division et 275. Infanterie-Division) et les deux semaines qui suivent durant lesquelles le corps parachutiste allemand doit également gérer le danger provoqué par l’opération Bluecoat et la capture d’un pont sur la Souleuvre, cette fois à sa droite, où il lutte contre des éléments de la 2nd US Armored Division et du V US Corps (2nd US Infantry Division, 5th US Infantry Division, 29th US Infantry Division, 35th US Infantry Division, appuyées par les 741st US Tank Battalion, 735th US Tank Battalion, 737th US Tank Battalion, 818th US Tank Destroyer Battalion) à Saint-Gilles, Canisy, Cote 183, Saint-Jean-des-Baisants, Vidouville, Mesnil-Harman, Planquais, Notre-Dame-d’Elle, Biéville (Manche), Saint-Amand, Torigni-sur-Vire, Tessy-sur-Vire, Guilberville, Mesnil-Robert et enfin Vire, tout en se coordonnant notamment avec la 2. Panzer-Division – Photos, cartes.

Jean-Claude PERRIGAULT, La Panzer-Lehr-Division (Heimdal, 1955)

Franck ROCKENBROD, La Panzer-Lehr-Division fonce sur Bastogne, in 1944 n°01/19 (Weyrich, 2019) : article de vingt-six pages sur le parcours de la 130. Panzer-Lehr-Division du 16 au 19 décembre 1944 dans les Ardennes durant lequel elle est freinée dans son avance vers Bastogne du fait de la résistance américaine et des difficultés rencontrées par la 26. Volksgrenadier-Division – Photos, profils couleurs.

Boutique :

        

Crédits photos :

Les visuels présentés appartiennent à leurs éditeurs respectifs.


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :