Somua S35

Home » Index » Matériels » Chars de combat » Somua S35

Développé à partir des années 1930 pour les unités de cavalerie blindée française, le Somua S35 équipe les Divisions Légères Mécaniques (DLM). Il doit cependant composer avec le Hotchkiss H-35 que Maurice GAMELIN impose en parallèle. Le Somua S35 connaît son baptême du feu à la bataille d’Hannut/Gembloux. Après l’Armistice, il poursuit sa carrière opérationnelle au sein des armées allemandes qui le renomment Panzer 35S 739(f) après quelques modifications.

Publicités

Historique

Genèse

Le 2 août 1933, l’état-major français lance un programme de char de six tonnes pour remplacer ses vénérables Renault FT datant de la Première Guerre mondiale. Celui-ci donne lieu à plusieurs avant-projets et aboutit à la production du Hotchkiss H35 et du Renault R35 (1).

Néanmoins, la cavalerie blindée souhaite se doter d’une Automitrailleuse de Combat (AMC) plus lourde avec un équipage de trois hommes. Le modèle Renault YR (AMC 1934) ne convient finalement pas et est vite abandonné (2). De son côté, Somua part de ses études élaborées pour répondre au programme de char de six tonnes et propose ce qui devient le S35, approuvé dès le 26 juin 1934. Les essais dynamiques débutent en 1935. Les premiers châssis sortent d’usine en 1936 mais doivent attendre les tourelles qui n’arrivent qu’à partir de janvier 1937 (3).

Caractéristiques techniques

Souvent considéré à juste titre comme le meilleur char français de 1940, le S-35 bénéficie d’un bon compromis entre vitesse et blindage, avantage renforcé par son armement composé d’une excellente pièce de 47 mm et d’une mitrailleuse coaxiale. »

Eric DENIS, L’armée de terre française du 10 mai 1940 [Economica, 2020], p. 50

Production

Le Somua S35 pâtit d’une montée en cadence trop lente qui laisse de la place au Hotchkiss H35 finalement refusé par l’infanterie.

Dotation

La cavalerie répartit ses Somua S35 disponibles dans ses Divisions Légères Mécaniques dans des régiments mixtes. Au 10 mai 1940 lors du déclenchement de l’opération Fall Gelb, la dotation concerne les unités suivantes :

Ces trois divisions engagées dans la manœuvre Dyle-Breda se retrouvent coincées dans la poche de Dunkerque et perdent ains tous les leurs matériels. Elles sont reformées avec des rescapés évacués lors de l’opération Dynamo et rapatriés en France pour le seconde phase de la bataille.

Engagements opérationnels

  • Manœuvre Dyle-Breda
    • Hannut/Gembloux
Copyright Tamiya

Voir aussi…

Bibliographie

Livres

Magazines et périodiques

Notes et références

Historique de la page

  • 08/12/2022 : ajout de l’historique
  • 23/10/2019 : création de la page