7. Armee

Arbre encyclopédique :

UnitésAllemagneUnités terrestresCommandements7. Armee

Historique :

La 7. Armee est un commandement terrestre allemand ayant combattu au cours de la Seconde Guerre mondiale. Elle est formée le 25 août 1939 dans le Wehrkreis V sous les ordres de Friedrich DOLLMANN. Elle se positionne sur le Westwall à l’Ouest de l’Allemagne pendant que la Pologne est envahie et durant la Drôle-de-Guerre. Le 10 mai 1940, quand les Allemands déclenchent les opérations à l’Ouest contre la Hollande, la Belgique et le Luxembourg avant d’entrer en France à partir du 13 mai 1940, la 7. Armee reste en position sur le Rhin face à la France. Elle franchit le fleuve le 15 juin 1940 (opération kleiner Bär) pour attaquer de front la Ligne Maginot alors que celle-ci est également menacée sur ses arrières du fait de l’avance allemande.

La 7. Armee reste en France après l’Armistice et prend en charge la façade Atlantique. En juin 1944, elle est responsable de la couverture du Mur de l’Atlantique (Atlantikwall) en Bretagne et en Basse-Normandie. C’est là qu’elle échoue à repousser le Débarquement allié en Normandie le 6 juin 1944 et tente vainement de s’opposer à l’avance alliée durant la bataille de Normandie. Elle perd Cherbourg qui tombe le 27 juin 1944. Friedrich DOLLMANN meurt le lendemain d’une crise cardiaque, mais certains évoquent un suicide. Il est immédiatement remplacé par Paul HAUSSERSaint-Lô tombe également le 18 juillet 1944 après de longs combats dans le bocage normand (bataille des haies). Alors que la 5. Panzer-Armee empêche les Britanniques de déboucher des plaines de Caen, les défenses de la 7. Armee sont percées lors de l’opération Cobra à partir du 25 juillet 1944. Les Américains débloquent ainsi la situation et se répandent en Bretagne, en Mayenne, dans la Sarthe et vers la Loire. La 7. Armee est encerclée dans la poche de Falaise / Trun / Chambois. Malgré des pertes matérielles et humaines immenses, elle parvient à s’extraire de la poche mais Paul HAUSSER est blessé le 22 août 1944. Il laisse son commandement à Hans Freiherr von FUNCK remplacé dès le 24 août 1944 par Heinrich EBERBACH. Celui-ci est fait prisonnier le 31 août 1944 et est remplacé par Erich BRANDENBERGER qui réussit à replier les restes de la 7. Armee jusqu’à la frontière du III. Reich.

Reconstituée, la 7. Armee est engagée dans la contre-offensive des Ardennes. Elle doit protéger le flanc Nord de la percée allemande qui doit être réalisée par la 5. Panzer-Armee et la 6. SS-Panzer-Armee. La percée est un échec et la 7. Armee doit affronter les assauts de la 3rd US Army qu’elle ne parvient pas à stopper quand elle force l’encerclement allemand autour de Bastogne pour libérer la garnison américains constituée notamment d’éléments de la 101st US Airborne Division. La 7. Armee combat ensuite en Allemagne, elle échappe à l’encerclement de la Ruhr mais doit se replier jusqu’en Tchécoslovaquie où elle se rend à la fin de la guerre. Hans FELBER remplace Erich BRANDENBERGER le 22 février 1945, avant d’être lui même remplacé le 25 mars 1945 par Hans von OBSTFELDER qui en est son dernier commandant.

Bibliographie :

Georges BERNAGE & François de LANNOY, Dictionnaire historique Heer (Heimdal, 1997) : notice historique résumant brièvement le parcours de la 7. Armee, ses différents commandeurs et quelques unes de ses unités organiques.

Miguel BEUVIER, Juin 1944, la riposte allemande commandée depuis le bunker du Mans, in Normandie 1944 Magazine n°28 (Heimdal, 2018) : article de neuf pages présentant le bunker de commandement type R608 de la 7. Armee au Mans, vie quotidienne et fin du Friedrich DOLLMANN alors qu’il commande l’une des deux armées allemandes opposées à l’invasion alliée en Normandie – photos & vues couleurs contemporaines à l’article.

Yves BUFFETAUT, L’agonie de la 7. Armee vue par le général SS Hausser, in Batailles n°45 (Histoire & Collections, 2011) : article de sept pages tiré du manuscrit rédigé après-guerre par Paul HAUSSER pour les services historiques américains sur sa sortie de la poche de Falaise / Trun / Chambois en Normandie à la tête de la 7. Armee exposant l’organisation et les conditions de la percée à travers l’Orne et la Dives en s’appuyant sur les II. SS-Panzer-Korps, LXXXIV. Armee-Korps, II. Fallschirm-Korps et LXXIV. Armee-Korps – Photos.

Alain CHAZETTE, Alain DESTOUCHES, Jacques TOMINE & Bernard PAICH, Le Mur de l’Atlantique en images, volume 1, AOK7 – AOK1 (Histoire & Fortifications, 2017) : livre de près de cent-cinquante pages parcourant les principaux ouvrages de défense du Mur de l’Atlantique (Atlantikwall) en France dans les secteurs de la 7. Armee et de la 1. Armee, c’est à dire en Normandie, en Bretagne, en Loire-Atlantique, en Vendée, en Charente-Maritime, à l’embouchure de la Gironde et de la Gironde à la frontière franco-espagnole – Photos.

Frédéric DEPRUN, Convois allemands bloqués aux portes d’Avranches, 30 et 31 juillet 1944, in Normandie 1944 Magazine24 (Heimdal, 2017) : article de trente-deux pages sur la percée américaine liée à l’opération Cobra et à l’avance de la 2nd US Armored Division qui engendre le repli du LXXXIV. Armee-Korps, menace le poste de commandement de la 7. Armee et conduit à une série d’affrontements à Granville, Coutances, Sartilly, Avranches avec une attention particulières sur la destruction de convois sanitaires de la 265. Infanterie-Division par la 4th US Armored Division – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque, ordres de bataille.

Frédéric DEPRUN & Fabrice DHOLLANDE, Vers le pont d’Oissel (1ère partie), Lkw-Fahrer de la 7. Armee (6 juin au 26 août 1944), in Normandie 1944 Magazine10 (Heimdal, 2014) : article de vingt-quatre pages sur la destruction d’une colonne allemande se repliant par la Seine à Oissel et incluant le témoignage d’un chauffeur des unités logistiques de la 7. Armee chargées de convoyer le ravitaillement aux unités de combat – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque, cartes, profils couleurs.

Didier LODIEU, Le sacrifice des Fallschirmjäger, tome 2, du 6 au 31 août 1944 (La Poche de Falaise – Chambois, 2019) : livre de deux cent cinquante pages sur les combats du II. Fallschirm-Korps pour Vire, Tinchebray, Flers, la sortie de la poche de Falaise/Trun/Chambois par Saint-Lambert-sur-Dives et la Cote 262 par les 3. Fallschirmjäger-Division (Richard SCHIMPF), 353. Infanterie-Division (Paul MAHLMANN) et 363. Infanterie-Division (Augustin DETTLING) ouvrant ainsi la voie sous le commandement d’Eugen MEINDL à la 7. Armee et à son commandant Paul HAUSSER, la retraite à travers la Seine, comprenant une biographie d’Eugen MEINDL écrite par sa fille, un aperçu des unités sanitaires du corps d’armée et de ses adversaires (2nd US Infantry Division, 29th US Infantry Division, 3rd Infantry Division, 11th Armoured Division et 741st US Tank Battalion) – Photos, cartes.

Claude QUETEL, Armées, in Dictionnaire du Débarquement (Ouest-France, 2011) : notice de quatre pages résumant les commandements d’armées en présence lors de la bataille de Normandie (1st US Army, 3rd US Army, 2nd British Army, 1st Canadian Army, 7. Armee, 15. Armee, 5. Panzer-Armee).

 

Boutique :

Heimdal 1997 BERNAGE Georges de LANNOY Francois Dictionnaire historique Heer 1939-1945  

Crédits photos :

Les visuels présentés appartiennent à leurs éditeurs respectifs.


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

%d blogueurs aiment cette page :