Chars polonais

A l’issue de la Première Guerre mondiale qui lui permet de renaître, la Pologne reçoit cent cinquante Renault FT. Leur modernisation s’avère rapidement compliquée et elle doit se tourner vers l’étranger pour acquérir de nouvelles technologies. Sur la base de chenillettes Vickers Carden Loyd et de chars Vickers, elle développe ses propres VAU 33 et TK/TKS. Compte tenu des menaces qui s’accumulent à l’Est avec l’URSS et à l’Ouest avec le Troisième Reich, la Pologne lance en 1936 un plan de modernisation de ses forces armées. La faiblesse de ses ressources industrielles et en matières premières la contraigne à revoir ses ambitions à la baisse. Seul le 7TP peut être produit avant l’invasion allemande et soviétique. Les 4TP, 10TP et 14TP ne restent qu’à l’idée de projets. Une fois la Pologne vaincue, certains de ses éléments se réfugient en France et combattent au sein de la 10ème Brigade blindée polonaise qui disparait à son tour dans les affrontements de juin 1940. Avec les Polonais qui se réfugient en Grande-Bretagne, les Alliés équipent la 1st Polish Armoured Division qui participent aux opérations à l’Ouest en 1944 et 1945, puis à l’invasion de l’Allemagne. De son côté, l’URSS favorise la mise en place d’une armée polonaise équipée de matériels soviétiques quand commence les combats en Pologne.

Publicités

Arbre encyclopédique

IndexMatérielsChars

Bibliographie