Heeresgruppe A

La Heeresgruppe A (Groupe d’armées A) est un commandement allemand durant la Seconde Guerre mondiale. Rattachée au Wehrkreis VII, elle est mise en place le 26 octobre 1939 à partir de la Heeresgruppe Süd qui vient de contribuer à l’invasion de la Pologne sous les ordres de Gerd von RUNDSTEDT qui conserve le commandement de ce nouvel état-major. Ce dernier avec certains de ses subordonnés dont Erich von MANSTEIN joue un rôle majeur dans la conception de l’opération Fall Gelb dans laquelle la Heeresgruppe A joue le rôle principale lors des opérations à l’Ouest en mai/juin 1940. Ce sont les unités de ce groupe d’armées qui percent la Meuse de Dinant à Sedan et qui atteignent la Manche permettant de créer ce qui devient la poche de Dunkerque. La Heeresgruppe A contrôle alors la Panzergruppe von Kleist et les 4. Armee, 12. Armee et 16. Armee.

Publicités

Lors de Fall Rot, le second volet de la bataille de France, la Heeresgruppe A se lance à l’assaut de la Ligne Weygand à partir du 9 juin 1940 sur l’Aisne avec les 2. Armee, 12. Armee et 16. Armee avec la Panzergruppe Guderian. A l’issue de la victoire sur la France et après l’abandon de l’opération Seelöwe, la Heeresgruppe A prend en charge les troupes d’occupation à l’Ouest et se renomme Oberbefehlshaber West.

Le 1er avril 1941, l’état-major, toujours sous le commandement de Gerd von RUNDSTEDT prend la direction de la Pologne en vue de l’invasion de l’URSS (opération Barbarossa) pour laquelle il reprend la dénomination de Heeresgruppe Süd.

Le 24 avril 1942, une nouvelle Heeresgruppe A est formée en prévision de l’opération Fall Blau. Sous la direction de Wilhelm LIST, cet état-major prend le 7 juillet 1942 en charge la 1. Panzer-Armee et la 17. Armee, appartenant initialement à la Heeresgruppe Süd, qui s’enfoncent dans le Caucase. L’autre partie devient la Heeresgruppe B et prend la direction de Stalingrad. Le 22 novembre 1942, jour où les unités de l’Armée Rouge participant à l’opération Uranus bouclent la tenaille qui enferme la 6. Armee à Stalingrad, Edwald von KLEIST en prend le commandement abandonnant la direction de la 1. Panzer-Armee qui est affectée à la Heeresgruppe Don à partir du 1er février 1943.

La Heeresgruppe A se retrouve alors avec la seule 17. Armee dans le Kouban jusqu’à son évacuation en septembre 1943. Le groupe d’armées contrôle alors également la 6. Armee reformée à la suite de la destruction de l’ancienne à Stalingrad. Le 30 mars 1944, la Heeresgruppe A est renommée Heeresgruppe Südukraine alors que la 17. Armee se retrouve isolée en Crimée où elle sera détruite.

Une nouvelle Heeresgruppe A est formée à partir de la Heeresgruppe Nordukraine le 23 septembre 1944. Elle se retrouve sur l’Oder à l’issue de l’opération Vistule-Oder de l’Armée Rouge. Le 17 janvier 1945, Ferdinand SCHÖRNER en prend le commandement avant que la Heeresgruppe A soit renommée Heeresgruppe Mitte le 25 janvier 1945.

Bibliographie :

Laurent SCHANG, Von Rundstedt, le maréchal oublié (Perrin, 2020) : livre de près de quatre cent pages sur l’itinéraire de Gerd von RUNDSTEDT lors de la Première Guerre mondiale, durant l’Entre-deux-guerres et la Seconde Guerre mondiale où sont plus particulièrement abordés le rôle et le positionnement de la Reichswehr face à la prise de pouvoir d’Adolf HITLER, l’implication de Gerd von RUNDSTEDT avec Erich von MANSTEIN dans les plans d’invasion de la Pologne (Fall Weiß) et à l’Ouest (Fall Gelb), son commandement des Heeresgruppen Süd et A en Pologne, dans les Ardennes, en France (notamment Sedan, Arras, Dunkerque et Fall Rot) et en URSS durant l’opération Barbarossa puis de l’OB West avec lequel il dirige l’opération Anton (invasion de la zone libre) puis prépare, avec de nombreux débats stratégiques sur le Mur de l’Atlantique et le positionnement des réserves blindées avec Erwin ROMMEL, la défense face à un attendu débarquement allié qui se produit finalement le 6 juin 1944 aboutissant à la bataille de Normandie qui aboutit au second limogeage du maréchal avant de présider le tribunal d’exception pour juger les conjurés de l’attentat du 20 juillet 1944, de représenter Adolf HITLER aux funérailles d’Erwin ROMMEL et d’être de nouveau rappelé pour diriger les unités allemandes à l’Ouest durant notamment la contre-offensive des Ardennes avant d’être définitivement démis de ses fonctions lors du franchissement du Rhin par les Alliés – Cartes.